Campagne

Poster un nouveau sujet   

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Campagne

Message par Kalten le Lun 18 Aoû - 23:00

hrp/ voici une petite histoire expliquant l'absence prolongée de Kalten /hrp



Chapitre 1

Quand il ouvrit les yeux, Kalten était arrivé au Camp de la Tête du dragon. Si la météo le permettait, Kalten utilisait l’éthérite de la forteresse ; le trajet était instantané. L’activité était inhabituellement intense. Tout le monde se préparait pour la grande offensive prévue en théorie dans deux jours. Le bruit des forges se mêlait aux cris des vendeurs et des soldats préparant leurs paquetages. De nombreux aventuriers, comme Kalten, allaient prendre part à l’expédition et cela nécessitait du temps pour tout coordonner. Kalten se dirigea vers ce qui était le quartier général pour y obtenir les dernières informations.

A l’intérieur, il fit la queue pour atteindre au bout de plusieurs minutes un secrétaire qui lui demanda son nom. Il apprit ainsi qu’il faisait parti de l’équipe cinq, celle-ci ayant basé son camp à l’extérieur de l’enceinte. Kalten se dirigea donc à l’emplacement indiqué. Il y trouva des tentes, du matériel et trois personnes autour d’un feu : deux hommes et une femme. Kalten déposa ses affaires et s’assit avec eux. L’équipe n’était pas complète. Au total, ils devaient être huit. Les autres allaient surement bientôt arriver. En discutant, Kalten apprit que les équipes seraient bien équilibrées : deux protecteurs, deux guérisseurs, deux dégâts corps à corps, deux dégâts distance. En les regardant, Kalten vit que la femme Miqo’te était barde, et que les deux hommes étaient les protecteurs : un Roegadyn guerrier et un Miqo’te paladin. Tout à coup, une voix familière se fit entendre.

_ C’est pas vrai ? On a le Dragon Céleste dans notre équipe ! Hey Kalten, ça faisait longtemps !

Kalten vit un petit Lalafell se planter devant lui, bras croisés et souriant.

_ Salut Roporo. Ca faisait longtemps en effet.

Kalten connaissait le petit mage blanc pour avoir déjà effectué des missions dans le Coerthas avec lui. Derrière lui, deux Elezen prirent place autour du feu : lui était un érudit, elle une mage noire. Et comme ils s’assirent côte à côte, main dans la main, Kalten en conclut qu’ils formaient un couple. En les voyant, il pensa à Y’oreen. Il aurait tellement voulu qu’elle soit là elle aussi. Mais elle n’avait pas suffisamment participé aux missions antérieures pour pouvoir postuler. Kalten avait fait valoir ses qualités de barde et d’érudite mais rien n’avait pu faire changer d’avis les recruteurs. C’était assez dépité qu’il avait annoncé la nouvelle à Y’oreen. Et maintenant, elle lui manquait. En fait, elle lui manquait dès qu’il n’était pas avec elle.

_ Quelqu’un a des informations sur la mission ? Vu le nombre d’équipes, ça a l’air d’être autre chose qu’une simple visite de courtoisie.

Personne ne put répondre au paladin. En fait, tout le monde attendait que le chef d’équipe arrive. Lui saurait. Les Ishgardais n’étaient plus assez nombreux pour effectuer seuls des opérations de moyennes et grandes envergures. Alors, ils utilisaient de plus en plus l’aide des aventuriers. Ils étaient très qualifiés dans leur domaine, pouvaient se déplacer rapidement en Eorzea et ne s’occupaient pas de politique. De plus, ces derniers avaient la réputation de pouvoir s’adapter rapidement aux changements de situation. C’était une caractéristique primordiale pour un aventurier. Sa vie pouvait en dépendre. Cependant, les aventuriers étaient moins disciplinés que les soldats. Ils étaient capables d’évoluer en équipe, ce qui arrivait très souvent ; ils savaient d’office quel rôle ils devaient tenir mais avaient tendance à passer outre certains ordres donnés par des gradés. Il n’y avait pas de grade au sein des aventuriers. Juste un chef d’équipe qui décidait mais souvent en fonction de l’avis de ses camarades. Pour cette raison, Ishgard n’avait pas accepté de confier le commandement des équipes à des aventuriers. Ils avaient préféré des soldats Ishgardais. Kalten faisait parti de ceux, majoritaires, qui pensaient que c’était une erreur. D’ailleurs la question fut soulevée par le Lalafell.

_ Quelqu’un connait notre chef d’équipe ?

_ Oui, j’ai déjà eu affaire à lui, répondit le Roegadyn. A l’époque, c’était un petit prétentieux qui pensait savoir tout mieux que tout le monde.

_ Aïeaïeaïe, je sens déjà les ennuis d’ici, se plaignit Roporo. Et quand est ce que nous allons rencontrer cette merveille ?

_ Peut être tout à l’heure pour ce qui ressemblera de loin à un briefing mais sinon pas avant demain matin, répondit le Roegadyn. Tel que je le connais, il va rester bien au chaud à l’intérieur.

Pendant plusieurs secondes, personne ne put parler. La cohésion du groupe commençait sur de mauvaises bases. Puis Roporo se leva et fit une révérence.

_ Pour ceux qui ne me connaisse pas, je suis Roporo Puroputo, spécialiste en guérison de bobos.

La Miqo’te prit sa harpe et joua une mélodie joyeuse sur laquelle dansa Roporo.

_ Je m’appelle Y’rtela et je m’occuperai de garder intacte votre motivation.

Le sourire commençait à se dessiner sur les lèvres. Chacun se présenta.

_ N’shron, je m’occupe de vous protéger, et donc de prendre des baffes à votre place.

_ Et moi, Gufsonn. Je l’accompagne et je prends le relais avec ma hache quand il ne tient plus debout.

_ Kalten, je me spécialise dans l’éventration et l’éviscération en tout genre.

Il ne restait que le couple d’Elezen. Ceux-ci sourirent un peu avant de se décider.

_ Je m’appelle Sylvane et je suis mage noire. Et voici mon compagnon.

_ Aurifort, je suis l’érudit du groupe. Il en faut bien un sinon c’est la catastrophe.

Devant le grand sourire de l’Elezen, tout le groupe partit dans un fou rire. Autour d’eux, les autres équipes commençaient également à briser la glace. Une danse par ci, une tape amicale par là, le tout accompagné de franches rigolades. Une équipe se devait de bien s’entendre à défaut d’être soudée. Il fallait pouvoir compter les uns sur les autres en cas de besoin.

Kalten s’approcha de la Miqo’te et s’assit à côté d’elle.

_ N’shron appartient au clan du bouquetin. Et toi Y’rtela, tu appartiens bien au clan du jaguar ?

_ C’est bien ça, répondit l’intéressée. Tu sembles t’y connaitre un peu sur les différents clans.

Kalten sourit.

_ En fait, je suis marié à une Miqo’te. Une Miqo’te du clan du jaguar. Elle m’a un peu parlé de votre histoire.

_ Estime toi chanceux. Les Miqo’tes étant les meilleures, nous n’allons pas avec n’importe qui. Et comment s’appelle-t-elle ? Je dois peut être la connaitre.

Un rire cristallin accompagna cette tirade, ce qui fit sourire Kalten.

_ Ca, pour le caractère, je dois avouer….

Y’rtela tira la langue. Kalten lui répondit en louchant, ce qu’aurait probablement fait Y’oreen.

_ Elle s’appelle Y’oreen.

La Miqo’te réfléchit un certain temps.

_ Y’oreen…Y’oreen… oui je me souviens d’elle ! Une petite Miqo’te aux yeux couleur ambre ? Ouais, je confirme, pour un Hyurgoth, tu as bon gout. Je ne l’ai pas bien connue, nous avons quelques années d’écart et j’effectuais déjà des missions à cette époque. Elle est partie à la mort de sa sœur si je me rappelle bien. Je n’ai jamais réellement su pourquoi. Comment va-t-elle ?

_ Elle a traversé beaucoup d’épreuves mais ça va mieux maintenant. Je lui parlerai de toi si tu veux bien.

_ N’hésite pas. Ca n’arrive pas souvent que des Miqo’tes du même clan se rencontrent dans notre profession. A l’occasion, ça me ferait plaisir de la revoir.

L’ambiance resta festive un bon moment avant qu’une nouvelle silhouette n’apparaisse.

_ Tout le monde se calme et m’écoute maintenant.

Un Hyur, d’apparence jeune, fit son apparition. Il portait la tenue traditionnelle des gradés Ishgardais. Sans aucun doute le chef d’équipe. L’ennui se lisait sur son visage. Avec un soupir, il regarda chacun des membres présents.

_ Je suis Meldar, et bien que vous ne soyez pas des soldats d’Ishgard, je suis votre supérieur.

Kalten étouffa un juron devant le ton employé par Meldar. Rapidement, il s’aperçut que tous n’avaient pas apprécié ces paroles.

_ Suite aux différentes incursions faites prouvant la présence déclinante d’ennemis, le conseil a décidé qu’il était temps de commencer à reprendre le Vigile de Pierre.

Tous les yeux se tournèrent vers le Hyur.

_ Il s’agit en fait de reprendre suffisamment de territoire pour y installer un poste d’avant-garde qui servira de base de départ pour la reconquête future. Chaque unité aura un rôle et un objectif précis à atteindre. Je vous donnerai plus de détail demain. Sachez cependant que, pour ne pas éveiller les soupçons, certaines unités partiront loin du Vigile, faisant semblant de ne faire que passer, et nous rejoindrons plus tard. L’opération sera lancée dès que la neige retombera afin de ne pas nous faire remarquer. Chaque chef d’unité disposera d’une perle de communication le mettant en liaison avec les autres responsables. Des questions ?

Y’rtela prit la parole.

_ Combien de temps va durer cette conn… campagne ?

_ Une ou deux journées devraient suffire pour atteindre tous les objectifs. Je tiens à vous préciser que cette opération restera un évènement grandiose dans votre vie.

Kalten, Roporo et Guffsonn sourirent ironiquement tandis que Y’rtela et N’shron regardèrent comiquement Meldar. Quant au couple Elezen, ils se contentèrent de regarder le feu, semblant indifférents.

_ Puisqu’il n’y a plus d’autres questions, je retourne au mess. Du travail m’y attend. Bonne nuit à tous.

Roporo regarda, interrogatif, Guffsonn. Celui-ci se contenta de hausser les épaules, ce qui pouvait se traduire par « je te l’avais bien dit ». Une fois leur chef parti, ce fut Y’rtela qui commença.

_ Présence déclinante d’ennemis, mais quel abruti pourrait croire ça ?

_ Il est clair que l’on nous cache l’objectif réel de cette mission.

N’shron remua les bûches, réactivant le feu.

_ Ils nous envoient nous à la place de leurs soldats.

Kalten était du même avis. Il était encore impossible de reprendre le Vigile de Pierre. Les monstres y étaient en trop grand nombre. On leur mentait délibérément. Pourquoi ? Qu’est ce qu’il y avait de si important à trouver dans cette forteresse pour que cela vaille la peine de préparer ce genre d’opération ?

Ils discutèrent encore de nombreuses minutes de la mission, de leurs vies également. Ils apprenaient à se connaitre. Puis chacun rejoignit sa couche. Kalten mit du temps à s’endormir, l’appréhension ne le quittant pas. L’expérience lui avait appris que ce genre d’opération se déroulait la plupart du temps moins facilement que prévu.

Mais surtout : pourquoi leur mentait-on ?

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Lun 18 Aoû - 23:02

Chapitre 2

La journée suivante avait été consacrée à l’entrainement. Ils avaient profité de la météo trop clémente pour apprendre à combattre ensemble, à trouver des automatismes et des enchainements communs. Ces techniques sont la base de toute équipe d’aventuriers voulant combattre ensemble. Chaque job avait ses forces et ses faiblesses. Disposer de jobs différents dans une équipe permettait ainsi de compenser ces défauts et de multiplier les possibilités de bien faire. Ainsi que de créer des relations amicales.

Au début, cela avait été un peu difficile. C’était pour cette raison qu’ils avaient décidé de commencer par des proies simples. Puis, les automatismes s’affinant, ils se focalisèrent sur des proies de plus en plus dangereuses. A un moment de la journée, Meldar les avait rejoint et avait voulu prendre les choses en main. Mais un soldat ne réagit pas de la même façon qu’un aventurier. Et Meldar ne le comprenait pas.

_ Mais appliquez ce que je vous dis, bon sang ! On n’y arrivera jamais sinon !

Au bout de plusieurs essais non concluants, Meldar, à bout, dit d’une voix cinglante :

_ Vous n’êtes pas des soldats ! Vous ne savez pas combattre comme tel ! Vous êtes incapables de combattre convenablement ou quoi ?

_ Ca suffit !

Roporo avait répondu avant les autres.

_ Non, nous ne sommes pas des soldats. Les aventuriers réagissent différemment, en effet. Alors maintenant, taisez-vous et regardez comment NOUS nous combattons !

Et, accompagnant le geste à la parole, le groupe s’attaqua à un Eibis Pourpre. A la fin du combat, Meldar retourna au camp, sans un mot, mais le visage rouge. Visiblement, il n’avait pas apprécié la leçon donnée.
N’shron soupira.

_ C’est lui qui va nous diriger ? Il va nous faire tuer, oui.

_ On lui obéira tant que cela ne nous mettra pas en péril, répondit Kalten. Pour ce qui est des combats, ne comptons que sur nous. S’il faut le protéger, nous le ferons. S’il faut le mettre de côté, alors nous le mettrons de côté.

Chacun opina et le reste de la journée se déroula sans que l’équipe ne puisse voir leur chef revenir. Ce que déplora Kalten. Ils allaient devoir composer avec un chef d’équipe incapable d’apprendre et de commander correctement. La mission s’annonçait compliquée.

Le lendemain, il neigea. Tout le monde s’était préparé et chaque équipe avait enfin reçu des instructions et des objectifs précis. L’unité de Meldar avait pour mission de simuler une entrée furtive mais d’attirer quelques monstres. Ils devaient parcourir un maximum de chemin à l’intérieur du Vigile jusqu’à recevoir de nouveaux ordres. D’autres équipes avaient la même mission. Cela devait dégager le chemin à trois équipes qui avaient pour objectif de s’infiltrer sans être vues pour atteindre un endroit donné de la forteresse. Ce qui confirmait leurs doutes sur les motivations réelles de cette campagne.

Avant le départ, Kalten avait tenté de parler avec Meldar. Mais devant l’obstination de celui-ci, il était retourné auprès de ses compagnons en hochant négativement de la tête. Tous firent la grimace. Puis le signal du départ fut donné. Les équipes concernées prirent leurs affaires et partirent en direction de la forteresse. Ils ne firent pas de bruit, la neige tombante les aidant en étouffant leurs pas. Ils s’arrêtèrent à une centaine de mètres et vérifièrent une dernière fois leurs armes. Les mages lancèrent les sorts de protection habituels puis ils se dirigèrent vers la forteresse.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Mar 19 Aoû - 19:54

hrp/ et hop ! Deux autres chapitres ! /hrp



Chapitre 3

_ Celui là, il était facile.

Roporo avait à peine utilisé ses sorts de soin. L’Eibis qu’ils avaient volontairement croisé à l’entrée de la forteresse ne leur avait opposé qu’une résistance de fortune. En quelques secondes, le combat, l’escarmouche plutôt, était terminée. C’est à peine si Meldar avait eu le temps de donner de son épée.

_ C’est pas une raison pour te tourner les pouces.

Guffsonn leva le Lalafell avec ses bras et fit semblant de le mordre.

_ Sinon, il pourrait t’arriver ça.

Roporo fit semblant d’être terrifié et, une fois reposé au sol, se mit à battre des mains et des pieds en tournant la tête dans tous les sens. Ce qui fit rire le reste de l’équipe. Kalten se fit la réflexion qu’il devait s’agir d’un atavisme chez les Lalafells d’agir de la sorte car Peepo réagissait de la même façon en effectuant cette sorte de danse. Qui avait également pour effet d’amuser la galerie. Kalten était persuadé que les Lalafells savaient qu’ils avaient les moyens de détendre l’atmosphère de par leur présence. Le fait qu’ils aient toute leur vie un visage et un corps d’enfant les rendaient attachants. Un Lalafell dans un groupe, c’est un gage d’amusement mais il ne faut surtout pas faire l’erreur de les restreindre à ce seul adjectif. Ce sont des mages hors pairs et des combattants féroces. Voire les deux songea Kalten en pensant à Peepo qui aimait bien mordre dans tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à quelque chose de comestible.

_ Tout le monde reforme les rangs. On continue en direction du secteur B.

Meldar replia et rangea la carte représentant un plan de la forteresse. Chacun reprit sa place. Ils avaient décidé d’adopter le schéma suivant : protecteur, dégât, guérisseur, dégât, dégât, guérisseur, dégât, protecteur. Cet agencement avait un double avantage. Premièrement, les guérisseurs se trouvaient au milieu de protecteurs et de dégâts, ce qui permettait de les protéger en cas d’attaque subite. Deuxièmement, si l’équipe devait se retrouver scindée en deux, cette répartition permettait d’avoir toujours un protecteur avec un guérisseur et deux dégâts. Ils s’enfoncèrent donc dans les couloirs délabrés de la forteresse. Ils faisaient leur possible pour ne pas se faire repérer et prenaient donc le temps qu’il fallait pour avancer en toute sécurité. Ils étaient là pour ouvrir le chemin, pas pour se faire tuer à l’entrée de la forteresse.

Ils progressaient. Par trois fois, ils durent combattre des Eibis et des loups. Guffsonn et N’shron avaient été touchés mais les soigneurs avaient rapidement agit pour les remettre sur pieds. A chaque croisement, ils traçaient au sol un symbole assez discret pour indiquer aux équipes derrière eux la direction qu’ils prenaient. Ainsi, l’unité qui arriverait sur le même croisement prendrait un autre couloir que le leur. Mais plus ils avançaient, plus les aventuriers sentaient que quelque chose clochait. Arrivée dans un corridor assez large, Y’rtela rompit le silence.

_ Ca n’a aucun sens ce que l’on fait.

_ On se tait et on avance.

Meldar intima d’un geste le silence à la Miqo’te et indiqua à N’shron de continuer la progression. Celui-ci regarda ses compagnons et ne bougea pas.

_ Pas question que je continue.

_ Qu’est ce que tu as dit ?

Meldar ouvrit grand les yeux et s’approcha du Miqo’te. Kalten se tourna vers son chef d’équipe.

_ Il a dit qu’il s’arrêtait là. En fait, nous nous arrêtons tous ici, Meldar.

Celui-ci regarda Kalten avec des yeux qui semblaient lui lancer des éclairs. Kalten croisa les bras et maintint son regard.

_ Nous ne bougerons plus tant que nous ne saurons pas exactement pourquoi nous sommes ici.

_ Vous avez reçu vos ordres et vous êtes payés pour atteindre l’objectif ! Pas pour poser des questions !

_ Nous ne sommes pas payés pour mourir pour Ishgard, Meldar. Et ton objectif à la con, tu peux te le mettre ou je pense.

Meldar posa la main sur son épée, la colère déformant sa voix.

_ Désobéissance à un ordre direct. Vous passerez devant les juges pour cet affront !

Kalten haussa les épaules.

_ Nous ne sommes pas des soldats. On pourrait même décider d’arrêter maintenant et de sortir d’ici. Alors tes juges….

Roporo s’approcha de Meldar.

_ C’est stupide ce que nous faisons. Si le but de cette campagne est d’établir une tête de pont, alors pourquoi l’ensemble des équipes doit s’enfoncer dans la forteresse ? Ce n’est pas normal.

_ Je vous l’ai dit, vous avez reçu vos ordres.

Meldar s’obstinait.

_ A moins que…. , Roporo se mit à réfléchir,….à moins que l’objectif soit de rechercher quelque chose ou quelqu’un ?

_ C’est exactement ce que je pense, enchaina Kalten. Et ça expliquerait pourquoi les équipes ne doivent pas se croiser afin de multiplier les chances de trouver.

_ Ca suffit ! aboya Meldar. Reprenez la mission ou…

_ Ou bien quoi ?

Aurifort s’engageait lui aussi dans la conversation. Il avait les bras croisés mais son regard était vrillé sur celui de Meldar.

Tout à coup, une explosion retentit derrière eux. Ils furent projetés au sol par le souffle de la déflagration et des débris de pierre leur tombèrent dessus. Puis un hurlement de haine se fit entendre.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Mar 19 Aoû - 19:56

Chapitre 4

Kalten avait eu le pied cassé par un élément de la colonne pulvérisée. En regardant rapidement, il vit que certains d’entre eux n’arrivaient pas à se relever. Puis il sentit la douleur partir et un vent inconnu le revigorer. Un ExtraMedica venait d’être lancé. Il bondit sur ses pieds.

_ Position de défense ! hurla t’il.

Aussitôt, chaque membre du groupe prit sa position. Tous sauf Meldar qui ne savait pas trop où se placer.

_ Meldar, recule ! Garde l’alignement !

Meldar hésita à obéir. Après tout, c’était lui le gradé. Il obtempéra quand même et s’aligna sur les autres. Une position de défense était assez simple dans sa configuration. Il fallait protéger les magiciens, et en particulier les guérisseurs. Ainsi on retrouvait dans ce schéma les protecteurs en première ligne, les dégâts au corps à corps prêt à bouger dès que les protecteurs auraient attiré l’attention de l’ennemi et les magiciens en arrière. Et durant toute la durée du combat, il fallait garder un œil sur les guérisseurs. Par leur faculté à prodiguer des soins, ils attiraient l’animosité de leurs ennemis. Il fallait donc pouvoir réagir rapidement si un guérisseur se faisait attaquer. Du fait d’avoir un mur dans leur dos, leur position était plus facile à défendre : pas de soucis de se faire attaquer par derrière. A l’inverse, il ne fallait pas se faire déborder car toute retraite s’avérerait impossible.

Ils virent deux Dracoeibis et deux Ziz porteurs se précipiter vers eux. La situation s’annonçait compliquée.

_ Il est là ! Il est bien là !

Kalten vit que Meldar semblait regarder au-delà des monstres. Il se risqua à jeter un œil lui aussi et se raidit. Meldar sortit du rang et se précipita à l’arrière, sa main à l’oreille.

_ Meldar ! Ne rompt pas l’alignement !

Guffsonn était furieux mais il ne pouvait rien faire. Il y avait un trou dans la chaine de défense. Kalten se déplaça légèrement pour combler en partie le vide laissé.

_ Ici équipe 5. Cible localisée en secteur 4. Se dirigeant vers secteur 5. Je répète. Cible se dirigeant vers secteur 5.

Kalten comprit alors le véritable but de cette mission. Il jura devant l’absurdité des autorités ayant pris cette décision puis il se prépara à l’affrontement. Meldar restait en arrière, semblant attendre visiblement une réponse des autres chefs d’équipe. Quelques secondes avant, Kalten vit que la cible n’avait toujours pas bougé et qu’elle se préparait. Il se tourna brièvement vers les guérisseurs. Il cria à tous :

_ On va se manger de la magie ! Roporo, focalise-toi uniquement sur les Protections ! Il faut absolument qu’elles restent actives ! C’est une question de vie ou de mort ! Aurifort, ne t’occupe que des soins ! Des soins constants !

N’shron et Guffsonn chargèrent en hurlant.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Mer 20 Aoû - 13:41

hrp/ on continue dans la joie et la bonne humeur   . Et deux chapitres, deux ! /hrp



Chapitre 5

Le paladin entreprit de capter l’attention de l’ensemble des monstres tandis que le guerrier attaqua ceux-ci tout en reprenant la main les rares fois où l’un d’entre eux voulait s’approcher des mages. Ils se focalisèrent sur les deux Ziz porteurs. La barde virevoltait d’une position à une autre, tantôt lançant un chant de soutien, tantôt lardant ses cibles de flèches avec une précision chirurgicale. La mage noire lançait ses sorts sans interruption, ne se souciant pas de sa mana. La rapidité était primordiale pour survivre à ce combat. L’érudit et le mage blanc psalmodiaient sans relâche, diffusant des soins et des protections sur l’ensemble du groupe. La sueur perlait sur leurs visages tellement leur concentration était intense et le rythme effréné. Le chevalier dragon dansait entre les cibles ; il feintait, sautait, piquait, toujours en mouvement. Les deux Ziz défaits, le combat continua de la même façon sur les Dracoeibis. Meldar les rejoignit enfin. Il prit une position d’attaque. Et pendant ce temps, la cible, un homme, du moins en apparence, tentait de lancer ses sorts sur l’équipe. Pour éviter de recevoir trop de dégâts magiques et soulager les guérisseurs, Y’rtela lançait régulièrement des flèches sur le mage, obligeant celui-ci à se déplacer et interrompant ses incantations. Ce qui n’empêchait pas le groupe de recevoir quelques sorts offensifs. Mais Roporo et Aurifort veillaient.

Voyant que ses créatures ne prendraient pas le dessus, le mage prit la décision de s’enfuir et s’engagea prestement dans un couloir sombre.

_ Bon sang, il part ! Je dois prévenir les autres.

_ Meldar ! Termine le combat !

Guffsonn grogna en voyant Meldar retourner à l’arrière, laissant une ouverture dans leur système de défense. Le dernier Dracoeibis en profita et envoya une attaque vicieuse en direction de Sylvane. Celle-ci n’eut pas le temps de réagir et fut violemment projetée contre le mur. Elle retomba, inerte, sur le sol.

_ Sylvane !

Aurifort se précipita vers elle, inquiet. Le Dracoeibis était presque mort, Roporo pouvait soigner seul l’équipe. Ce fut lui, d’ailleurs, qui porta le coup de grâce au moyen d’un sort de Terre. Tout à coup, la fureur du combat laissa place au silence. Guffsonn et N’shron tombèrent au sol, reprenant leur souffle. Roporo s’assit et commença à récupérer sa mana. Y’rtela s’approcha de Sylvane. Celle-ci était toujours inconsciente. Aurifort était à ses côtés. Roporo interrompit sa transe et ausculta la mage noire.

_ Bien compris équipe 2.

Kalten, retenant comme il pouvait son énervement, se dirigea droit sur Meldar et le bouscula, l’envoyant au sol.

_ Pauvre crétin ! Tu as failli nous faire tuer ! J’espère pour toi que Sylvane va s’en sortir !

Meldar se leva.

_ J’ai des ordres, Kalten. Il est primordial de donner les informations au bon moment.

_ Au bon moment ? Espèce d’abruti, comment comptes tu envoyer des ordres si ton équipe est morte ? Tu as brisé la chaine de défense, idiot ! Et Sylvane l’a payé.

_ Tu me parles sur un autre ton, aventurier !

_ Je te parlerai comme….

_ J’ai soigné le plus gros de la blessure ; Roporo s’approcha de Kalten, autant pour donner des nouvelles de la mage noire que pour éviter un affrontement entre Kalten et Meldar. Mais Kalten, il faut la sortir de là. Elle a besoin d’autres soins.

_ Que quelqu’un la ramène alors. Nous devons suivre le mage. La mission continue.

Kalten foudroya Meldar du regard. Il parla d’une voix calme, froide mais pleine de menace. Aurifort s’était également approché. Guffsonn le retint doucement.
_ Maintenant, tes conneries, ça suffit, l’ami. La seule direction que nous allons prendre, c’est celle de la sortie. Sylvane a besoin de soins. Alors, ta mission, tu peux te la mettre où je pense.

Kalten prit Meldar par le devant de sa tunique et vrilla son regard dans le sien.

_ Et si ça te pose un problème, l’ami, je me ferai une joie de te couper une oreille. Après tout, durant un combat, il peut s’en passer des choses.

Meldar regarda les autres aventuriers tour à tour. Tous le fixaient, de connivence avec le chevalier dragon. Meldar abdiqua.

_ Ca se paiera Kalten. Je te promets que ça se paiera.

Kalten ne lâchait toujours pas l’Ishgardais et le fixait avec un petit sourire.

_ J’ai vu, combattu et survécu à bien pire que toi, l’ami. Alors tes menaces…. Mais un conseil. Si tu tentes quoi que ce soit contre moi, ne me rates pas. Surtout pas. Parce que moi je ne te raterai pas. Et crois moi, tu n’aimeras pas ce que je te ferai.

Kalten posa Meldar. N’shron s’approcha.

_ Cet homme, on sait pourquoi les Ishgardais le veulent ?

Kalten soupira avant de répondre.

_ Il s’agit d’un Ascien.

_ C’est une blague ? Aurifort regardait Meldar. Vous avez envoyé des équipes traquer un Ascien ?

_ Je n’ai pas à m’expliquer.

Roporo se tourna tour à tour vers Aurifort et Kalten.

_ C’est quoi un Ascète ?

Kalten sourit.

_ Ascien. Est-ce un homme ? Une entité quelconque avec une apparence d’homme ? Je ne sais pas. Mais en tout cas, ça ne sent pas bon du tout.

_ En effet ; Aurifort pris la suite de l’explication. Ce sont des êtres visant à la suprématie de leur Dieu de mort. Ils sont très dangereux à combattre à terrain découvert. Alors ici…

Y’rtela cracha au sol.

_ Et les Ishgardais préfèrent envoyer à la mort des aventuriers plutôt que sacrifier leurs « précieux » soldats ! Pitoyable.

_ Vois ça autrement, Y’rtela ; Kalten sourit en regardant Meldar ; nous sommes tellement meilleurs combattants que leurs soldats qu’ils ont préféré nous envoyer nous. C’est bien ça, Meldar ? Je ne me trompe pas ?

Meldar fulminait mais ne répondait pas. Kalten observa le groupe.

_ Allez, ne tardons pas. N’shron, tu vas en tête. Meldar derrière N’shron. Roporo, tu suis avec Y’rtela derrière toi. Guffsonn, tu prends Sylvane sur tes épaules. Aurifort, tu te mets derrière. Je ferme la marche.

Tout le monde se prépara. Même Meldar obtempéra. Kalten leur donna les dernières instructions.

_ On a une blessée grave. On évite donc au maximum les confrontations mais il faut aller assez vite pour sortir d’ici. Si nous devons vraiment combattre, tu seras chargé de la protection de Sylvane, Guffsonn. Les autres, nous devrons les protéger. Allez N’shron, sors nous de ce trou à rats.

_ Et c’est parti !

Kalten grogna, espérant que tout irait bien.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Mer 20 Aoû - 13:44

Chapitre 6

Le groupe avançait vite mais N’shron se concentrait pour éviter les éventuels monstres. Ils ne faisaient que retourner sur leurs pas et ne devaient donc pas rencontrer d’ennemis. Mais le Vigile est un tel labyrinthe de couloirs qu’il fallait tout de même se méfier. Par moments, ils avaient l’impression d’entendre des hurlements ; sans doute une équipe en train de combattre. Sylvane ne montrait aucun signe d’amélioration, et Aurifort ne cachait plus son inquiétude.

En arrivant près d’un énième carrefour, N’shron entendit des bruits de course et fit signe de s’arrêter. Aux bruits de course succéda des cris. Une équipe arrivait devant eux et elle ne semblait pas seule. En effet, un Ishgardais équipé d’un arc s’arrêta à l’embranchement et hurla à son équipe quelle direction prendre. Tout à coup, des débris de pierres jaillirent et toute l’équipe se retrouva au sol.

_ Ca sent pas bon, ça.

N’shron mordillait ses lèvres.

L’équipe devant eux se releva et se mit en position de combat. Ils étaient six et ne semblaient avoir qu’un seul guérisseur et un unique protecteur. Par un trou dans la paroi, Kalten put voir une petite dizaine de monstres foncer sur les survivants.

_ Ils vont se faire renverser. Bon sang !

Kalten s’approcha rapidement du paladin.

_ N’shron, tu vas foncer avec les autres vers l’équipe et leur ordonner de te suivre. Sors les tous de là le plus rapidement possible. Ne vous retournez que quand vous sentirez la neige sur vos visages.

_ Heuuuuuu, Kalten, tu comptes faire quoi au juste ?

Y’rtela tapota le casque du Hyurgoth, légèrement inquiète. Kalten lui sourit.

_ Moi ? Une grosse connerie, rien de grave.

Aurifort s’approcha à son tour.

_ Kalten, tu viens officiellement d’intégrer mon top dix personnel des pires âneries que j’ai entendu.

_ Tu m’en parleras quand je vous attendrai un verre à la main au quartier général. Et je vous demanderai ce qui vous aura autant retardé.

Certains se permirent de rire un peu. Kalten prit sa lance dans ses mains ainsi qu’un objet qu’il n’utilisait que très rarement.

_ Allez N’shron, sors les de là !

Le paladin hocha la tête gravement et partit au pas de course. Les autres suivirent derrière lui. Kalten fonça le dernier et prit l’embranchement d’où les monstres arrivaient. L’équipe sur place fut étonnée de voir débouler d’autres aventuriers, et encore plus de regarder un géant Hyurgoth foncer droit vers la marée de monstres. Kalten lança son objet en direction de ceux-ci. L’objet explosa en touchant le sol, ce qui perturba légèrement les monstres.

_ PAR ICI BANDE DE LOPETTES ! VENEZ PAR LA ! PUTRIDES BATRACIENS !

Après les avoir provoqué, Kalten prit la direction opposée à celle des équipes, vérifiant que les monstres le suivaient bien lui. Avec un petit sourire, il vit que l’ensemble du groupe était déjà parti. Il fonça droit devant lui, s’enfonçant de plus en plus dans les couloirs de la forteresse. Toujours en souriant, il se fit une réflexion.

_ Bon sang ! Si ma belle et Cyrcée apprennent ça, elles vont me découper en morceaux !

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Jeu 21 Aoû - 13:21

hrp/ On va réduire la cadence maintenant. Un seul chapitre aujourd'hui /hrp



Chapitre 7

Kalten courait aussi vite que possible, faisant attention de ne pas se coincer un pied ou de ne pas glisser. Sa seule chance pour échapper à ses poursuivants était de trouver un endroit pour se cacher. Les monstres le détectaient à la vue et non pas à l’odorat, ça il le savait. Mais plus il avançait, moins il voyait de possibilités. Et s’il dépassait l’endroit où ils avaient combattu, il finirait par rencontrer d’autres monstres. Et là….

_ C’était pas une si bonne idée que ça, tout compte fait.

En arrivant dans la pièce, il vit que les Dracoeibis et les Ziz n’avaient pas encore attiré les charognards. En les regardant, il eut une idée. Il n’avait que quelques secondes avant que la meute n’arrive. Il prit sa lance et ouvrit le ventre de l’un des Dracoeibis. Immédiatement, une odeur de viscères fumants l’assaillit. Il réprima tant bien que mal un haut le cœur et s’allongea le long du Dracoeibis mort, rabattant la partie ouverte sur lui au moment ou les monstres arrivaient dans la pièce.

Durant un instant, ils parurent décontenancés de ne plus voir leur proie. Le cœur de Kalten se mit à battre plus fort. Si jamais les monstres décidaient d’abandonner la poursuite, il y aurait de grande chance qu’ils restent ici. Et lui se retrouverait coincé durant un bon moment. Par un trou qu’il avait fait dans la peau de l’animal, Kalten put voir l’hésitation des monstres. Puis un bruit, peut être la chute d’une pierre, fit se retourner l’un d’eux qui partit comme une flèche, suivi de près par les autres. Kalten attendit de longues minutes afin d’être sûr qu’il n’en reste aucun. Il sortit enfin de sa cachette improvisée et prit pour la seconde fois le chemin de la sortie. Il n’avait aucune perle, aucun moyen de communication lui permettant de demander des secours. Il devait s’en sortir tout seul.

Kalten connaissait bien le chemin maintenant. Il n’entendait aucun bruit de combat. L’opération était sans doute terminée et toutes les équipes devaient être rentrées au camp maintenant. Il approchait de la sortie. Toujours en alerte, la main sur sa lance, il faisait ce qu’il pouvait pour faire le moins de bruit possible. Etrangement, il n’avait fait aucune mauvaise rencontre. A croire que les monstres ne souhaitaient pas réinvestir les lieux rapidement.

Le dernier croisement était en vue. Kalten s’approchait doucement, préférant garder sa concentration jusqu’au bout. C’est à ce moment qu’il le rencontra de nouveau. Le mage arriva par la droite. Il était accompagné de deux Ziz porteurs. Lui se trouvait à une dizaine de mètres du croisement. La sortie lui était dorénavant bloquée.

_ Et merde….

Il ne perdit pas de temps et effectua un Saut qui lui permit d’étourdir l’un des Ziz. Un Saut en arrière le mit hors de portée du second monstre mais pas de la réaction du mage. L’Ascien envoya une boule d’énergie sur lui. Kalten eut juste le temps de plonger sur le côté, évitant de peu le sort offensif. Un bruit d’explosion retentit derrière lui et il sentit le froid envahir le corridor. En se relevant rapidement, il vit deux choses. Tout d’abord, le second Ziz se précipitait dans sa direction, toutes griffes dehors. Mais Kalten vit surtout que l’explosion avait ouvert une grosse brèche donnant sur l’extérieur de la forteresse. Sans hésitation, il sauta dans le trou, ne sachant pas où il allait atterrir.

Le choc contre le rocher six mètres plus bas fut rude et il cria de douleur. Il regarda son avant bras mais ne vit rien. Il avait du se faire une fracture interne. Avec une grimace, il se releva rapidement, prit sa lance et se cacha derrière le rocher. Pour ne pas se faire trahir par la vapeur de sa respiration, il mit une grosse quantité de neige dans sa bouche et attendit. Il entendit alors des bruits venant du trou par lequel il avait sauté. L’Ascien devait certainement ordonner aux monstres d’arrêter la poursuite. Là encore, Kalten attendit de longues secondes, grimaçant de douleur, avant d’oser regarder au dessus de lui. Personne. Le trou dans le mur était vide de monstres. Il était sorti. Pas indemne mais en un seul morceau. Pas de quoi se plaindre.

La douleur le fit démentir. Il grimaça de nouveau, retenant un petit cri. Une voix dans sa tête se fit entendre.

_ Je ne peux pas soigner ta fracture, Kalten. Mais je peux prendre les commandes et te ramener au Camp.

Kalten hocha la tête et regarda la neige commençant de nouveau à tomber.

_ On va faire ça, Rhalg. En arrivant au Camp, redonnes moi le contrôle. Ca va faire mal quand je le reprendrai mais il vaut mieux que ce soit véritablement moi qui arrive devant les gardes.

Kalten ferma les yeux. Quand il les rouvrit, ils étaient entièrement rouges. Il se leva, prit sa lance et partit vers le Camp, marchant d’un pas sûr comme s’il n’était pas blessé.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Ven 22 Aoû - 14:24

Chapitre 8

Les différentes équipes étaient toutes rentrées. La mission avait été un échec quasi total et les aventuriers comptaient leurs morts, le visage sombre. Ils avaient du mal à contenir leur colère. Quelques chefs d’équipe Ishgardais étaient restés pour aider les survivants. Meldar n’était pas de ceux là. L’équipe cinq étaient dans une tente d’infirmerie et attendait des nouvelles de Sylvane. Aurifort était avec elle. Il sortit de la tente et se dirigea vers eux.

_ Alors ? Comment va-t-elle ?

L’Elezen pencha sa tête vers Roporo et lui sourit.

_ Elle a ouvert les yeux. Sylvane a un très gros mal de tête mais elle va bien. Il lui faut du repos maintenant.

Chacun sembla soulager de cette nouvelle. N’shron montra de la tête les différentes tentes.

_ Aucune équipe n’est revenue entière. Il y a eu de nombreux morts.

Y’rtela se tourna vers l’extérieur du Camp, se mordillant les lèvres.

_ Il faut qu’il rentre. Je ne tiens pas à dire à sa femme qu’elle ne le reverra plus.

Roporo regarda étonné la Barde.

_ Kalten est marié ?

Y’rtela hocha de la tête.

_ A une Miqo’te de mon Clan. Mais je ne la connais pas très bien. Je préfèrerais faire sa rencontre en lui ramenant son mari vivant et en un seul morceau.

_ Alors, il faut aller le récupérer !

Roporo se tourna vers l’Elezen.

_ Les gardes empêchent toutes sorties pour le moment. Ca risque d’être compliqué.

Guffsonn tapa dans ses poings.

_ Rien à foutre des gardes ! Ces Ishgardais nous ont envoyé au charbon en nous mentant et il faudrait qu’on fasse les bons petits soldats ? Et puis quoi encore ?

N’shron montra les gardes à l’entrée du Camp.

_ Il se passe quelque chose. Les gardes semblent sur la défensive. Je crois que quelque chose s’approche du Camp.

Ils se précipitèrent vers l’entrée. Ils virent alors les gardes entourer un nouveau venu. Avec la neige qui tombait drue, ils ne voyaient qu’une ombre géante. En entendant la voix de l’inconnu, ils coururent à sa rencontre. C’était Kalten.

_ Hey, soldats ! Il fait parti de notre équipe. Laissez le passer.

Les soldats se tournèrent vers Guffsonn et, après quelques explications, laissèrent Kalten entrer dans le Camp. Y’rtela souriait.

_ Satané Hyurgoth ! J’ai cru une seconde que j’allais devoir annoncer à Y’oreen que tu avais fini dans la gueule d’un Dracoeibis.

_ Pour qu’elle vienne démonter pierre par pierre le Vigile, trouver et éventrer le Draco et me tuer à nouveau à la petite cuillère ? En plus, elle ne serait pas seule à faire ça. Elles seraient deux. Non merci, j’ai passé l’âge de vivre dangereusement.

Tout le monde se permit de rire. Ils étaient de nouveau ensemble. Kalten grimaça cependant de douleur. Roporo s’approcha.

_ Montre moi ton bras.

Il tata rapidement la blessure et incanta un Soin important. Kalten sentit l’os se remettre en place et se ressouder. Puis la douleur disparut rapidement. Il ne resta plus qu’un léger engourdissement qui disparaitrait sous peu.

_ Merci Roporo. Ca fait du bien.

Le Lalafell hocha la tête et indiqua du doigt de nouveaux gardes qui s’approchaient.

_ Vous êtes bien Kalten Tamral, chevalier dragon de la cinquième équipe ? demanda l’un d’eux.

_ C’est bien moi.

_ Veuillez nous suivre monsieur. Vous êtes attendu.

_ Hey ! Il vient d’arriver et blessé en plus. Laissez-le se reposer un peu !

_ Pas d’inquiétudes Y’rtela. Je vais bien. Je pense savoir ce que l’on me veut. Je m’en occupe et je reviens.

Kalten suivit les gardes. Les équipiers se regardèrent, devinant très bien pourquoi Kalten était convoqué.

_ Meldar, cracha Guffsonn.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Kalten le Lun 25 Aoû - 13:17

hrp/ Voici le dernier chapitre /hrp




Chapitre 9

Kalten entra dans ce qui avait servi de quartier général. En voyant Meldar ainsi que les autres chefs d’équipes et des officiels, il sourit et se dit que cela allait être divertissant. Les gardes fermèrent les portes et Kalten s’approcha des autres.

_ Je suis Aurois, dirigeant du Camp. Kalten Tamral, c’est bien ça ?

Un Elezen en armure se tenait devant lui, très droit et le visage impassible.

_ C’est bien ça. Et le mari de Y’oreen Askahut, Erudite et Barde qui aurait pu tenir sa place dans une équipe.

Un fugace sourire apparut sur les traits d’Aurois.

_ Merci pour la précision, chevalier dragon. Vous êtes ici car j’aimerais avoir votre version de la mission que vous aviez à effectuer. Cela m’aiderait à comprendre certaines choses.

Kalten haussa les épaules et commença son récit au moment où l’équipe s’entrainait avant de commencer la mission. Cela dura près d’une heure. Kalten raconta sans fioritures tous les évènements, ne cachant rien. A la fin de son récit, le silence prit place. On n’entendait que le crépitement du feu dans la cheminée. Aurois semblait réfléchir à ce qu’il avait entendu. Il leva les yeux vers Kalten.

_ Un récit fort instructif, je reconnais. Et avec l’avantage d’être direct et précis. Capitaine Meldar, il semblerait que vous ne m’ayez pas mentionné certains aspects des évènements. Un oubli involontaire de votre part je présume ?

Meldar regarda brièvement Kalten en lui lançant un regard noir avant de répondre.

_ Je reste sur mes déclarations, Monsieur. L’aventurier Kalten n’a rien fait pour arranger les choses.

_ A juste titre, capitaine !

Aurois avait tapé du poing sur la table. Meldar ne bougeait pas, regardant droit devant lui.

_ Vous n’avez pas fait grand-chose pour vous intégrer à votre équipe, capitaine. Vous auriez du savoir qu’une équipe d’aventuriers se gèrent d’une façon autre que votre unité, qui m’a déjà fait remonter des faits troublants à votre égard de surcroit. En prime, vous avez mis en péril l’intégrité de votre groupe durant l'un des accrochages. Pour ce qui est de la poursuite de la mission après ce combat, ce n’est malheureusement pas à moi de statuer. Mais sachez, capitaine, que j’émettrai mon avis et qu’il ne vous sera pas favorable !

Kalten attendait, les bras croisés. Il se dit que Cyrcée aurait été amusée de cette scène. En regardant les autres chefs d’équipes, il s’aperçut que beaucoup d’entre eux cachaient un sourire. Visiblement, Meldar n’était pas très apprécié. Aurois se leva et s’approcha de Meldar.

_ Capitaine Meldar, en attente d’une décision vous concernant, vous êtes relevé de vos fonctions de capitaine d’unité. Une nouvelle affectation vous sera révélée en temps utile. Rompez !

Meldar essayait de garder contenance mais il lança un regard plein de haine vers Kalten. Celui-ci le regarda calmement et haussa les épaules.
Tout à coup, un garde fit irruption dans la pièce et se mit au garde à vous.

_ Monsieur, nous avons un problème. Les aventuriers se regroupent devant le bâtiment et ils n’ont pas l’air amical. Devons nous faire intervenir les soldats ?

Aurois se tourna vers Kalten.

_ Votre avis, aventurier Kalten ?

_ Très simple. Vous me retenez depuis plus d’une heure. Le message a du circuler entre les aventuriers des raisons de notre réunion. Ajoutez à cela que vous avez omis de nous signaler le réel objectif de cette campagne ratée qui a fait plusieurs morts parmi nous et vous obtenez ça. Laissez-moi leur parler et tout s’arrangera.

Aurois regarda un moment Kalten.

_ Je suis du même avis que vous mais avec certaines nuances.

Aurois s’approcha de Kalten.

_ Merci de votre coopération. Je compte sur vous pour leur expliquer que nous ne vous voulons aucun mal. Cependant, je souhaiterais vous dire une dernière chose.

Kalten écouta, les bras croisés. Il voulait en finir rapidement avec tout ça et retourner auprès de Y’oreen.

_ Nous vous avons effectivement caché certaines choses. Je compte sur vous pour ne pas ébruiter ce que vous savez. L’opinion publique n’a pas à connaitre certains détails concernant sa sécurité. Dans le cas contraire, le résultat pourrait être désastreux. Sommes nous d’accord, aventurier Kalten ?

Kalten poussa un soupir d’agacement.

_ Là d’où je viens, j’ai déjà entendu ce discours. Lieux différents, mêmes paroles. Ne craignez rien, je ne dirai rien de ce que j’ai vu, ni aucun autre aventurier. Mais vous vous trompez. Ca arrive à tout le monde.

Kalten salua rapidement Aurois et se dirigea vers la porte. Une fois dehors, il put s’apercevoir que l’ensemble des aventuriers valides étaient devant le bâtiment, la main sur leurs armes. Il leur expliqua brièvement ce qu’il s’était passé, ce qui eut pour effet de les calmer. Ils repartirent s’occuper de leurs blessés. Kalten les regarda et se sentit soudainement las. Il voulait voir Y’oreen, être dans ses bras. Ses équipiers s’approchèrent. Ils se saluèrent avant que chacun ne prennent la route de son côté. Ils savaient qu’ils se retrouveraient un jour ou l’autre au détour d’une mission. La vie d’aventurier continuait.

Kalten prit des nouvelles de Sylvane et fut content d’apprendre qu’elle allait de mieux en mieux. Il fit son paquetage et, au moment de partir, entendit une voix qu’il connaissait bien.

_ Kalten ! Hé, Kalten !

Il se retourna en souriant pour voir un petit garçon débouler dans la tente.

_ Salut Arvine. Tu sembles être en pleine forme.

_ Ouais, je m’entraine tous les jours à l’arc et à être plus fort physiquement. Ta jolie madame n’est pas avec toi ?

Kalten se mit à genoux en riant.

_ Y’oreen n’a pas pu venir. Je vais justement la rejoindre. Je te promets que la prochaine fois que je viendrai, elle sera là aussi.

Arvine regarda l’armure, toujours émerveillé. Il remarqua quand même qu’elle était abimée à l’avant bras gauche.

_ Tu t’es blessé ? C’est grave ?

_ Ne t’inquiètes pas. J’ai été soigné et je connais un forgeron qui sait réparer ce genre d’armure.

Arvine hocha la tête.

_ D’accord. Je vous attendrai alors. Il faut que j’aille aider maman. A bientôt Kalten. Et fais un bisou de ma part à ta jolie madame.

_ Ce sera fait, promis. Allez file comme la flèche maintenant.

Arvine salua Kalten, ce qui le fit sourire et il dut effectuer un salut également, puis le garçon partit en courant.

Kalten prit alors ses affaires et se dirigea vers l’éthérite, le cœur léger. Il allait enfin retrouver Y’oreen.

Kalten

Messages : 331
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Campagne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum