Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Aller en bas

Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Dim 28 Mai - 5:56




Au cœur de la forêt de la Noscea Orientale un miqo'te lunaire marchait lentement. Il boitait. Il avait de longs cheveux bordeaux, une queue touffue de la même teinte et un long manteau rouge amplement ouvert. Du sang coulait le long de son bras, son visage était noirci par la terre et son pantalon avait dangereusement pris la teinte de son sang au niveau du genou droit. Plus il avançait, plus ses pas se faisaient lents et compliqués. Son regard était dans le vide. Il était perdu, perdu dans des pensées provoquées par une nouvelle inattendue. Dans sa main gauche il tenait un morceau de papier froissé : sa lettre. Pour la première fois depuis des mois il connaissait un sentiment de soulagement. En fait cela faisait des années qu'il n'avait plus ressenti cela. Comme si tout à coup, toute la colère qui vous habitait n'avait plus de sens. Il se surprit à sentir ses larmes couler le long de ses joues alors qu'il regardait le ciel. La nuit était tombée depuis longtemps. Ainsi elle était sauve, sûrement à se créer des soucis ailleurs. Mais il ne s'en faisait pas pour elle, plus maintenant. Il n'oublierait pas le moindre mot de sa lettre ni tous ceux qu'ils avaient partagés. Il chuchota quelque chose aux étoiles avec un doux sourire. Ces mots avaient été réfléchis, ils étaient beaux et l'avaient touché. Pour la première fois depuis sa blessure à la jambe il ne semblait plus la ressentir aussi fortement. Le soulagement l'emplissait. Il était encore sous le choc mais son éther devait paraître bien calme pour une fois. Il ralentissait petit à petit, puis il lâcha son arme, une gunblade. Elle tomba doucement dans l'herbe. Il la suivit quelques pas plus tard, tombant sur le dos, sous les étoiles flamboyantes.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Dim 21 Jan - 16:20

Dans un port presque abandonné un grand navire était affrété en urgence. Il suffisait de voir les visages marqués, les corps meurtris et l'ambiance pesante pour comprendre la situation. Voilà tout ce qu'il restait de l'essor révolutionnaire domien.
Doma était une cité, la plus grande de Yanxia, une région du continent d'Othard. C'était à l'Est d'Eorzéa (continent où de nombreuses aventures attendaient nos héros) et d'Ilsabard (Continent où est né Garlemald). Doma était une province impériale Garlemaldaise depuis des décennies. La vie était dure avant l'empire mais elle fut pire avec. L'empire de Garlemald avait conquis une grande partie des terres de ce monde en une cinquantaine d'années. Fort de la technologie Magitech mêlant science et magie ils avaient assis une domination militaire sur leurs voisins ainsi que les voisins de leurs voisins. Si l'empire offrait la citoyenneté aux peuples qui acceptaient sa mainmise le racisme était fort et le statut de citoyen ne protégeait en rien les populations dominées. La vie à Doma était faite d'humiliations journalières. On nous faisait bien comprendre que nous ne valions rien et que nous avions déjà beaucoup de chance d'être en vie. C'est dans ce contexte que j'ai grandit, moi étranger parmi les dominés. Mais vous me retrouverez plus tard. Revenons en à notre bateau.
Il contenait ce qui restait de la résistance Domienne. L'honneur est fort à Doma, il l'a toujours été. Lorsque Kien, le roi Domien, que l'Empire avait laissé en place pour calmer la population, apprit l'échec de l'invasion Garlemaldaise en Eorzéa, une vague d'espoir naquit. Avec son fils Hien et d'autres proches comme Yugiri ils tentèrent de renverser le pouvoir. Ce fut un échec, Doma avait été trahie et l’insurrection fut réprimée dans le sang. Le roi perdit la vie, son fils disparu fut annoncé mort également ainsi que les généraux Domiens. La ville même fut rasée par l'artillerie Impériale. Alors la fuite devint la seule solution pour vivre.



Ce bateau était le seul espoir de salut pour les quelques dizaines de fuyards survivants. Il avait été préparé et laissé dans un vieux port abandonné où si il le fallait, une fuite était possible. De la débâcle émergea une leadeuse : Yugiri. Elle était une Ao'ra Raenne, comme ma famille adoptive et comme ma sœur donc : Mitsuha.
Mitsuha marchait sur le pont et aidait les plus mal en point à s'installer. Mais elle était inquiète. Elle lançait souvent des regards vers les terres, comme si elle attendait un miracle. Quand elle croisa Yugiri, elle ne put garder le silence :

-Dame Yugiri, Dame Yugiri ! Héla t-elle en arrivant à sa hauteur. Yugiri supervisait l'installation des vivres. Shun, mon frère, il n'est pas revenu.

-Je sais, comme beaucoup des nôtres, il n'a pas donné signe de vie depuis sa dernière mission. Elle baissa les yeux, car cette mission s'était mal passée. Ils n'avaient pas eu la moindre nouvelle mais avec la débâcle des jours précédents c'était obligé qu'elle se soit mal passée. Ils avaient été trahis, alors cette mission d'infiltration dans le palais royal avait sûrement été défaite.

-Vous saviez quelle était sa mission hein ? Elle haussa le ton. Elle ne voulait plus attendre et avait décidé d'agir.

-Oui. Il n'y a plus d'espoir. Voilà ce qu'il reste des nôtres, regarde les. Ceux qui sont entiers peuvent déjà s'estimer heureux. Revenir vivant est un luxe que nous n'avions pas. Je... Je suis désolée. Je dois sauver ceux qui restent, je ne peux rien faire... Je l'ai promis au Seigneur.

-Nos seigneurs sont morts ! Lui il est sûrement vivant, je le sens. On a toujours eu un lien Shun et moi. Je sais qu'il vit.

-Si il vit il doit être dans les geôles du château. On ne peut rien faire...

-Attendez, vous aviez un plan pour vous infiltrer dans le château ? Ils ont gagné, ils savent que nous ne pouvons rien faire à part espérer une fuite pour notre survie. Ils ne doivent pas s'attendre à la moindre contre attaque n'est-ce pas ? Je peux m'y rendre, je peux le sauver lui et ceux qui seront avec lui. Donnez moi quelques heures.

-Mitsuha, tu es trop jeune pour ça ! Tu n'as jamais été mêlée à tout ça encore. Ta famille peut continuer à vivre, ne les mets pas en danger.

-Ma famille ? Mon frère est entre leurs mains. Il ne reste plus que ma grand mère. Tous les autres sont morts. On a déjà payé un lourd tribut dans cette guerre avant même d'y être impliqués. Je n'ai... rien à perdre.

Yugiri la comprenait. La fougue de la jeunesse ainsi que la peur formaient un cocktail qui donnait une belle allure aux espoirs de cette jeune fille. Elle ne pouvait pas lui refuser cela, détruire sa volonté. Elle devait être raisonnable pour son peuple. Elle avait promis de les mener en lieu sur. Si Mitsuha voulait tenter quelque chose, ça ne retarderait pas spécialement leur fuite. Elle voulait y croire avec elle. Et pourtant elle avait envie de lui rappeler qu'elle avait encore beaucoup à perdre même si elle l'ignorait. Mais elle garda le silence.

-Va. Un de mes hommes t'accompagnera. J'ai cru comprendre que tu te débrouillais bien mais vous ne serez pas trop de deux pour veiller l'un sur l'autre. On partira au lever du soleil comme convenu. Si Shun veut nous rejoindre, il est le bienvenue. Si il veut rester avec toi , alors je vous souhaite bonne chance.

Mitsuha , dès qu'elle fut rejoint par un des Ninja de Yugiri partit vers le château royal. Ils allaient devoir emprunter le passage secret comme l'avait fait son frère la veille. Heureusement la mission était différente. Les cellules ne devaient pas être très éloignées de leur lieu d'arrivée.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Dim 21 Jan - 19:13

Un soldat Garlemaldais vint dans la salle du trône, au cœur du château de Doma. Le petit fils de l'empereur et Général de la 12eme légion impériale Zenos Yae Galvus discutait avec ses officiers. C'était un Garlemaldais pur, avec son troisième œil sur le front et à la stature impressionnante. Il avait pourtant une voix douce et de longs cheveux blonds. Il lança un regard au garde qui se dépêcha de lui présenter ses respects et de lui donner la nouvelle.

-Mon seigneur, nous avons interrogés la plupart des rebelles qui s'étaient infiltrés dans le château. Il ne reste plus que ce demi-lupin étrange.

Yotsuyu fut traversée par un doute quand elle entendit cette expression. Elle connaissait bien un certain « demi-lupin ». Il s'agit en fait d'un Miqo'te qui avait grandit dans la région. Mais la plupart des soldats d'origine Domienne n'avaient pas forcément vu beaucoup de personnes de cette origine. Elle se rappelait par ailleurs leur première rencontre alors qu'ils étaient de jeunes adolescents. Elle ne savait pas ce qu'il était et elle l'avait appellé « Demi-Lupin ». Les Lupins étaient une race d'humains bipèdes au corps recouvert de pelage et à tête de loup. Ils étaient assez peu appréciés en général. Et dans cette société, si une personne était à la fois Lupine et Hyur, vous pouvez facilement imaginer le scandale. C'était en effet ce que j'avais vécu durant mon enfance. On me prenait pour un demi-lupin, à ma place nulle part, sauf dans ma famille qui m'avait adopté et accepté.
Yotsuyu coupa le garde.

-Je vais me charger de l'interrogatoire personnellement.

Zenos sourit, satisfait de la fougue nouvelle de son informatrice qu'il avait récemment nommé Vice-Gouverneure.

-Très bien, je le laisse à vos soins. Ensuite vous pourrez les exécuter une fois que vous vous serez lassée d'eux.




J'étais dans une cellule avec un minimum d'éclairage. Le sol était dur, parfois recouvert de paille. J'étais attaché au mur par une chaîne qui m'entourait les bras. J'étais à genoux, juste habillé de mon pantalon blanc. La porte s'ouvrit et un visage familier ordonna qu'on nous laisse seuls. Les gardes s'éloignèrent. Je la regardais. C'était une grande femme brune, aux longs cheveux lisses. Elle était vêtue d'un kimono rouge et noir. Sur sa chevelure trônait une fleur blanche. Son regard gris se posait sur moi. Je la sentais qui essayait de maintenir une illusion d'assurance. D'habitude elle n'essayait pas de me mentir... enfin le croyais-je.

-Yotsuyu ?! Qu'est ce que tu fais ici ?

-J'allais te poser la même question mon vieil ami.

Je ne ressentis aucune rancune dans ces mots. Cela me rassura un peu. Car oui, nous nous connaissions depuis l'enfance. Elle continua.

-Il n'y a qu'une personne que l'on traite de demi-lupin. J'aurais vraiment espéré que tu te tiendrais à l'écart de tout ça. Pourquoi t'es tu mêlé de tout cela ?

J'étais encore sous le choc de la surprise.

-Mais... Et toi ? Que fais tu là ?

-Shun, si tu veux avoir une chance de survivre je te conseille de me répondre rapidement !

Sa voix avait changé. Son conseil sonnait comme un ordre. Je n'étais plus vraiment rassuré à ce moment.

-Yotsu... J'ai ...Fait ce qu'il me semblait juste.

-Mais qu'est ce que tu foutais avec eux ?! Tous ces ratés, ces faibles ! Tu vaux tellement mieux !

-Je … ne comprends pas.

-Tu m'as trahis toi aussi ? Vous étiez venus pour attaquer les officiers impériaux. Tu allais me tuer ? Me battre comme les autres ?!

-Yotsu, qu'est ce que tu racontes ?

-Ce n'était pas votre mission ?

Elle était au courant... Des gens avaient été au courant et avaient divulgués ces informations. Etait-ce elle ? Je ne voulais le croire.

-Yotsu qu'est ce que tu as fait ?! Ce n'est pas toi qui ?

-Qui quoi ? Tu oses me juger ?!

Elle s'était mise à crier et elle enchaîna.

-Tu oses ? Toi !

Elle se retourna d'un geste vif, un couteau à la main. Sous le coup de la colère, et surement aussi de la surprise de me voir ici, elle avait craqué. Je n'avais pas eu le temps de comprendre ce qu'elle avait vraiment ait à l'instant. Puis, tandis qu'elle me tournait le dos, je voyais la lame dans sa main, le bout couvert de sang, une chaleur naissante sur ma joue, puis autour de mon œil qui s'obscurcit. Et enfin la douleur. Le couteau m'avait coupé du front jusqu'à la joue, de haut en bas, frôlant mon œil droit.
Je ne disais rien, encore sous le choc. Elle se retourna, contempla son œuvre et son regard qui semblait être mû par une haine nouvelle s'agita tout à coup. Elle s'en voulait. Ce sentiment de doute ne lui plaisait pas du tout.

-Yotsu...

Elle s'agenouilla près de moi et posa son front contre le mien. On se mit à chuchoter.

-Pourquoi en sommes nous là ? Qu'est ce qui a raté entre nous ?

-Dis moi, Yostu, qu'est ce qu'il s'est passé ?

-Tu étais le seul au courant... Le seul qui ne m'a jamais jugé. Pourquoi les défends-tu ?

-Parce que tout le monde souffre. Je ne voulais pas laisser faire.

-Mais tu veux sauver une société pourrie à la racine. Ils t'ont toujours jugé comme moi, tu n'as jamais rien valu à leurs yeux et aujourd'hui tu les sers comme un chien soumis.

Elle savait trouver les mots. Je pris quelques secondes avant de répondre après une grimace.

-L'Empire n'a rien arrangé. Ils sont de pire en pire. Je peux comprendre que ça soit insupportable pour les Domiens.

-Ces chiens ont la mémoire courte. Tu sais très bien ce qu'ils m'ont fait.

-Je sais. Et je t'ai toujours soutenue. Mais rien ne pourra s'arranger tant que l'Empire est ici.

-Pour eux non, mais moi... La seule chose que je t'ai caché, c'est qu'ils m'ont recruté comme informatrice. Ils sont beaux vos seigneurs à venir dans des bordels et à avoir la langue bien pendue. Ils vivent dans un château, sont soumis aux impériaux mais profitent des femmes de leur peuple sans le moindre respect. Ils me dégoûtent. L'empire m'a payé, pour mes talents. Pour la première fois de ma vie on m'a enfin reconnu des talents, on avait besoin de moi et on le reconnaissait. J'avais de la valeur.

Je baissais les yeux. J'avais envie de la serrer dans mes bras. Mon visage se frottait alors contre le sien, j'essayais d'éviter de lui mettre du sang partout. Elle avait toujours eu de la valeur pour moi. Mais je comprenais que c'était différent.

-Je... comprends... Mais... Non excuse moi. Je n'ai rien à dire. C'était ta manière de t'en sortir. Oui je sais très bien ce que tu as vécu. Tes parents, ton mari et après. Tu as toujours été une battante. Une volonté si puissante que rien ne pourra jamais te terrasser.

-Toi tu as eu de la chance. La famille qui t'a adopté était... la famille que j'ai toujours rêvé d'avoir. Vous habitez dans un coin reculé. Vous n’avez jamais trop eu à subir les choses. Tu avais un cocon où te réfugier quand ça n'allait pas. Mais tu as vécu le racisme des miens. Leur société basée sur l'honneur et la soumission des femmes t'a toujours rejeté.

-Mon passé est ailleurs je le sais mais j'ai grandi avec vous. J'aime cette région, et des gens qui semblent vouloir faire changer les choses. J'ai envie de les croire. Je ne te demande pas d'y croire aussi. Personne n'a jamais bougé le petit doigt pour toi, je le sais bien. Mais ne crois pas que j'accepterai que les choses ne changent pas pour toi également.

-Shun, il est vrai que beaucoup de choses auraient pu être différentes. Si tu avais vécu en ville, on se serait vu plus souvent et... Tout aurait sûrement été différent.

On se regardait... Le non dit qui nous avait poursuivi depuis des années était toujours là. Elle baissa les yeux et rapprocha ses lèvres des miennes. Elles se frôlèrent et se quittèrent aussitôt.

-Yotsuyu...

-Même si... j'apprécie certaines personnes, tu ne pourras pas m'empêcher de leur en vouloir pour tout. Je ne reculerai plus. Je les ai vu ramper devant moi, j'ai vu leur véritable visage. Je ne pourrai rien oublier.

Je ne savais quoi répondre. Je la comprenais. J'étais triste, j'avais mal. Je tentais de lui offrir un sourire. C'était assez compliqué avec la douleur. Yostuyu se redressa.

-Shun, je vais faire en sorte que tu ne sois pas inquiété mais fais profil bas désormais. L'Empire a gagné. Restez loin de tout ça désormais. Si tu peux, je te souhaite de trouver ta vraie place ailleurs. Mais ne fais plus de folie. Ce monde ne les permet pas.

Elle s'en alla.
Le temps s'écoula sans que je sois capable d'en donner une estimation. J'avais de plus en plus mal , j'étais toujours dans cette position inconfortable. J'ignorais comment elle allait me sortir de là. Et j'avais peur pour mes camarades qui n'auraient certainement pas cette chance. Je repensais à ma famille qui m'avait toujours offert un véritable nid douillet. Oui, dans mon village on avait appris à m'accepter. Grand-mère s'occupait d'une très ancien temple sacré. Ils la respectaient assez pour suivre ses décisions sans les juger. Quelques documents avaient aussi pu montrer que j'étais un miqo'te, une race humaine de l'ouest. J' avais finalement beaucoup moins à me plaindre que Yotsuyu. Je ne pouvais pas la juger.

La porte s'ouvrit et je vis le visage au sourire inquiet de ma petite sœur. Là ce fut moi qui devint très inquiet. Mitsuha avait 6 ans de moins. Elle était d'une taille moyenne pour une Ao'ra, donc bien plus petite que moi. Ses cheveux bruns étaient toujours attachés par des tresses de tissus. Elle possédait des oreilles cornes qui partaient vers l'arrière de son crâne. Enfin, elle avait un regard si expressif, marron et brillant. Elle était suivie par des Ninjas ainsi que les autres prisonniers. Ils me libérèrent et sans attendre.

Nous revoilà au grand bateau. Je suis faible, allongé sur une couchette. Mitsuha me serre fort.

-Tu dois partir pour Eorzéa avec les autres. Tu as été attrapé, ils savent que tu es un des rebelles. Je ne veux plus que tu sois attrapé.

Elle était sur le point de pleurer. Elle avait du avoir si peur. Je l'enlaçais doucement. On m'avait fait un bandage sur mon œil blessé.

-Et toi ? Et grand mère ? Je ne peux pas vous laisser.

-On dira qu'on ignorait tout. Il n'y a rien chez nous qui pourrait nous accuser. Et tu es parti.

-Mais l'empire...

-On sait se défendre, et au pire on pourra déménager. Toi tu n'es pas en état de discuter. Tu fuis avec les survivants. Te savoir vivant, ailleurs ce sera un grand réconfort.

-Mitsuha...

-Au fait... c'est vrai ? Pour Yotsuyu ?

Je n'avais pas le cœur à répondre. Je fis juste un signe de la tête, affirmant ses peurs. On ne dit rien de plus à ce sujet.

Je la serrais fort. Nous allions lever l'ancre. J'allais la quitter. Nous pleurions ensemble mais elle fit mine d'être forte. Elle s'arracha à mes bras et sauta à terre. Le bateau s'éloigna lentement. Nous avions réussi à fuir. Beaucoup avaient laissé une partie de leur vie ici. Moi, les personnes que j'aimais le plus au monde. Nous avions tous peur pour ceux qui restaient à Doma mais c'était leur choix. Sans la moindre assurance pour l'avenir, nos chemins se séparaient dans la douleur.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Lun 26 Mar - 17:50





Les réfugiés arrivèrent au continent de l'ouest : Eorzéa. Il était connu pour avoir résisté à l'empire cinq années auparavant. Mais en même temps une terrible fléau s'était abattu sur la région ; il portait le nom de Bahamut et était un immense dragon qui avait libéré sa colère après des siècles d'emprisonnement. Eorzéa avait été ravagée mais la vie avait depuis repris son cours.
Le bateau entra dans la baie des vêpres, où un petit port leur permit d’accoster. Ce village fluvial était à l'est d'une grande cité Ul'dah. C'était une cité connue pour ses richesses, en bordure de désert, dans le Thanalan. Ul'dah était gouvernée par une Sultane : Nanamo Ul'Namo qui partageait son influence politique avec les personnalités les plus riches de la ville que l'on appelait : le Cartel des Scorpions.
À la baie des vêpres résidait une curieuse organisation appelée les Héritiers de la septième aube. Et ce furent eux qui accueillirent Yugiri. Elle avait reçu l'ordre de guider les Domiens vers une nouvelle terre et c'est ce qu'elle faisait. Elle partit en direction d'Ul'dah pour obtenir une audience. Pendant ce temps Shun quitta l'embarcation et tomba sur des Miqo'tes. C'était la première fois qu'il en voyait autant, alors il se mit à sociabiliser. Ses semblables étaient nombreux dans la région et Shun se montra curieux.
Yugiri revint avec des provisions pour les survivants mais une mauvaise nouvelle. Ul'dah ne pouvait pas héberger de nouveaux réfugiés après ceux de l'exode Mhigois et ceux du 7ème fléau. Cependant on leur avait offert la possibilité de se rendre dans une région au nord du Thanalan : Mor Dhona et son Glas des revenants.
Au final on offrait une nouvelle terre aux Domiens qu'ils pourraient bâtir à leur guise. C'est ainsi qu'un partenariat vit le jour entre ces derniers et la guilde des aventuriers qui les aiderait en ressources. Les Domiens, à peine arrivés à terre, eurent un nouveau voyage à effectuer vers leur nouvelle maison.

Shun par contre avait décidé de rester à Ul'dah. Il avait appris que la guilde des gladiateurs organisait bientôt un tournoi et le vainqueur remporterait une énorme somme d'argent. Il entendu très rapidement parlé de Raubhan, célèbre combattant Mhigois qui s'était présenté dans l'arène alors qu'il était tout juste réfugié lui aussi. Il gagna tous ses combats et hérita du surnom de Taureau d'Ala Mhigo. Il obtint aussi une place de conseiller de la Sultane et de Général des Immortels, une armée affiliée à la cité d'or : Ul'dah.
Oui, cela pouvait faire rêver notre jeune écervelé qui espérait un remake d'une telle histoire. Shun avait apprit l'escrime quand il était encore très jeune et s'était révélé doué avec n'importe qu'elle arme ressemblant à une épée. A Doma il tenait la comparaison avec les célèbres Samouraïs, katana à la main. Ici, nulle arme d'extrême orient, mais des glaives et des épées et Shun savait également s'en servir. Quand il se présenta à la guilde des gladiateurs il fut accueilli par Mylla, grande épéiste Hyurgothe (une humaine de grande taille) qui dirigeait les lieux. Elle lui demanda de faire un duel amical contre Bronze Bull, un vieux gladiateur, pour s'assurer qu'il pourrait se défendre au premier combat.


Après un salut poli, les deux hommes étaient en garde, puis les premiers mouvements de lames arrivèrent. Modérés et précis ils paraient chaque proposition adverse. Mylla souriait. Il savait utiliser une épée. Suite à un signe de sa main, Bronze Bull mit plus de physique. Il reculait et avançait, tournait autour du Miqo'te. Ce dernier montra également son jeu de jambe. Moins précis mais très agile. Sautillant vers l'avant avant d'esquiver d'un bond en arrière, il énervait Bronze Bull petit à petit qui n'arrivait plus à le toucher sans y aller sérieusement. Mylla stoppa leur échange. Ces bonds aussi vifs en arrière lui rappelaient de vieux amis à elle. Elle était surprise par tant d'agilité de la part d'un homme dont les cicatrices de ses dernières épreuves étaient à peine refermées. Finalement ce miqo'te pouvait se révéler très surprenant.
Les deux adversaires se serrèrent la main et Mylla vint faire un debriefing.

-Bon, c'est pas mal. Pour moi tu sais assez te défendre pour pouvoir t'inscrire au tournoi. Bienvenue chez les gladiateurs. N'hésite pas à t’entraîner ici avant par contre.

Shun la remercia d'un signe de tête alors qu'il buvait avec plaisir de l'eau fraiche.

-Par contre je dois te rappeler que lors du tournoi on n'accepte pas les techniques magiques. Ton escrime me rappelle quelque chose. Qui t'a enseigné ?

-Un vieil homme à Doma. Je doute que vous puissiez le connaître.

-Il était Domien ?

-Non. Pourquoi ?

Elle sourit.

-Je me dois de connaître les escrimes de ce monde pour offrir le meilleur à nos gladiateurs. N'aie crainte, cet homme a dû se rendre à Doma pour une bonne raison. Ca ne me regarde pas, tu n'as pas à t'en faire pour lui.





Les jours précédant ce grand événement, Shun apprit à connaître la cité. Il n'avait pas beaucoup de moyens. Il avait tout juste une couche dans les dortoirs des gladiateurs. Cette cité débordait de richesses mais comme vous pouvez l'imaginer, tous les citoyens n'y avaient pas accès. En se promenant dans la cité il fit la connaissance de certaines danseuses Miqo'te. Elles aussi avaient rêvé de succès mais dansaient aujourd'hui toute la journée dans la rue pour espérer gagner de quoi se nourrir. Si il n'était pas gladiateur il aurait dormi comme bien d'autres sur un bout de tissu dans une des ruelles du quartier marchand. Cependant ce fut à cette époque qu'il forgea de solides amitiés avec les uldiens peu fortunés. Il n'était plus le seul de son espèce et était accepté parmi les miqo'tes. Il s'amusait à danser avec elles ou à intervenir quand une personne du public devenait trop gênant.
Shun n'oublierait jamais ces moments partagés avec la population abandonnée d'Ul'dah. Il se sentait compris et accepté avec eux. Ceux qui n'avaient plus rien mais qui continuaient à danser avant que le destin ne leur en serve une dernière plus néfaste.

Shun aimait se mesurer aux autres, il avait du talent mais pas forcément la volonté de vraiment combattre. Cependant il pouvait désormais compenser par une envie de tout oublier, de se battre assez pour ne plus arriver à penser. Il n'était plus avec sa famille, il les savait en danger mais ne pouvait pas revenir à Doma. On l'aurait reconnu et exécuté aussitôt. Se sentir ainsi inutile était insupportable. Alors il se dévoua corps et âme à l’entraînement jusqu'au tournoi.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Jeu 29 Mar - 17:05

Le Colisée



-Bienvenue au Colisée d'Ul'dah pour le Tournoi du Taureau. Cette fois nous commémorons la victoire du Taureau d'Ala Mhigo : Raubhan Aldynn. En l'honneur de son inoubliable victoire nous avons invité de nombreux nouveaux combattants qui ne demandent qu'à faire leurs preuves et pourquoi pas espérer un destin similaire au grand Général des Immortels.

Shun, dans le vestiaire levait les yeux au ciel en voyant la tenue qu'on lui proposait : un subligar. C'était parfait pour être protégé aux chevilles, aux poignets, au cou et au bas ventre. Bon, une fois le deuil de sa pudeur fait, il enfila le turban qui lui servirait de casque ainsi que le petit bouclier ridicule. Glaive à la main, il se tint prêt devant la grille qui le séparait de l'arène.
Il était nerveux, concentré. Beaucoup de doutes à cet instant. Pourquoi être là et faire ça ? Espérer gagner la récompense du vainqueur et ne plus être un paria. Pourtant c'est ce qu'il avait toujours été : un Domien qui ne ressemblait à aucun autre. Ou un Miqo'te qui n'avait pas la culture de ses semblables : étranger partout, perdu partout. Et puis cette pensée comme quoi il avait abandonné sa famille par peur des représailles de l'empire. Il s'en voulait et la culpabilité le bouffait depuis qu'il avait mis les pieds sur ce bateau. Alors le fracas des épées pourraient l'aider à oublier.

La porte s'ouvrit et il pénétra dans l'enceinte où son destin serait scellé. Tout à coup un souffle sembla gronder et envahir les lieux. Il put le sentir enfin se rapprocher, l'entourer et se resserrer sur lui. Il eut peur qu'il puisse l'étouffer mais au lieu de ça il se sentit soulevé, emporté au dessus de la mêlée. Il leva les yeux.
Le Colisée était une fosse entourée par un mur bien trop haut pour pouvoir être escaladé. En haut de ce mur se trouvait le public qui criait. Shun se mit à sourire. La folie du spectacle se réveillait doucement en lui.
Le tournoi serait une suite de duels éliminatoires jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que deux pour la finale. Le Miqo'te remarqua qu'il n'était pas seul. Face à lui se trouvait un autre Miqo'te mais solaire. Il avait une armure de cuir et une épée plus longue que la sienne, pareil pour son bouclier qui le protégerait mieux. Il grognait. Il était mignon avec ses minin canines. Shun se mit à rire, dévoilant des canines bien plus grandes. Il jeta un regard à la foule tandis que son adversaire bondit sur lui. Il était rapide et agile mais bien vite Shun comprit qu'il avait une meilleure technique. Il parait sans trop de difficultés. C'était un duel plaisant à regarder si l'on aimait les gestes rapides. Tout à coup ils se retrouvèrent collés l'un à l'autre dans un duel de force où leurs épées essayaient d'enfoncer celle de son adversaire.

Le solaire se mit à murmurer quelque chose à son adversaire. Sachant que certains enfants d'Azeyma vouaient un culte au virilisme il était assez facile de savoir que sa remarque ne volait pas bien haut. Et c'était mal connaître Shun que de tenter un duel sur les mots. Le lunaire répondit avec un sourire carnassier. Il était si simple de rentrer dans leur jeu et de les battre avec leurs propres armes. Le solaire poussa un cri de colère. Il était aussi abruti que bourrin dans son escrime. Shun avait déjà gagné. Un abruti avec une épée porte des coups certes parfois puissants mais trop faciles à prévoir et donc à parer. D'une vive riposte il envoya son adversaire au tapis.

C'est ainsi que le Renard d'Ambre débuta sa carrière. Ce miqo'te roux à la queue douce et touffue leva le bras droit en l'air en signe de victoire.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Arkel Luhtnen le Ven 30 Mar - 16:55

Rise :




-Bonjour à nouveau pour ceux qui nous rejoignent. Le Tournoi du Taureau en est arrivé aux demi-finales. Si nous avions offert une opportunité à de nombreux nouveaux combattants pour cette édition on ne peut pas dire qu'ils aient été particulièrement brillants. En effet trois des quatre dernières places sont prises par des habitués du Colisée. La première demi-finale verra s'opposer Franz le favori de ces dames à Mylla qui dirige la guilde des gladiateurs. Est-ce que le charme du premier suffira à attendrir la Hyurgothe? Rien n'est moins sur. De l'autre on retrouve le vétéran Bronze Bull contre ce miqo'te tout fraîchement débarqué d'orient. Ses techniques basées sur l'esquive ainsi que la couleur dorée de ses yeux lui ont permi d'obtenir très rapidement le surnom de Renard d'Ambre. Mais est-ce qu'un surnom suffit à gagner des tournois ?

Shun était assis dans la cellule d'attente. La première demi-finale ne dura pas très longtemps. On le prévint alors que son tour était nouveau. Lors de ses précédents combats, des rumeurs sur lui s'étaient propagées dans le public. Certains disaient avoir entendu son histoire faite de nombreuses victoires à Doma. Il aurait même été à la tête des assauts contre l'empire et il aurait pu décimer une petite légion impériale à lui seul si il n'y avait pas eu de trahison. Les Uldiens étaient friands de légendes invraisemblables, surtout au Colisé où il fallait vendre les athlètes. Si seulement ils savaient... En tout cas il était devenu très populaire au fur et à mesure de ses victoires. Il était désormais le grand outsider de la compétition et le public revenait le voir en espérant qu'il montrerait de nouvelles techniques spectaculaires.

Dès que l'on annonça son nom le colisée s'enflamma. Shun levait la tête et profitait de l'énergie qui lui était transmise. Puis Bronze Bull le rejoignit. Ce dernier avait une partie du public dans sa poche. Ils se saluèrent avec un sourire. Et leur duel commença lentement. Ils se jaugèrent longuement, sachant tous les deux qu'une seule erreur pouvait être fatale. Les deux hommes savaient manier leur arme et savaient également gérer un duel. Il y eu plusieurs échanges de passes d'armes. Chacun prenant le dessus sur l'autre, cherchant à lui montrer qu'il lui était supérieur. Mais à chaque fois l'autre répondait du tac au tac. Ils se rapprochaient, échangeaient des coups qui étaient parés puis s'éloignaient d'un pas. Alors ils se tournaient autour en cherchant un nouvel angle d'attaque. Mylla avait facilement dominé Franz juste avant. Mais là une véritable tension étaient en train d'étouffer les lieux. Le public qui au départ criait à chaque action de l'un ou de l'autre se calmait et se montrait plus attentive.
Les minutes passèrent et les deux organismes commençaient à sentir chaque coup un peu plus intensément. Bronze Bull utilisait de plus en plus sa force naturelle pour déstabiliser le miqo'te. Shun fit une parade de trop et tituba sous le choc. Il n'avait pas l'équipement adéquat pour rivaliser avec lui niveau force. Son bouclier était si petit qu'il absorbait pratiquement rien, laissant le soin à son avant bras gauche de le faire à sa place. Shun n'avait plus la même possibilité de se mouvoir car le Roegadyn maîtrisait bien ses pas et bloquait intelligemment chaque axe de déplacement.

L’appât... Shun venait de se prendre plusieurs coups à la chaîne sur son mini hoplon. Ainsi il souhaitait vraiment le rendre sans défense. Shun donna un coup d'épaule dans son ventre en fonçant dedans, assez fort pour que son adversaire recule pour ne plus être trop proche de sa lame. Puis il attaqua avec une vitesse trahissant sa fatigue. Préparer l'appât. Il invitait à un contre, contre qu'il ne pouvait plus que tenter de parer encore une fois. Bronze Bull avait bien travaillé sur son bouclier et l'avait épuisé, le dominant physiquement en ce qui concernait la force. Placer l'appât. Shun présenta son bouclier prêt à encaisser encore une fois, mais il était mal protégé, le bras n'était pas dans la bonne position pour bien encaisser le coup.Si Bronze Bull frappait de toutes ses forces il lui casserait le bras. Le Roegadyn écrasa sa lame sur le bouclier.
Shun avait lâché son bouclier juste avant le coup si bien que se dernier reçu la lame adversaire et se fracassa au sol. Shun n'avait eu qu'un coup de hanche à donner, passant sous le bras de son adversaire tout en laissant son glaive mordre la peau de sa hanche alors qu'il glissait à côté de lui, le regardant tomber dans la terre du Colisée, venant ensuite apposer son arme sur sa nuque.

Ce fut une explosion dans l'enceinte. Tout le monde avait eu peur pour le Renard d'Ambre qui venait encore une fois de dominer mentalement son adversaire. Ils l'avaient cru sans ressources et déjà perdu. Le public commençait alors à s'attacher à lui, à force de le voir en mauvaise posture depuis de longue minutes. Ils stressaient avec lui, souffraient avec lui à chaque coup qu'il tentait de parer. La victoire surprise avait fini de rallier totalement à sa cause les spectateurs.
Shun souriait intérieurement. Il remerciait sa sœur en secret. Ils s'étaient souvent entraînés ensemble et elle avait toujours été plus rapide que lui.Cette esquive d'un pas de danse elle lui avait fait subir à de nombreuses reprises. Il accédait à la finale grâce à son souvenir.








Le Colisée était devenu un véritable chaudron alors que la finale débutait enfin. Mylla était fièrement face à Shun et l'attendait avec le regard fermé et concentré. Shun harangua alors la foule qui répondit avec une force qui faisait trembler les lieux. Il n'avait qu'à lever les bras pour qu'on lui réponde en cris d'encouragements. Mylla sourit. Elle voyait un grand avenir en lui si il survivait à ce combat. Normalement les duels pouvaient offrir de nombreuses blessures plus ou moins graves mais il n'y avait pas eu tant de morts que ça. Un combattant sait reconnaître quand il a perdu. Et un combattant mort ne peut pas progresser pour prendre sa revanche.

Shun jeta son bouclier au sol. Il n'en avait pas besoin, cela le gênait même plus qu'autre chose. Sa main libre lui permettait de maîtriser son équilibre pendant ses sauts. Il bondit sur Mylla avec une énergie nouvelle. Les lames fusèrent avec une vitesse assez incroyable. Elles se répondaient dans un chant de ferraille qui résonnait de plus en plus. L'écho de leurs coups donnait l'impression d'une transe magique dans laquelle les deux duellistes s'étaient plongés et qu'ils s'étaient accordés pour donner à l'ensemble une certaine grâce.
Shun bondissait, tournoyait, s'approchait ou reculait pour perturber son adversaire. Mais elle l'avait déjà prévenu. Ses techniques ne lui étaient pas inconnues. Elle était plus forte, plus expérimentée, elle n'était pas à son poste pour rien. Shun fut paré une fois de trop et la riposte fracassa son épaule gauche. Il tomba au sol sous la force du coup, sonné , alors que son sang se répandait dans l'arène.

Il lui fut difficile de comprendre la suite. Il sentait des mains sur lui. On le portait... Le bruit s'estompa peu à peu. Il but un breuvage médiocre et une chaleur dont la source semblait provenir de son épaule l'envahit peu à peu. Il glissa peu à peu dans les sombres draps de l'inconscience.



Malheureusement il n'y avait pas vraiment de lot de consolation pour le finaliste. Alors qu'il était toujours alité, Mylla était venue prendre de ses nouvelles. Mais elle ne fut pas seule. Le propriétaire du Colisée ainsi qu'un de ses assistants vinrent s'entretenir avec lui. Certes il n'avait pas gagné le tournoi mais le cœur du public. Et un public heureux revient plus souvent au Colisée et donc dépense plus. On lui proposait un contrat pour une nouvelle forme de spectacle : des duels plus scénarisés et prépar. Il pourrait alors montrer des coups spectaculaires, faire rêver les enfants. Son histoire était une mine d'or potentielle et son physique avait toutes les chances de faire mouche. Le but n'était pas ici de tromper le public mais de mêler un peu plus le théâtre aux duels. Cela permettait aussi de faire plus souvent des spectacles et de mieux fidéliser le public ainsi que les rentrées d'argent. Le Renard d'Ambre pouvait être une des vedettes de ce nouveau spectacle.

avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Prince de Doma

Message par Arkel Luhtnen le Mer 4 Avr - 19:04

Le Prince de Doma :





Shun entrait dans l'arène sous une ovation. Cette fois il avait abandonné son subligar pour un costume bien plus à son goût. Il s'approchait du groupe au centre des lieux. Un nouveau combattant était venu se présenter. Trois anciens aussi vils qu'expérimentés avaient décidé qu'il fallait lui souhaiter la bienvenue à leur manière. Un seul d'entre eux pouvait le vaincre facilement. Mais un bon vilain doit toujours trouver d'excellentes raisons de se faire détester. Et Shun aimait bien humilier les vilains. Son irruption stoppa le passage à tabac qui avait lieu sous les yeux du public scandalisé. On pouvait entendre crier ici ou là qu'il y avait des règles au Colisée, qu'ils étaient des monstres et des couards.

-Excusez mon interruption chers amis. Oh ne tremblez pas trop, même si je sais qu'à un contre trois la faveur du nombre n'est pas de votre côté.

Il prit une pause sous des rires dans l'arène.


-Je ne me rappelle pas que vous m'ayez un jour souhaité la bienvenue. Du coup je voulais réparer cet oubli. Je vous invite à venir ployer le genou devant moi, à moins que votre honneur ait été oublié dans le vestiaire à côté de votre courage.

La foule s'exclama à nouveau. Deux Hyurois se précipitèrent sur Shun qui fit un bond en arrière , se mettant en garde à la retombée.

-Qui est le premier qui veut perdre ce soir ?

Et le premier s'avança, fendant l'air de son glaive . Shun tournait autour de lui tel un véritable chat, jouant avec cette pauvre victime qui s'ignorait. Il donna un coup léger sur son mollet avant d'esquiver une riposte. Le deuxième qui avait deux épées arriva alors. Shun virevoltait pour échapper à ces lames agressives. Il dansait avec son adversaire qui subissait les pas du Miqo'te. Un geste rapide contre sa main gauche et il le désarma. Ils étaient enfin à égalité. Mais le premier revint dans la partie. Ils le menaçaient tout deux. Shun s'en prit au premier qui avait toujours son glaive et son bouclier. Il l'obligea à parer son coup avec son arme, donnant alors un violant coup de pied dans le bouclier, repoussant l'ennemi contre son partenaire, les faisant tomber tous les deux. Shun fit mine de bondir vers eux et ils fuirent vers les vestiaires.

Restait plus que leur chef, un hurgoth avec une longue épée. S'en suivit un duel assez violent. Les deux hommes se bloquaient et répondaient avec virulence. Shun tomba à terre une fois, deux fois mais il se relevait toujours. La lame tournoyante du Miqo'te finit par prendre le dessus sur son adversaire et le mit au tapis d'un coup sur l'épaule.

Shun fêta sa victoire... qui fut de courte durée car un homme vint l'attaquer par derrière à coup de bâton, le rouant de coups jusqu'à ce qu'il demeure au sol inconscient. Ce dernier repartir sous les huées du public tandis que Shun était ramené au vestiaire sur une civière.

Cet assaillant était Tristram le Coeurl Noir, le champion de la Ligue du Colisée, ce nouveau spectacle créé depuis peu. Il était aussi le rival de Shun le Prince de Doma depuis plusieurs semaines maintenant. Et dans quelques jours allait avoir lieu un duel dans lequel le titre serait en jeu.


Quand son travail était terminé Shun avait l'habitude de rejoindre les Sables Mouvants puis de retrouver ceux avec qui il se sentait le mieux à Ul'dah à savoir ceux qui l'avaient aidé lors de son arrivée. Dans ce milieu très populaire il pouvait boire et rire oubliant la mascarade dont il était complice. Ce n'était pas d'être acteur qui l'embêtait mais tout le reste. On le glorifiait bien trop, si bien que de riches Ul'diens payaient rubis sur l'ongle pour l'avoir comme compagnie pour une soirée. Et l'on pavanait avec lui, la nouvelle petite star du Thanalan. Il faut dire que son sourire vers la foule était toujours ravageur, sa peau délicatement huilée faisait ressortir sa musculature légèrement dessinée. Ses employeurs avaient vu juste en devinant qu'il serait adoré. Et puis son histoire avait été parfaitement mise en scène. Il était parfait dans son rôle.

Il enchaînait les verres avec ses amis ou les aidait quand il le pouvait. Contairement à sa vie passée, celle en Eorzéa était bien plus libre, sans toute cette retenue propre aux Domiens. Shun dépensait sa vie dans de longues soirées où son expérience grandissait lune après lune.
Il ne pouvait pas dire qu'il regrettait cette vie. Mais ça aurait été plus agréable si la culpabilité ne le rongeait pas. Ici il avait ce que beaucoup rêvaient. Lui, se sentait inutile, une farce sur pattes. Lui voulait être ailleurs, il avait peur continuellement pour sa famille.





Shun fit son entrée, le grand soir, portant sa belle épée émeraude à la ceinture. Avant que son adversaire n'arrive il prit la parole pour le public.


-Beaucoup d'entre vous étaient là lorsque j'ai fait mon arrivée dans cette arène. A ce moment je n'avais rien, je n'étais rien. J'étais un Prince mendiant, qui avait tout perdu : sa famille et... son honneur. Pourtant, j'ai découvert ici qu'il m'était resté quelque chose. Quand vous m'encouragiez j'ai senti une flamme en moi que je pensais perdue elle aussi. Et cette flamme, c'était l'espoir. Mais pas n'importe quel espoir. C'était celui de... croire en mes rêves. Alors j'ai relevé la tête, et je me suis battu. Vous m'avez vu me battre chaque jour depuis que je suis ici. J'ai gagné, mais aussi perdu. Et je me suis relevé car on a pas le droit d'abandonner ses rêves. Alors je me suis battu encore plus fort ! Et ce soir, ce soir, ce n'est pas seulement un titre de champion que je vais remporter. Ce soir c'est mon rêve que je vais atteindre. Parce que si vous vous battez à fond pour vos rêves, alors ils se battrons pour vous !

La foule s'excitait au fur et à mesure de ce discours cousu de fil blanc. Shun y avait mis son cœur, cela semblait si réel, en tout cas il faisait comme si. Il savait poser les mots et les silences puis s'énerver pour embarquer la foule avec lui. Ce soir ils seraient tous avec lui.
Tristram le Coeurl Noir fit son entrée sous une broncha phénoménale. Le duel que les fans attendaient depuis des semaines était enfin arrivé. Est-ce que le Prince de Doma deviendrait le Sultan d'Ul'dah ? L'heure du dénouement était là.

La chorégraphie entre les deux escrimeurs était spectaculaire. Le début du duel fut lent. Ils se jaugeaient, se rapprochaient, se disaient des mots qu'eux seuls pouvaient entendre. Ils tournaient autour de l'arène en ne se quittant pas des yeux. Puis Tristram attaqua en premier. Shun tomba mais se relevant, montrant qu'il ne serait plus aussi facilement surpris. Le miqo'te se vengea aussitôt. Ils étaient a égalité. Et puis le combat prit enfin de l'empleur avec de longs enchaînements, parfois puissants, parfois agiles. L'esthétisme était aussi présent que la violence des coups. Ils paraient et ripostaient , esquivaient, montrant toute leur panoplie de techniques. Tristram tenta de tricher et Shun fut en mauvaise posture. Cependant il ne pouvait abandonner, et sous une ovation, il reprit le dessus. Malheureusement le Coeurl Noir avait de l'expérience et ne laissa pas échapper la victoire aussi vite. Le duel allait durer jusqu'à tard dans la nuit. Shun fatiguait de plus en plus. Chaque coup porté l’atteignait plus violemment et entamait ce qu'il lui restait d'énergie. Il perdit son arme plusieurs fois mais réussit toujours à la récupérer. La foule vivait ce combat avec une folle intensité. Avec son aide, Shun retrouva quelques forces, assez pour redoubler d'ardeur, ne pas craquer et reprendre le dessus une dernière fois. La puissance de sa volonté l'aida à se relever une nouvelle fois, le corps tuméfié par les coups portés. Son retour impressionna Tristram qui prit peur, sentant sa fin vengeresse approcher. Et il fut fauché par la justice du Prince. Shun avait gagné.





Cette vie dura quelques lunes. Shun se produisait une fois au minimum par semaine au Colisée. Les armes n'étaient pas aiguisées et ne coupaient donc pas. Cependant les chocs étaient bien réels. Une cellule de médecins leur était réservée. Mais bientôt la mode s'estompa et le public fut plus attiré par les troubles qui agitaient la cité plutôt que cela. La Sultane était gravement malade et la ville était au bord de la guerre civile. On prévint Shun que si il souhaitait rester au Colisée il devrait reprendre les vrais combats. Or ce fut à cette époque qu'il rencontra un autre Miqo'te Lunaire qui avait été élève occultiste en ville et qui menait depuis quelques temps déjà une vie d'aventurier et de chercheur en Magie : Arkel Luhtnen. Quand ce dernier proposa à la vedette de tenter l'aventure à ses côtés, Shun, qui trouvait ce métier bien plus utile que le fait de combattre sans raison dans l'arène, accepta de bon cœur. Il avait gagné de quoi être à l'aise économiquement pour quelques temps. Il ne pouvait rien faire pour Doma mais ici aussi il y avait des problèmes. Eorzéa était aussi menacé par l'empire. C'est ainsi que Shun partit pour la Forêt de Sombrelinceul et sa cité : Gridania ou vivait Arkel.
Shun ignorait alors que cette nouvelle vie lui permettrait de croiser la Miqo'te la plus étrangement exécrable ou adorable qu'il ne connaîtrait jamais.
avatar
Arkel Luhtnen

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shun Sakuraba - "Ballade du Conteur"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum