Jeu mortel

Poster un nouveau sujet   

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeu mortel

Message par Kalten le Mar 8 Mar - 13:29

Prologue

Plus petite qu’un salon ordinaire, la pièce était richement meublée. La fresque au plafond représentait une carte simplifiée du Thanalan Occidental. De hautes fenêtres encadrées de lourds rideaux en velours permettaient à la lumière de mettre en valeur les différentes tentures et les tableaux accrochés aux murs. Au sol, un tapis épais feutrait un peu plus l’ambiance. Les meubles étaient eux aussi de noble facture : de la bibliothèque remplie de livres et parchemins, au buffet présentant différents crus, tant exotiques que classés. Le bureau de travail était en bois massif aux angles et aux pieds très travaillés. Un canapé et un fauteuil encadraient une cheminée aux armoiries Ishgardaises. Dans le foyer brûlait un feu, diffusant une chaleur agréable et continue dans le salon particulier. Un Hyur à la barbe gris sel et bien entretenue était assis dans le fauteuil et regardait distraitement les bûches. De temps à autres, il portait à ses lèvres un verre en cristal fin, buvant par petites gorgées un millésime rare. Une canne richement décorée était posée à côté de lui. Une robe de chambre en soie mauve l’habillait. Rien d’autre que le crépitement du bois dans la cheminée ne perturbait le silence jusqu’à ce que la grande porte s’ouvre, laissant place à un majordome au port altier et à l’air sévère. L’Elezen s’approcha rapidement mais discrètement et tendit une lettre pliée en deux. Le Hyur prit le temps de savourer une gorgée avant de prendre la missive et de la lire. Sur le papier, seulement trois mots :
Tout est prêt.

Le Hyur fit tourner le vin dans son verre, observant les reflets profonds et soyeux du millésime. Sa voix claire et posée claqua comme un fouet.
─ Répondez que nos amis doivent terminer leurs affaires courantes avant d’être invités.
─ Bien Monsieur.

Le majordome referma la porte derrière lui et le petit salon retrouva son calme. Le Hyur se perdit à nouveau dans la contemplation du feu de cheminée, un petit sourire aux lèvres.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Lun 14 Mar - 8:43

Chapitre 1 – Le Jeu


Kalten ouvrit les yeux. Il se leva lentement pour s’asseoir sur le bord du lit. Il se sentait engourdi, la tête lui tournant un peu. Que s’était-il passé ? Et où était-il ? Kalten regarda autour de lui. Il se trouvait dans une chambre sans fenêtre. La pièce était éclairée par quelques bougies et trois orbes lumineux accrochés au plafond. Une grille servait de porte. Celle-ci était entrouverte. Une simple table en bois brute ainsi que le lit représentaient le seul mobilier présent dans la chambre. Kalten se leva et fit quelques exercices d’assouplissement pour évacuer les derniers restes de torpeur. Ainsi donc, il avait été drogué et amené dans cette cellule. Il s’aperçut que son armure et sa lance avaient été déposées à côté du lit. En s’approchant de la table, il vit une boite ainsi qu’une enveloppe. Il déplia la lettre contenue à l’intérieur de celle-ci.

Cher ami,
Vous ne me connaissez pas et pourtant je sais déjà beaucoup de choses vous concernant. Vos exploits en tant qu’aventurier ont aiguisé ma curiosité suffisamment pour que je vous sélectionne comme participant à mon nouveau jeu. Quel jeu vous demandez-vous ? Le seul Jeu qui en vaille la peine ! L’objectif en est fort simple : vous allez devoir survivre. Quoi de plus excitant, de plus fantastique que de lutter pour sa vie ? Quoi de plus enivrant que de sentir son cœur battre quand la mort approche ? Et quelles émotions s’emparent de vous quand vous voyez votre sang couler sans rien pouvoir y faire, ou si peu !
Vous allez donc devoir survivre dans cet environnement spécialement créé pour cette occasion. Pour vous aider, vous trouverez dans la boite en bois un petit quelque chose pouvant vous servir. Considérez cela comme un cadeau. Votre équipement vous a également été fourni.
Et maintenant, cher ami, que le jeu commence !


Kalten froissa la lettre et la jeta contre le mur en jurant. Il avait affaire à un malade ! Un fou qui aimait jouer avec la vie d’autrui ! Et il se retrouvait obligé de jouer selon les règles de ce cinglé. Kalten ouvrit la boite et y trouva deux outres vides. Il allait donc devoir combattre pour sa vie et trouver un moyen de sortir de ce piège. Kalten s’équipa, vérifiant que tout était en ordre puis prit les deux outres avec lui. Une colère sourde grondait en lui mais il la musela. Il ne servait à rien de s’énerver. Cela ne résoudrait pas son problème. Du moins, pas dans l'immédiat.

Une fois prêt, il ouvrit la grille et sortit.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Lun 21 Mar - 9:28

Chapitre 2 – Case départ

Un couloir en pierre grise et éclairé par des torches montrait la direction à Kalten. Il avança prudemment jusqu’à un petit escalier menant à une trappe en son sommet. En regardant tout autour de lui, Kalten ne vit aucune autre issue possible et poussa donc la lourde planche en bois. Il attendit quelques instants mais rien ne se passa. Il gravit donc les marches et passa la trappe. Il se trouvait maintenant dans une large pièce rectangulaire, toujours faite de pierre grise. Aucune décoration, aucun ornement sur les murs et le plancher. En y regardant de pus près, Kalten aperçut une trappe identique à la sienne. S’agirait-il d’un chemin à suivre ? Tournant les yeux de droite et de gauche, Kalten vit une porte. Ayant une petite idée de ce qu’il découvrirait, Kalten préféra s’approcher de la trappe et l’ouvrit. Un escalier amenait à un couloir identique à celui qu’il avait emprunté. Préférant ne pas prendre de risques, il s’accroupit à l’entrée du passage.
─ Il y a quelqu’un là-dedans ?
Il crut entendre une voix étouffée puis une flèche claqua juste à l’entrée de la trappe, à quelques centimètres à peine de ses pieds. Surpris, Kalten fit un bond et s’écarta légèrement du trou.
─ Du calme ! Je ne suis pas un ennemi ! Moi aussi, je suis sorti d’un passage comme le vôtre. Je ne vous veux aucun mal.
Quelques secondes passèrent avant que l’inconnu ne réponde.
─ Kalten ? C’est toi là haut ?
Cette voix ! Qu’est ce qu’elle faisait là ?
─ Y’rtela ? C’est toi ?
─ Non, c’est l’Oracle qui passe des vacances. Bien sûr que c’est moi ! Je monte !

La Miqo’te sortit du trou et regarda rapidement autour d’elle avant de fixer Kalten.
─ Désolée pour la flèche. Quand la trappe s’est ouverte, je ne m’y attendais pas.
Kalten fit un geste de la main, lui signifiant que ce n’était pas grave.
─ Qu’est ce qu’on fait là, Kalten ? C’est qui ce taré qui veut jouer ?
─ Je n’en sais rien, Y’rtela. Dans ma cellule, il y avait une lettre. Tu en as aussi reçu une ?
Y’rtela lui tendit un papier. Kalten lut ce qu’il y avait écrit et hocha la tête. Il y avait peu de différences par rapport à son message. Il toucha de la main les deux outres vides. La Miqo’te lui montra une petite boite dans laquelle s’y trouvaient des fioles.
─ Certaines doivent être fragiles car la lettre dit de les manipuler avec attention.
Kalten indiqua les multiples torches et sphères scintillantes qui leur permettaient d’y voir clair.
─ On doit se trouver sous terre, ou alors notre cinglé ne tient pas à ce que l’on voit la lumière extérieure.
Y’rtela étouffa un juron.
─ J’suis une fille d’extérieure, moi. Pas une femme d’intérieure.
Kalten déambulait dans la pièce.
─ C’est forcément lié à quelque chose que nous avons fait ensemble dans le passé, Y’rtela. C’est obligé. Ca ne peut pas être une coïncidence.
La Miqo’te croisa les bras et le regarda bizarrement, les oreilles dressées et la queue fouettant doucement l’air.
─ Ecoute mon chou. D’aussi loin que je me souvienne, il ne s’est rien passé entre nous. C’est pas faute d’avoir voulu, mais tu faisais la sourde oreille. D’autant plus que tu es déjà en main, et avec une Miqo’te !
Kalten regarda Y’rtela, un peu perdu dans ses réflexions, quand il comprit enfin.
─ Ha mais non ! Ce n’est pas ce que je voulais dire !
─ Mais tu l’as dit.
─ Mais non, ce n’est pas…
En voyant Y’rtela éclater de rire, il s’arrêta, comprenant qu’elle le taquinait. Il sourit et attendit qu’elle se reprenne, retournant dans ses réflexions. Après plusieurs crises de rires, Y’rtela retrouva son sérieux.
─ Bon, alors, on tente le coup ?
Kalten haussa les épaules.
─ De toute façon, il n’y a nulle part ailleurs où aller. Alors, autant avancer et trouver la sortie.
Ils vérifièrent leurs armes une dernière fois, ouvrirent la porte et la franchirent.

Bien plus haut, dans un salon feutré, un Hyur regardait à travers l’une des boules translucides qu’il avait à côté de lui, un verre à la main. En voyant le Hyurgoth et la Miqo’te sortir, son sourire n’avait rien d’amical.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Mer 6 Avr - 13:43

Chapitre 3 – Premier coup

Ils avançaient lentement, faisant attention dans cet endroit qu’ils ne connaissaient pas. Les couloirs succédaient aux couloirs. Des torches et des sphères volantes leur diffusaient la lumière nécessaire. Ils trouvèrent deux portes et n’hésitèrent pas à entrer. Dans l’une d’elles, ils durent combattre un mort-vivant. Dans la seconde, il n’y avait rien. Ils continuèrent de suivre les couloirs. Ils s’astreignaient au silence, ne parlant que rarement afin de ne pas attirer un éventuel monstre. Par moment, l’entité qu’il hébergeait lui parlait.
Il y a quelque chose qui cloche, Kalten. Je n’arrive pas à savoir quoi mais je le sens !
─ Continue de chercher, Rhalg, lui répondait-il mentalement. Si vraiment il y a quelque chose, il faut que tu trouves.
Alors l’entité se taisait et Kalten sentait qu’elle scrutait, regardait partout à la recherche d’un indice.

Kalten laissait Y’rtela en tête. En tant que chasseuse, elle savait se faire plus discrète que lui pour observer ce qu’il y avait devant eux. Lui s’occupait de protéger leurs arrières. Tout à coup, Y’rtela s’arrêta en lui faisant un signe, regardant droit devant elle. Kalten s’approcha doucement de la chasseuse.
─ Une porte ouverte, murmura t’elle en faisant un geste du menton.
Kalten regarda dans la direction indiquée et vit en effet une porte grande ouverte. On entendait des paroles mais, à cette distance, impossible de comprendre. Ils s’approchèrent aussi silencieusement que possible et entendirent enfin des bribes de mots. Y’rtela encocha une flèche et Kalten se déplaça pour ne pas boucher son angle de tir. C’était à lui de prendre les devants maintenant. Il longea le mur en agrippant fermement sa lance. Arrivé à quelques pas de la porte, il se figea, surpris, et se tourna vers son équipière. Elle vit le regard ahuri de Kalten mais ne comprenait pas pourquoi. Le Hyurgoth tapa volontairement sa lance contre le mur, produisant ainsi un bruit métallique. A l’intérieur, les voix se turent.
─ Roporo, Gufsonn, c’est bien vous à l’intérieur ? clama Kalten.
Il n’y eut aucune réponse. Y’rtela était médusée. Roporo ? Gufsonn ? Ici eux aussi ?
─ C’est moi, Kalten. Et je suis avec Y’rtela. Nous allons nous montrer. Pas de bêtise Roporo.
Kalten fit signe à la chasseuse de le suivre. Il resta devant elle. Avançant lentement pour ne pas les surprendre, Kalten présenta sa lance par l’embrasure de la porte. Il entendit Gufsonn jurer. Alors, il se montra entièrement, suivit de Y’rtela.
─ Kalten ! Y’rtela ! Ce que je suis content de vous voir ! Ca faisait longtemps ! Bisous !
Roporo semblait réellement heureux malgré la situation. Tout comme la majorité des Lalafells, Roporo vivait l’instant présent et il aimait voir le bon côté de chaque situation, aussi dangereuse soit elle. Mis à part quelques tapis et armoires vides ainsi que les sempiternelles torches et sphères lumineuses, la pièce était vide. Roporo n’avait pas changé. Toujours remuant, toujours en train de parler ou de se mêler de ce qui ne le regardait pas, le mage blanc avait peut être pris un léger embonpoint. Gufsonn, lui, avait changé. Kalten avait connu le Roegadyn en tant que Guerrier. Maintenant, il avait en face de lui un colosse bardé de pistolets et autres mécanismes douteux ; un Machiniste.
─ Roporo ! Arrête de courir partout où je t’enfonce dans le sol !
Ledit Lalafell se planta devant le Roegadyn et le défia du regard.
─ De toute façon, le sol est en pierre, tu n’y arriverais pas.
─ Suffit de taper plus fort, répondit Gufsonn.
Y’rtela se pencha pour embrasser le Lalafell sur le front, celui-ci sautant de plaisir. Kalten s’approcha du Roegadyn.
─ Sacrée pétoire.
─ J’ai toujours aimé les gros calibres, répondit-il en sortant son arme. Et là, je dois dire que niveau puissance de feu, je commence à être comblé.

Durant un instant, ils oublièrent leur situation actuelle et prirent des nouvelles les uns des autres. Mais rapidement, la réalité reprit le dessus.
─ Alors, quelqu’un a une idée pour qu’on sorte de ce trou à rats ?
─ Pour ça, il va falloir chercher. Par contre, je suis maintenant persuadé que cela a un rapport avec l’une de nos missions, répondit Kalten. Y’rtela, Roporo, toi et moi. Il ne manque plus que Sylvane, Aurifort et N’shron. En fait, je ne serai même pas étonné de les croiser un peu plus loin.
─ On n’a pas fait cinquante missions ensemble non plus, enchaina Roporo. Il y a eu cette désastreuse incursion au Vigile de Pierre voulue par les autorités et cette pseudo mission de secours où on a failli y rester. SI cela nous concerne tous, alors il faut creuser par là. D’ailleurs, en parlant de creuser, quelle heure est-il ?
Et un gargouillis secoua le petit ventre du Lalafell en guise de réponse.
─ L’heure de manger on dirait mais nous n’avons rien sous la main, commenta Y’rtela en regardant autour d’elle.
─ Je ne m’en fais pas trop là-dessus, répondit Kalten. Le cinglé qui a préparé ça veut nous voir combattre. C’est un jeu pour lui. Alors, je pense que nous trouverons des victuailles sur notre chemin. Mais pour ça, il va falloir avancer. Si vous êtes prêts, on y va. Y’rtela, à toi l’honneur. Je reste derrière toi. Roporo, tu me suis. Gufsonn, tu surveilles nos arrières.

Sans s’en rendre compte, le groupe retrouvait ses automatismes, laissant Kalten prendre les commandes et tous sachant ce qu’ils avaient à faire.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Lun 18 Avr - 13:37

Chapitre 4 – Première salle


Le groupe avançait maintenant plus rapidement tout en restant prudent. De temps à autre, ils rencontraient un monstre errant, ou un petit groupe de bêtes ; mais jamais rien qui ne les inquiéta. Roporo se plaignait de plus en plus d’avoir faim et, même si cela les faisait sourire, ils espéraient pouvoir trouver rapidement de la nourriture. Comme Y’rtela et Kalten, Roporo et Gufsonn avaient eux aussi trouvé des objets dans leur cellule : pour le mage blanc, un crayon et du papier ; pour le Roegadyn, une clef. Roporo et Gufsonn avait tout de suite trouvé une utilisation au papier et au crayon. Ils avaient commencé à dessiner le parcours du labyrinthe. Avec les indications de Y’rtela et de Kalten, ils purent agrandir le plan.
Ils virent devant eux une lumière plus vive que d’habitude : une salle probablement. Y’rtela avança seule et revint une poignée de secondes plus tard.
─ J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Je commence par laquelle ?
─ La mauvaise, murmura Gufsonn.
─ Il y a un groupe de quatre squelettes dans la salle : un magicien ou ce qui y ressemble et trois guerriers.
─ Et la bonne dans ce cas ?
─ Ils ne sont que quatre, répondit-elle en souriant. Venez mais sans faire de bruit.
Le groupe avança aussi silencieusement que possible. La salle, vaste, avait une forme d’ogive et allait leur permettre de combattre sans encombre. Les sempiternelles torches et sphères, en grand nombre, éclairaient fortement la grande pièce. Les murs, toujours aussi nus, étaient de la même pierre grisâtre que les couloirs. Le sol, lui, semblait différent. Il était composé d’un dessin en forme de carré avec, à chaque angle, un petit cercle. Ceux-ci semblaient luire par moments. Le groupe revint se réfugier dans le couloir pour pouvoir établir un plan d’attaque.
─ Bon, il va falloir faire vite, nous n’avons pas de personne capable d’encaisser les coups longtemps, annonça Kalten. Au pire, je pourrai tenir quelques instants mais pas trop. Le pouvoir des dragons m’en donne la possibilité mais si je peux éviter, je préfèrerai. Quatre, c’est gérable mais il ne faudra pas nous planter.
Y’rtela montra aux autres une petite fiole. Dessus était marqué : sommeil.
─ Ca existe ça ? questionna Roporo, étonné.
─ En tout cas, ça va nous aider, dit Kalten en souriant. Du coup, on va faire comme ça : Y’rtela, tu commences par balancer ça sur le magicien ; Gufsonn, à ce moment, tu entre dans la pièce en gueulant pour attirer les trois autres et tu cours à leur opposé. Je sors et je tente d’en tuer un très rapidement. Il nous en restera deux qu’il faudra gérer aussi vite que possible. En dernier, on s’occupera du mage. Roporo, tu vas devoir gérer les soins au mieux. Priorité à celui qui devra tanker si besoin. Personne ne touche au mage tant qu’il est endormi, c’est primordial. Des questions ?
─ Parmi les trois, il y a ce qui ressemble à un paladin. Son épée est différente des deux autres. Tu dois attaquer celui-là, Kalten.
─ D’accord, le paladin en premier, c’est noté. Allez, en position. Y’tela, c’est toi qui donne le top départ en lançant ta fiole. Et ne le rate pas s’il te plait.

La Miqo’te le dévisagea un instant mais se radoucit quand elle vit un petit sourire sur les lèvres du Hyurgoth. Ils se rapprochèrent donc encore une fois de l’entrée de la salle. Les squelettes n’avaient pas bougé. On aurait pu les croire inertes si leurs têtes ne bougeaient pas par moment. Kalten vit en effet que l’un des squelettes portait une épée plus brillante que les autres. Y’rtela prit quelques profondes inspirations tout en soupesant bien sa fiole. Elle fixa longtemps sa cible puis, s’en rien dire, se mit en pleine lumière à l’entrée de la pièce, lança la petite bouteille et se remit à couvert aussi vite. Tout le monde put voir la fiole percuter le mage, l’immobilisant totalement. Alertés, les squelettes se mirent en mouvement, cherchant l’origine de la menace. A ce moment, Gufsonn sortit en hurlant et en tirant des coups de sa pétoire, touchant deux squelettes. Le Roegadyn courut sur la droite, à l’opposé de la position des morts vivants. Ceux-ci se précipitèrent sur lui, leurs épées tirées. Gufsonn continuait de tirer rapidement sur l’un des squelettes quand Kalten intervint à son tour. Il effectua un Saut qui lui permit d’asséner un coup terrible dans le dos du paladin. Celui-ci voulut se retourner en donnant un coup de son épée mais la lance du Chevalier Dragon contra l’attaque. Kalten donna un grand coup de pied dans le fémur du squelette qui perdit l’équilibre. Il put frapper de haut en bas le mort-vivant, le coupant en partie en deux. Se retournant, Kalten put voir que Gufsonn avait réussi à tuer un squelette, celui-ci étant parcouru d’une flèche dans son crâne. Gufsonn courait et sautait pour éviter les attaques du guerrier. A un moment, le Roegadyn passa entre deux cercles allumés d’un même côté. Aussitôt, une lumière vive lia les deux cercles et toucha la jambe du Machiniste. Celui-ci hurla et s’effondra, blessé. Kalten effectua un nouveau Saut sur le squelette pour protéger son compagnon qui peinait à se relever. Le squelette vit arriver le coup et eut le réflexe de se jeter de côté, évitant l’attaque. Mais il se retrouvait maintenant avec un Hyurgoth armé d’une lance devant lui.
─ Ne traversez pas le carré quand les cercles sont allumés, hurla Kalten.
Roporo envoya un Soin intensif sur Gufsonn, ce qui fit se retourner le squelette. Kalten en profita pour transpercer le dos et la cage thoracique de celui-ci. Ca ne suffit malheureusement pas à tuer le squelette mais au moins ne se focalisait-il plus sur Roporo. Une petite explosion retentit quand le mort-vivant explosa en morceaux. Gufsonn venait de terminer le travail avec son arme. Le combat n’avait pris que deux minutes et il ne restait plus que le mage.
─ Bordel ! Ces saloperies peuvent traverser le carré mais pas nous !
Gufsonn était en rage. Grâce au soin de Roporo, il récupérait rapidement.
─ Attaquez le mage tant qu’il est immobile !
Mais au moment où Kalten avait crié ses ordres, une lumière vive envahit la pièce et tous purent voir le mage grandir. Il prit trois fois sa taille.
─ Et merde… lâcha Kalten. Je le tank ! Roporo, les soins sur moi !

Kalten se concentra pour attiser sa récupération interne puis il attira l’attention du mage et fonça sur lui. Le squelette envoya une boule d’énergie et Kalten l’esquiva en plongeant de côté. Il se releva aussitôt pour éviter une boule de feu mais l’explosion de celle-ci dans le mur le toucha, le blessant au dos. Aussitôt, il sentit un vent de fraicheur l’envahir, apaisant le plus gros de la douleur et de la blessure. Gufsonn enchaina ses tirs à une vitesse ahurissante ainsi que Y’rtela ses flèches. Un mur d’énergie protégea temporairement le mage mais le bouclier finit par céder sous les coups répétés. Kalten put enfin porter une attaque qui repoussa le mage vers le milieu de la pièce. Aussitôt, celui-ci commença à entonner un chant qui se transforma rapidement en cri strident. Kalten se rendit compte avec horreur que ses mouvements devenaient de plus en plus lents, ainsi que ceux de ses compagnons.
─ Là, ça craint un peu ! cria Y’rtela.
Ce fut à ce moment qu’ils virent tous un inconnu sortir de nulle part et foncer sur le mage, épée brandit et criant pour attirer son attention. Kalten s’aperçut que l’ankylose qu’il ressentait disparaissait et vit un dôme bleu apparaître.
─ Que… ???
Kalten reconnut N’shron et comprit aussitôt. Se tournant, il vit Sylvanne et Aurifort sortirent de l’autre issue. Sylvanne lâcha un Brasier qui toucha de plein fouet le squelette. N’shron porta un coup qui arrêta l’incantation du mort-vivant. Aurifort libérait Gufsonn et les autres du sort d’engourdissement et tous purent attaquer le mort-vivant, l’envoyant définitivement à la mort. Le silence revint alors dans la salle. On n’entendait plus que les respirations saccadées des combattants et les sorts de soins de Roporo et Aurifort. Ils étaient vivants et au complet.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Mer 20 Avr - 14:34

HRP/ Le texte qui suit a été écrit par Cyrcée. Si vous aussi, vous avez envie d'intervenir, n'hésitez pas à m'en parler. Rien n'est figé encore.\HRP



La porte du Dojo s'ouvrant et se refermant doucement, Waba ne disant que deux mots "en bas" lui firent comprendre que son invité était arrivé.

Cyrcée rangea lentement les documents devant elle alors qu'un pas léger se faisait entendre dans l'escalier.

Arrivé en bas, il s'inclina légèrement et Cyrcée se tourna vers lui, le saluant d'un simple hochement de tête, les yeux graves.

Il s'agissait d'un Hyurois, 25-30 ans, brun, aux yeux marrons, coupe de cheveux banale, visage sans aucune marque, des vêtements civils ni trop pauvres, ni trop apprêtés. Le genre d'homme que l'on voit dans la rue sans vraiment lui prêter d'attention, celui que l'on oublie dès qu'il n'est plus dans notre champs de vision sans que nous soyons capable de le décrire tellement il peut paraître commun.

Un des membres de la Toile.

"Alors ?"

Il répondit d'une voix presqu'atone, sans aucun accent.

"Il a été vu à l'auberge du Camp des Os Desséchés où il s'est restauré et reparti aussi vite mais il semblait un peu fatigué en partant. Il… s'est évanoui et une équipe médicale est venue le chercher mais qu'il n'est jamais arrivé à l'infirmerie pourtant pas loin.

Un des gamins qui trainent là-bas m'a juré avoir vu une dague dans une des bottines des infirmiers, ce qui n'est pas du tout usuel chez eux, de plus ils n'ont pas été du style précautionneux avec le Hyurgoth. Etrange pour des infirmiers….."

La féline gronda en se levant, sa queue fouettant violement l'air. Elle vint se poster devant la cheminée, posant ses mains sur la pierre grise de l'âtre.

Elle se retourna pour fixer l'homme, ne lui cachant pas son inquiétude.

"Dans quoi le Grand s'est encore fourré….. Qui a-t-il encore voulu aider ?"

"On ne sait pas….. Depuis l'histoire avec cette…. Monstruosité ishgardienne, c'était relativement calme à la Brouillasse. Et Kalten ne semblait pas suivi….."

Cyrcée tourna la tête, fixant le feu rougeoyant.

"Je sais….." Elle serra les poings, ses griffes crissant sur la pierre.

"Retourne au Camps, cherche tous les indices que tu peux, prends des hommes avec toi….. Kalten a eu des soucis avec un Ascien et un membre de l'Armée en Coerthas….. Envoie une escouade la bas, qu'ils se renseignent…."

"Bien, ce sera fait. Autre chose ?"

Elle ferma les yeux, laissant son timbre de voix se faire plus doux.

"Y'oreen…. Qu'elle soit surveillée de près……"

L'homme si insignifiant en Eorzea et pourtant capable de tuer aussi brutalement qu'efficacement fit un sourire rassurant

"On ne la lâche pas, on a fait envoyer deux Gouvernantes miqo'te qui se relaient pour la rassurer et tenter de la faire manger et dormir. Il y a aussi 3 hommes en poste aux abords de la maison, au cas où…." Le ton se fit encore plus affectueux "Elle est en sûreté Shujaa, et même si tu ne peux pas aller la voir, elle sait que tu es avec elle, n'en doute pas."

Cyrcée hocha lentement de la tête, serrant la mâchoire. Elle voulait courir rejoindre celle qu'on pensait être sa sœur jumelle, mais qui était bien plus que ça, la prendre dans ses bras, retourner Eorzea pour retrouver Kalten, ne plus voir la tristesse angoissée dans les yeux ambres de Y'oreen. Mais elle ne pouvait pas. Les affaires du Dojo, les ennuis de Garret, et surtout….. Cette menace qui planait au-dessus d'eux……

Elle murmura, grondant à nouveau, sa fragilité de nouveau masquée sous sa combattivité.

"Faites tout ce que vous pouvez, voire plus, mais retrouvez-le, et protégez-la"

Le Hyurois inclina la tête, puis reparti aussi silencieusement qu'il était arrivé. Les ordres avaient été donnés, il savait ce qu'il avait à faire.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Lun 25 Avr - 9:34

Chapitre 5 – Premier contact


Dans d’autres circonstances, leurs retrouvailles auraient été chaleureuses. Roporo aurait fait une remarque sur l’armure scintillante de N’shron, Y’rtela sur la nouvelle tenue de mage noire de Sylvanne qu’elle aurait jugée trop « sage ». Mais le combat avait été rude et les amis se contentèrent de se saluer. Ce fut même Roporo qui intervint en premier pour énoncer l’évidence.
─ Une chance que vous soyez arrivés. Ca aurait été plus compliqué sinon.
Y’rtela, qui récupérait ses flèches utilisées, s’arrêta devant une entrée.
─ Il n’y avait pas de couloir ici ou j’ai besoin de me reposer ?
Les autres s’approchèrent et tous confirmèrent que c’était nouveau. De plus, un coffre de belle taille se trouvait dans l’ouverture. Y’rtela s’en approcha doucement, l’étudia longuement à la recherche d’un piège et, ne trouvant rien, essaya de l’ouvrir. En vain.
─ Fermé, pesta t’elle.
─ Je vais essayer.
Gufsonn sortit sa clef et la fit tourner dans la serrure du coffre. Celui-ci ne s’ouvrit pas. N’shron s’approcha à son tour avec une clef, que lui aussi avait trouvé dans sa cellule. Elle tourna parfaitement dans le mécanisme et le coffre dévoila son trésor : fruits, légumes, viande séchée et pain ; le tout en grande quantité. Roporo fut évidemment le premier ravi et le premier à se servir, arguant qu’en tant que guérisseur, il devait reprendre des forces. Sa mana en dépendait. Tout le monde fit semblant de le croire, y compris Aurifort qui rangea un maximum de victuailles dans le sac qui lui avait été fourni.

Y’rtela, qui observait l’un des murs avec minutie depuis quelques minutes, appuya sur un bouton caché et un nouveau pan de mur se leva, dévoilant une fontaine d’eau. La Miqo’te croisa les bras et hocha la tête de satisfaction.
─ Je me disais bien que j’entendais un bruit d’eau qui coule.
─ Bravo Y’rtela. Nous allons pouvoir boire à notre soif.
Kalten remplit ses outres d’eau et les fit passer à chacun. Une fois fait, il les remplit à nouveau et les tendit à Aurifort. Ce fut à ce moment qu’une voix se fit entendre.
¬─ Vous avez bien mérité ces récompenses. Profitez-en bien car vous en aurez besoin pour la suite. Votre petite tactique d’attaque était ma-gni-fi-que ! Et l’intervention de votre paladin est arrivée à point nommée.

Tous se retournèrent, cherchant d’où pouvait venir la voix.
─ Les sphères, Kalten ! Elles ne servent pas que pour éclairer ! Ca vient de là !
Kalten ne répondit pas à la voix dans sa tête mais regarda les sphères les unes après les autres, ce que remarqua leur hôte.
─ Vous pouvez parler à celle que vous voulez. Chaque sphère est équipée pour diffuser ma voix. Pour plus de commodités, vous pouvez m’appeler Avroix. Ce n’est évidemment pas mon vrai nom mais il conviendra. Par contre, je connais chacun de vous. J’entends par là votre nom et une bonne partie de ce que vous avez accompli. Je suis honoré que vous soyer les premiers à participer à mon jeu.
─ Un jeu ? Vous appelez ça un jeu ? Vous êtes un vrai malade, on vous l’a déjà dit ?
─ Allons, Y’rtela. Inutile de s’emporter. Cela ne sied pas à votre teint.
─ Mon teint, tu peux te le carrer où je pense ! s’emporta la Miqo’te. Un rire lui répondit.
─ Gardez vos forces, mes amis. Vous en aurez besoin. Et comme je sais que vous vous posez la question, je vais y répondre maintenant. Oui, il y a bien une sortie. Mais ce sera à vous de la trouver. C’est bien plus amusant comme ça.
─ Pauv’ malade ! Dès que je mettrai la main sur toi, je ferai en sorte de te guérir. Ca vient de la tête ton problème. Il suffit juste de la couper.
─ Aaaaaahhhhhh ! La sempiternelle menace. On sent bien le maitre d’armes derrière ses paroles. Gufsonn, j’aurais préféré vous voir en guerrier mais je n’avais pas eu l’occasion de voir un machiniste en pleine action. Je dois dire que je ne suis pas déçu. Sur ce, je vais vous laisser vous préparer pour la suite. J’ai hâte de voir ce que vous allez faire. A bientôt et amusez-moi.

Un petit clic se fit entendre et tous comprirent que la discussion était terminée. Cependant, ils savaient que leur hôte les observait encore par le biais des sphères lumineuses. Il les observait et les entendait probablement aussi.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Mar 3 Mai - 10:47

HRP/ Nouveau texte écrit par Cyrcée. Bonne lecture. /HRP


La jeune miqo'te était accoudée à la rambarde donnant sur un ravin vertigineux, le regard perdu sur le vide immense à ses pieds.

Une simple jeune femme, rêveuse, comme il y en avait ici, à la Coupe, comme partout ailleurs.

Un Hyurois vint nonchalamment la rejoindre, tournant le dos au précipice, pour regarder devant lui, les coudes appuyés sur le garde-fou, un cure dent négligemment glissé entre ses lèvres.

"Des nouvelles ?" Souffla la jeune femme, sans même le regarder.

Il lui répondit d'un accent traînant, un peu râpeux, un timbre de voix lent, mais tout aussi feutré qu'elle.

"Une Lalafell bavarde d'Ala Migho….. L'un de nous a un indic là-bas, et il l'a entendu jacasser sur des infirmiers venus se reposer une nuit avec un patient. Elle s'est énervée car ils ne semblaient pas…"professionnels" *son cure-dent virevolta d'un coin de lèvres à l'autre, et il bascula sa tête pour lancer un regard à la jeune femme* "Vue qu'elle est vendeuse de potions de soins, ça l'a interpellé t'vois"

Elle lui jeta un rapide coup d'œil, hochant la tête.

"Kalten le patient ?"

Il soupira en regardant à nouveau devant lui, pour un œil non exercé, le parfait dragueur se la jouant "cool" devant une petite miqo'te timorée.

"Nop… Un Hyurgoth mais pas le nôtre. Ce qui nous fait penser que le grand serait pas le seul à avoir été chopé…"

La jeune femme passa rapidement son index sur la surface granuleuse de la rambarde, comme cherchant à en effacer le grain, signe d'anxiété pour ceux la connaissant.

Le Hyurois glissa un peu vers elle, lui donnant un léger coup de hanche.

"Hé… ca va aller….. La lalafell nous a dit qu'elle les avait vus partir vers le Désert de Sagolii, on a une piste ! On va pas le lâcher le Kalten…" Il ricana "Sinon on va se faire écharper par la Chef"

Cette fois, elle le fixa plus franchement, ses grands yeux de miqo'te lunaire emplis de tristesse et d'angoisse.

"Tu la connais autant que moi, dès que ça touche un membre de "son Clan", elle devient pire qu'une coeurl protégeant ses petits…… Et là, c'est Kalten ! " Elle soupira, l'air las.

Comme un réflexe, il se pencha et embrassa le front de la jeune femme.

"On est tous sur le coup… on va le retrouver, et elle ira mieux. Donne lui déjà ces infos la, qu'elle rassure Y'oreen. Nous, on continue. T'en fais pas… On le lâche pas."

La jeune femme opina doucement, puis se remit à la contemplation du ravin devant elle. Le Hyurois resta encore quelques instants, silencieux, puis il partit de son pas nonchalant, les mains dans les poches.

La traque continuait…

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Jeu 26 Mai - 10:34

Chapitre 6 – Un secret dévoilé


Ils reprirent donc leur chemin en utilisant le nouveau couloir. Le groupe étant au complet, chacun connaissait son rôle et sa position. Gufsonn reportait leur progression sur la feuille. Petit à petit se dessinait leur périple. Après avoir nettoyé une salle de son occupant mort vivant, Kalten ordonna une halte et murmura à l’oreille de Y’rtela. Elle le regarda un instant, interrogative, puis sembla comprendre. Elle décocha alors une flèche et brisa la sphère lumineuse. Aurifort lança immédiatement un sort pour les éclairer. Kalten alla fermer la porte et se tourna vers ses compagnons.

─ Puisqu’il semble s’agir d’un jeu, nous allons commencer à imposer nos règles. Les sphères lumineuses ne servent donc pas qu’à nous éclairer mais à nous observer et sans doute nous écouter. Nous allons les supprimer dès que nous les verrons. Y’rtela s’en occupera. Gufsonn, conserve tes munitions. Elles ne sont pas inépuisables. Sylvane, donne un coup de main à Y’rtela si tu peux mais n’épuise pas ta mana. Nous nous éclairerons avec les sorts de Roporo et d’Aurifort. Il y a aussi les torches que nous trouverons qui pourront nous apporter de la lumière.

Kalten prit quelques secondes avant de continuer.

─ Nous allons tenter de l’énerver un peu. Avec de la chance, il fera une erreur qui nous permettra de trouver la sortie. Ou du moins, de nous mettre sur la voie.

─ Et les monstres sur le chemin ? Nous ne les verrons plus de loin du coup.

Kalten tapota le haut de sa tête, un petit sourire aux lèvres.

─ Sur ce coup, je vais faire appel à un ami.

─ C’est ton dernier mot ?

─ Je vais aussi te demander d’étendre tes facultés aussi loin que tu pourras. Essaie de sentir si quelque chose d’étrange se passe quelque part dans ce labyrinthe.

─ Aucun problème.


─ Si personne n’a de questions, on se remet en ordre de marche et on se dépêche de sortir de là. Je connais au moins deux personnes qui doivent se demander dans quel problème je me suis encore fourré. Pour une fois, je n’y suis pour rien mais elles ne voudront jamais me croire.

Alors que certains rirent à cette remarque, même Aurifort se permit un franc sourire.

Ils repartirent donc. Y’rtela décochait ses flèches et Sylvane l’aidait de temps en temps. La Miqo’te récupérait ses traits au fur et à mesure de leur progression. Roporo et Aurifort s’occupait de les éclairer, ce qui leur permettait de voir à quatre ou cinq mètres autour d’eux. Ils pensaient que leur hôte allait réagir mais aucune réaction ne vint ; du moins, aucune réaction visible. Ils suivaient donc des couloirs, certaines fois sans issues. Ils trouvaient des salles vides ou remplies de monstres. Ils montaient ou descendaient des escaliers… mais jamais ils ne trouvaient d’indices pouvant les aider à sortir. Par moment, ils entendaient rire. Leur hôte leur faisait comprendre que la perte des sphères ne l’inquiétait pas. Pourtant, après quelques heures de marches, Kalten entendit dans sa tête :

─ J’ai ressenti quelque chose. C’était très diffus mais je l’ai ressenti : une présence pendant quelques secondes puis plus rien.

─ Attends, on va en discuter.


─ A la prochaine salle, on fait une pause. J’ai des infos.

─ Pas trop tôt, grommela Y’rtela.

La salle qu’ils trouvèrent était vide. Pas de monstres, pas de mobilier, juste des sphères. Après les avoir supprimées, Aurifort fit de la lumière. Une fois s’être assuré qu’ils ne seraient pas entendus, Kalten se plaça devant eux et tapota son crâne.

─ Il a ressenti quelque chose d’inhabituelle : une présence qui a disparu au bout de quelques secondes.

Roporo se gratta les cheveux.

─ Tu penses à une porte, c’est ça ?

Kalten hocha la tête.

─ Et je pense avoir une idée pour trouver cette issue sans nous faire repérer.

Il les dévisagea un par un avant de reprendre.

─ De ce que vous allez voir, je vous demanderai d’en garder le secret. C’est très important.

Ils acquiescèrent, se demandant ce qu’il allait encore faire. Kalten se concentra un instant puis il se détendit et tourna la tête vers le haut de la pièce.

─ Bonjour Azure, content de te voir.

Tous regardèrent autour d’eux, se demandant à qui ou quoi il parlait car ils ne voyaient rien. Kalten fit un geste mimant un collier qu’il enlevait et enfin ils purent voir. Ils en restèrent bouche bée.

─ C’est un…c’est un…

─ Un….truc….machin…. un….

Kalten sourit.

─ Je vous présente Azure, ma Wyverne. Il s’agit d’un petit dragon.

─ Dragon ! Voilà ce que je voulais dire ! *moment de silence* Un dragon ??!!!

─ Là d’où je viens, les Chevaliers Dragons ont la faculté d’appeler une Wyverne pour les aider. En fait, c’est plutôt l’inverse. La Wyverne décide du Chevalier qu’elle va aider et se lie avec lui. Ce qu’elle ressent, je le ressens et vice-versa. Ce qu’elle voit, je le vois et vice-versa. Mais ici, dans ce monde, je ne prends pas le risque de la montrer à n’importe qui. Un ami, Loki, a confectionné une sorte de collier très léger qui permet à Azure d’être invisible à tout le monde. Sauf à moi qui lui suis liée.

─ Oui ça se comprend, répondit Aurifort. Nous garderons ton secret. Et pour ma part, je suis bien content de voir que nous pouvons vivre ensemble. Mais par contre, je ne comprends pas ce que…..heuuu….Azure peut faire pour nous aider.

Kalten regarda la Wyverne de longues secondes puis il caressa son cou. Azure émit un petit feulement de plaisir puis se laissa faire quand le Hyurgoth lui remit son collier. Il se tourna vers ses compagnons.

─ Azure va chercher ce qu’a ressenti Rhalg *il tapota à nouveau son crâne*. C’est son nom. Azure est d’accord pour qu’il communique avec elle. Il va lui indiquer l’endroit et elle va le trouver. Une fois fait, elle me préviendra. Nous n’aurons donc plus qu’à suivre le chemin quand elle reviendra nous chercher.

Cette fois, ce fut Y’rtela qui se gratta la joue.

─ Et tu tables sur le fait que notre hôte ne connais pas l’existence d’Azure. C’est un pari risqué, surtout pour elle, même s’il n’y a que peu de chances qu’il ne découvre ton secret.

─ En effet. Je lui ai proposé et elle a accepté. Jamais je ne la forcerai à faire ce que je veux. Je doute même en être capable. En ce moment, elle parcourt les couloirs suivant les indications de Rhalg.

N’shron se rapprocha de Kalten.

─ Une entité qui t’aide, une Wyverne cachée. Tu as encore des surprises à nous annoncer ?

Kalten réfléchit un instant.

─ Deux Miqo’te dont une qui est ma femme et un Hyur amnésique avec un oiseau dans le dos, ça compte ?

Il sentit quelque chose frapper son crâne. Y’rtela venait de le gifler.

─ Oh ! On se calme le Hyurgoth ! feula t’elle. Un peu de respect là ! Considère que c’est un honneur rare d’être avec l’une d’entre nous.

Tous la regardèrent, sceptiques. Y’rtela mit ses mains sur ses hanches, sûre d’elle.

─ Bin quoi ? C’est reconnu que nous sommes les meilleures.

Sylvanne se mit à rire et Y’rtela lui tira la langue tandis que N’shron leva les yeux au ciel et que Roporo en profita pour ingurgiter un gâteau. Gufsonn fit semblant de vérifier ses armes et Aurifort resta égal à lui-même. Kalten sourit puis remit en place sa lance.

─ Allez, on reprend la route. Nous allons suivre Azure.

Le groupe se reforma et ils repartirent.

─ N’empêche, on est quand même les meilleures, marmonna Y’rtela.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Kalten le Mar 7 Juin - 10:16

Chapitre 7 – Evasion


Le groupe avançait prudemment. Autant Azure avait détruit les sphères permettant à leur tortionnaire de les voir, autant elle ne pouvait s’occuper des éventuels monstres qu’elle rencontrait. Du coup, ils devaient s’en charger. La résistance adverse s’avérait relativement faible et ils ne déplorèrent que quelques coupures, morsures et contusions rapidement soignées par les guérisseurs. Et petit à petit, ils se rapprochaient du but.

Kalten ressentit soudain la frustration d’Azure et ordonna au groupe de s’arrêter. En se concentrant, il comprit qu’Azure était arrivée à l’endroit précis d’une éventuelle sortie mais que l’issue était gardée. Il en informa ses équipiers. Au moins ne seraient-ils pas surpris. Finalement, ils arrivèrent eux aussi à quelques dizaines de mètres de la salle. Y’rtela partit en éclaireuse et revint, la mine grave et feulant par moments.
─ C’est à ce point ? demanda Gufsonn.
─ Une sorte d’ogre faisant quatre fois ta taille et équipé de deux massues, tu appelles ça comment ?
─ Un problème. Un gros même.
─ Kalten, tu es sûr que c’est ici ?
─ D’après Azure, oui. Elle attend en ce moment en haut de la salle. Elle a trouvé un perchoir. Si la sortie se trouve ici, alors il va falloir déblayer le terrain. On connait tous les particularités d’un tel ogre. Il a juste une massue de plus que les autres et quelques tours en réserves que nous ne connaissons pas encore. Rien d’insurmontable. Chacun sait ce qu’il a à faire. Alors chacun tient sa place, et on y arrivera. N’oubliez pas qu’ensuite, on cherchera cette pourriture qui nous a fait ça. Motivez-vous avec si ça vous aide. Des questions ?
Comme personne ne répondait, Kalten fit un signe à N’shron. Celui-ci se prépara et, une fois prêt, entra dans la pièce, seul, faisant face à l’Ogre qui ne l’avait pas encore vu.

─ Hey ! Tronche de rat ! T’es tellement myope que t’arrives pas à me voir ou bien l’information n’est pas encore arrivée au cerveau !
L’ogre se retourna, cherchant qui parlait et vit le paladin.
─ Ah oui j’oubliais que les fiottes de ton espèce n’avaient pas de cervelle. Rien dans le pantalon, rien dans la tête. Viens là que je fasse un trou dans ta carcasse, ça fera partir l’air.
L’ogre, en réponse, tapa ses deux massues l’une contre l’autre et hurla sa rage, défiant le nabot devant lui.
─ Ouais, moi aussi je sais faire ça, face de pêt.
Et N’shron tapa son épée contre son bouclier et hurla aussi tout en prenant soin de se déplacer afin que l’ogre tourne le dos à ses équipiers. Roporo apprécia la situation.
─ Là, il s’est fait un ami on dirait. C’est bizarre un tank.
─ C’est un peu le but, oui. Faut être un peu maso pour tanker de toute façon. Un jour, je vous parlerai d’un blondinet et vous comprendrez, répondit Kalten. En attendant, on y va !

N’shron avait suffisamment énervé l’ogre pour que celui-ci ne se rende pas immédiatement compte de la présence de nouveaux ennemis. Kalten alla au contact tandis que Roporo avec Aurifort, Guffson seul, Y’rtela et Sylvanne l’encerclèrent. Obnubilé par le Miqo’te, l’ogre essayait d’écraser sa masse sur le paladin. Il comprit vite que quelque chose n’allait pas et se retourna. Voyant de nombreux moustiques, il gronda et sauta. La secousse en atterrissant ébranla l’édifice mais surtout fit tomber l’ensemble du groupe. N’shron se précipita pour attirer de nouveau l’attention du monstre. Celui-ci répondit à l’appel mais se concentra quelques secondes. Comme par magie, trois blocs de pierre sortirent du sol et l’ogre fut auréolé d’une douce lumière bleue. Kalten s’aperçut qu’il ne pouvait plus toucher l’ogre. Ses équipiers également.
─ Les tours ! Détruisez les tours !

La physionomie du combat changea. N’shron s’occupait toujours du monstre. Kalten prit une tour avec Sylvanne et Y’rtela tandis que Roporo et Aurifort soignaient tant bien que mal l’ensemble du groupe. L’ogre, voyant que sa protection faiblissait, chargeait, massues en avant mais les aventuriers arrivaient à éviter ses assauts. Lorsque la dernière tour s’effondra, l’ogre refit un saut. A sa retombée, tous essayèrent de se retenir mais Y’rtela, qui voulait atteindre une certaine position pour disposer d’un meilleur angle d’attaque, ne put résister. Elle s’effondra en étant attirer près du monstre. Celui-ci, grognant de plaisir, levait déjà l’une de ses masses pour écraser définitivement la Miqo’te. Au moment où la masse devait rencontrer le corps de la jeune femme, l’ogre eut la surprise de voir son arme arrêter à deux bons mètres de sa proie. Y’rtela, se voyant déjà écrasée, ouvrit les yeux de surprise et vit N’shron au dessus d’elle, épée et bouclier faisant écran. Le contact fut d’une extrême violence et le temps sembla s’arrêter durant quelques secondes. Le groupe entier ainsi que l’ogre regardait avec surprise le Miqo’te retenir la masse et tenir bon. Aurifort réagit le premier et envoya un puissant sort qui fit reculer l’ogre. N’shron regarda alors Y’rtela et lui fit un petit sourire avant de s’écrouler, bras et bouclier brisés, sans énergie.

─ N’SHRON !!!!!

Y’rtela hurla de peur en voyant à terre celui qui avait pris le coup à sa place. Lèvres serrées et pleurant, elle prit son arc et se plaça devant son protecteur. Elle ne réfléchissait plus et lançait ses plus fortes attaques sans se soucier de sa défense. Roporo ne pouvait pas faire grand-chose pour aider le paladin et se concentra sur ses amis restants. Il n’avait pas vu l’attaque arriver et n’avait pu défendre N’shron. Il devait tout faire pour protéger ceux qui restaient debout. Aurifort, Sylvanne et Gufsonn envoyaient eux aussi leurs plus puissants sorts. Il fallait faire vite pour avoir une chance de porter secours à leur ami à terre. L’ogre était attaqué de toutes parts et avait du mal à s’approcher. Pendant ce temps, Kalten passait derrière lui. Durant certains combats très intenses, il peut arriver que l’un des combattants accumule une quantité anormalement élevée de mana, source d’énergie magique. Les savants s’étant penchés sur le sujet avaient des avis divers mais la réalité était là. L’âpreté du combat, les émotions à fleur de peau, la volonté de sauver un être cher, ou autre chose encore… la mana s’accumulait sur l’un des combattants et celui-ci sentait l’énergie l’envahir. Il avait alors la possibilité de porter une attaque surpuissante pouvant parfois terrasser un monstre. Et Kalten sentait cette énergie en lui. Il devait trouver un angle d’attaque adéquat et porter un coup qu’il espérait fatal. N’shron était tombé. Y’rtela allait y passer si il n’agissait pas rapidement.

Kalten se concentra et envoya un ordre à Azure. Celle-ci apparut et fonça sur l’ogre, le griffant et le coupant afin de l’occuper. Kalten sentait l’énergie prête à le submerger. Il regarda la tête de l’ogre. Ce serait sa cible. Alors dans un déchainement de fureur et de hurlement, il sauta au niveau du crâne de son adversaire et libéra toute la puissance accumulée dans une attaque aussi complexe que mortelle. Il revint sur la terre ferme et observa. Tous observaient. L’ogre se tourna vers le Chevalier Dragon mais ne l’attaquait pas. Il semblait plutôt le questionner. Puis il mit un genou à terre, suivi bientôt du second. Son regard devint vitreux alors que l’arrière de sa tête laissait échapper un flot ininterrompu de sang. Il s’effondra en avant, mort. C’était enfin fini.

Y’rtela laissa tomber son arc au sol et se précipita vers N’shron, pleurant. Elle le souleva doucement. Il respirait difficilement. Comme elle voyait qu’il essayait de parler, elle se pencha.
─ Demoiselle…en…dét…détresse….hon….honneur….chev…
─ Honneur du chevalier, oui je sais idiot, pleurait elle. Calme toi N’shron. Reste avec moi.
Elle se tourna vers Roporo. Elle ne lâchait pas le Miqo’te blessé, le couvant presque.
─ Tu peux le guérir hein ? Dis-moi qu’il va s’en sortir ? Dis le moi !
Tous étaient à côté des deux Miqo’tes. Même Aurifort, habituellement inexpressif, laissait paraitre son inquiétude.
─ Je vais le guérir, Y’rtela. Mais tu dois le lâcher. Laisse-moi faire, fais-moi confiance.
Roporo sépara doucement Y’rtela de N’shron, autant pour ne pas le blesser davantage que pour ne pas brusquer la jeune femme. Sylvanne s’agenouilla auprès d’elle et lui posa les mains sur ses épaules. Roporo effectua quelques soins et sembla satisfait du résultat.
─ J’ai fait le plus gros du travail, N’shron. Mais ton corps se souvient du traumatisme. Il faut éviter les contacts trop rudes pendant un ou deux jours.
─ Je le surveillerai maintenant, déclara un peu trop hâtivement Y’rtela.
Voyant que tous la regardaient, elle comprit et rougit. Kalten, rassuré de l’état de santé de son équipier, appela sa wyverne. Azure vint se poser sur son épaule en hululant, ce qui pouvait peut être s’apparenter à de la joie.
─ Il va falloir faire attention. On a un blessé. Tant qu’il s’agit de morts vivants ou équivalents, N’shron pourra s’en occupé. Si on rencontre plus gros, il faudra aviser.
Au moment où N’shron allait protester, il sentit une tape sur sa tête. Y’rtela le regardait sévèrement.
─ N’y pense même pas, beau mâle. J’ai dit que je te surveillais maintenant.

Kalten ressentit un sentiment de méfiance en même temps qu’Azure. Celle-ci feula en se tournant vers l’endroit où se trouvait le monstre mort. Elle avait été la seule à entendre quelque chose bouger. Voyant Kalten et Azure sur leurs gardes, tous en firent autant mais ne sachant pas ce qu’il se passait. Kalten leur indiqua le monstre abattu.
─ Derrière l’ogre. Quelque chose ou quelqu’un.
Ils se déplacèrent tous, contournant l’ogre. Azure avait quitté l’épaule de Kalten et avait pris son envol pour voir de quoi il s’agissait. Une portion du mur était entrouverte là où, quelques secondes auparavant, il n’y avait rien. Avec précautions, Y’rtela ouvrit la porte, aidée de Kalten et sous la surveillance de Gufsonn, prêt à intervenir. Ils sortirent de la salle et se trouvèrent dans une pièce circulaire aux murs desquels pendaient de lourdes tentures et tableaux. Quelques fenêtres donnant sur l’extérieur leur firent prendre conscience qu’ils avaient trouvé ce qu’ils cherchaient.

─ Nous sommes sortis ! Mais qui nous a ouvert ?
Aurifort tendit une lettre à Kalten.
─ J’ai trouvé ça accroché à la porte.
Kalten prit le papier et le lit à haute voix.

"Vous ne nous connaissez pas et ne nous verrez pas mais nous avions ordre de vous retrouver. La demeure est déserte mais voici un message vous étant destiné que nous avons trouvé. Nous vous fournissons également vos affaires qui vous avaient été confisquées.
Adieu."


Kalten regarda sans le voir le message après l’avoir lu. Roporo s’approcha doucement.
─ Je te connais suffisamment pour savoir que tu semnle en savoir plus que ça. Je me trompe ?
─ Je ne sais pas, Roporo. Une vague idée mais je ne peux rien prouver. Et je pense que je ne chercherai pas à savoir.
Kalten se pencha ensuite sur la lecture du second message.

"Vous m’avez étonné. Tous autant que vous êtes. Je ne regrette pas de vous avoir choisi car vous m’avez très agréablement diverti. Vos choix, vos tactiques, votre détermination m’ont surpris et j’ai gouté chaque minute de ce spectacle.
Vous comprendrez malheureusement que je ne puisse rester. Des intrus arrivaient et je ne pouvais me permettre de devenir votre prisonnier. Vous m’avez donné de nouvelles idées pour ma prochaine attraction. Soyez en remercié.
Merci à chacun d’entre vous et peut être nous reverrons-nous."


Kalten froissa la lettre et la jeta. Y’rtela exprima ce que tout le monde pensait.
─ Ce fils de Morbol s’est échappé ! Et il va recommencer un jour !
─ En attendant, je ne suis pas fâché qu’on s’en soit sorti.
Y’rtela se tourna vers N’shron et le gratifia d’un sourire faussement innocent.
─ Ne crois pas t’en tirer comme ça, mon beau. Dorénavant, où tu vas je vais.
─ Merci Y’rtela. Peut être qu’avec toi, il va se montrer plus sage, répondit Gufsonn en souriant.

Ils sortirent de la demeure et appelèrent chacun leur chocobo. Kalten se tourna un instant vers les sous-bois, avec une vague impression d’être surveillé.
─ Ca va Kalten ?
Kalten enfourcha son chocobo et fit un signe de tête.
─ Mieux maintenant que nous sommes sortis. Prenez soin de vous et à bientôt.

Après les accolades, chacun parti de son côté, par groupes ou seul. Dans les sous-bois, un homme mastiquant un cure-dent sourit en rejoignant ses camarades.
─ Bien. Elle va être contente.

Kalten

Messages : 328
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 43

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeu mortel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum