[Privé] Cyrcée

Poster un nouveau sujet   

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Privé] Cyrcée

Message par Y'oreen le Mar 27 Mai - 20:22

Y'oreen regarda Kalten s'endormir doucement puis lui fit un tout petit sourire triste. Délicatement elle lui caressa le visage, ses doigts effleurant ses tatouages. Elle l'aimait tant ! Et pourtant ce sentiment de trahison lui vrillait le cœur, bien que Kalten, Agla et d'autres aient tentés de lui expliquer, sa petite tête butée n'arrivait pas à passer outre.

Silencieusement elle murmura un "je t'aime", effleura les lèvres du colosse Hyurgoth d'un léger baiser puis se prépara à partir quand elle se crispa.

Cyrcée arrivait, elle la sentait remonter du fond de son esprit. La puissance de l'entité la fit frémir, et elle la vit sourire avant de perdre le contrôle.

Les yeux verts clairs se tournèrent lentement vers l'homme couché, profondément endormi et, comme quelques minutes auparavant Y'oreen l'avait fait, elle caressa délicatement le visage tatoué.

"Le cœur du petit chat est très douloureux, murmura-t-elle, elle se sent trahie par son amoureux…." Elle effleura les lèvres de Kalten d'un pouce griffu "Peut être aurions-nous pu être heureux…. Mais tu es à elle…. A ce petit être si frêle….. Et je me suis juré de la protéger….. Même si pour cela, mon cœur,  je ne dois pas écouter….".

Celle que certains décrivent comme étant une Succube émit un tout petit rire amer puis prit le visage de Kalten entre ses mains.

"Mais pour le moment, ce n'est pas de ca dont je voulais te parler…… Je m'adresse à toi, l'entité…… Le petit chat n'arrive pas à supporter ce souvenir la….. Mais lui…. Toi….. Vous avez vécu de cruelles  années, alors, à vous, je peux montrer mon passé…."

Lentement, une langue de brume orangée enveloppa le visage puis le corps de Kalten, Cyrcée sourit doucement "Tu vas revivre mon passé, accueille le, et n'essaies pas de lutter."

Kalten se retrouva en train de voler. Il était dans le monde des fées, mais un monde légèrement différent ce que qu'il avait vu peu de temps auparavant. Ce monde ci semblait être en train de naître, il bougeait, vibrait, comme s'il cherchait à se stabiliser.

Il regarda autour de lui et son cœur se gonfla de fierté quand il vit ses sœurs…… ses sœurs ?..... voler en formation autour de lui.

Elles étaient perdues dans un monde qu'elles ne connaissaient pas, leur monde venait d'exploser et elles avaient été projetées ici, sur ce monde si étrange, qui se transformait sous leurs yeux.

Cyrcée avait tout de suite pris les choses en main, habituée à commander son armée, elle avait rassuré et motivé ses sœurs, par ses douces paroles pleines de tendresse et de passion. Elle était tout aussi perdue que les autres fées insurgées mais elle avait vu Isolmnyr, et ça l'avait instantanément calmée de la panique qui l'avait envahie en se retrouvant sur ce monde couleur améthyste.

Il s'était posé à côtés des fées, ses grands yeux reptiliens les fixant d'un air immensément douloureux. Il était le seul…. Le seul dragon sur ce monde et il en avait eu le cœur brisé. Aucun des siens n'avait suivi.

Cyrcée était venue se blottir dans ses bras, gazouillant des paroles rassurantes, pleine d'amour. Il n'était pas seul, il avait sa femme, il avait ses sœurs. Jamais elles ne le laisseraient, il était des leurs.

Lentement, toutes les fées s'étaient rapprochées de celui qui avait été un immense dragon mais qui, par amour pour l'une d'elle, s'était transformé en un être humanoïde, marchant sur ses deux nouvelles jambes, puissantes, et qui pouvait enfin la prendre dans ses bras sans devoir la porter.

Il étendit ses larges ailes et réussit a pratiquement recouvrir sa nouvelle famille, tenant tendrement celle qu'il aimait plus que sa vie dans ses bras.

Il était parti de son côté, l'escouade de fées d'un autre, tentant de retrouver d'autres formes de vie de leur ancien monde.

Cela avait duré des jours, et les seuls êtres qu'ils purent voir furent d'étranges créatures, dont certaines paissaient l'herbe violette, tandis que d'autres voletaient gauchement, semblant ne pas savoir d'où leur venaient ces ailes si diaphanes.

Mais tous eurent la même sensation : celle d'être épiés.

Ce jour-là, Cyrcée avait décidé de faire un tour au bord de cette plage de sable turquoise, histoire de voir si la mer aigue marine contenait quelques poissons ou coquillages qu'elles auraient pu manger.

L'un de ses sœurs émit un petit sifflement d'alerte en regardant au loin. Cyrcée suivit son regard et plissa ses beaux yeux verts pour apercevoir une petite fée….. une petite fée mauve, un peu ronde, qui filait au-dessus de l'eau vers une toute petite tache rouge au loin.

Elle fit un signe et fila au-dessus de l'eau, suivie de ses sœurs, à la poursuite de ce petit être si rapide mais si petit. Les idées de Cyrcée se bousculaient dans sa tête, y avait-t-il d'autres fées ? S'étaient-elles toute réfugiées sur cet ilot rouge ? Allaient-elles aussi détruire ce nouveau monde ? Allait-elle, elle, devoir encore tuer pour le défendre ?

Toutes à ses pensées, elle ne fit pas attention à ce qui se passait très loin au-dessus d'elle, et ne vit pas la myriade de petites fées qui attendaient en regardant les quinze fées insurgées qu'elles espionnaient depuis des jours.

Kalten sentit dans son cœur un immense sentiment de culpabilité, quand Cyrcée, contrairement à son habitude n'atterrit pas la première sur ce sable rouge, comme venait de le faire la petite fée mauve qui s'enfuyait vers ce qui semblait être une grotte. Elle s'était retournée et avait regardé au loin, le petit point noir qu'était Isolmnyr. Il avait aussi vu cette drôle d'ile rouge et volait vers elle.

Il ne la voyait pas, mais elle lui avait souri, le cœur s'emplissant d'amour en voyant la puissance que dégageait l'amour de sa vie, mais son sourire se transforma en rictus d'angoisse quand elle entendit ses sœurs hurler.

Elle se retourna d'un bloc pour les voir emprisonnées dans ce qui ressemblait être un cristal rouge, pulsant, vivant, liquide et surtout mortel…..

Elle cria en se précipitant vers ses sœurs, et tenta de les sortir de cette horreur quand elle sentit quelqu'un la pousser brutalement vers ce piège mortel.

Elle ne put qu'apercevoir la petite fée mauve avant que ses pieds ne s'engluent dans cette horreur rouge qui la bloqua instantanément au sol comme les autres.

Elle hurla en sentant la douleur et Kalten grimaça sous la violence du souvenir qu'il revivait.

Elle sut ce qui allait se passer, pour elle, pour ses sœurs et son hurlement de douleur se transforma en un ululement de haine et de combattivité.

NON elle ne pouvait pas laisser faire ça, elle avait déjà perdu trop de compagnons pour accepter cet immonde sort qui les attendait.

Elle étendit ses ailes, et les abaissa violemment, cherchant à s'envoler, quitte à y laisser ses jambes. Qu'elle meurt ou qu'elle soit mutilée, elle s'en moquait, elle devait aider ses sœurs, quel qu'en soit le prix. Mais c'était sans compter sur le cristal qui happa brutalement le bas de ses ailes, l'empêchant de fuir.

Elle hoqueta quand la fine peau de ses ailes membraneuses fut arrachée par le cristal mais continua à se débattre comme une furie, hurlant des paroles de réconfort et de guerre à ses sœurs, les enjoignant à se battre pour s'en sortir.

Elle stoppa net quand elle vit des centaines de fées descendre vers elles. Elle les fixa tout d'abord sans comprendre puis montra lentement les dents en voyant que certaines se posaient sur le cristal sans qu'il ne les touche.

Sous l'effet de la souffrance et de la haine, elle ne vit pas que la plupart des fées semblaient catastrophées par ce qui se passait, certaines se voilant la face.

Soudain un hurlement de rage fit frémir jusqu’à l'air de ce nouveau monde. Isolmnyr arrivait et même s'il était encore loin, ses yeux reptiliens voyaient déjà l'horreur qui se passait sur ce sol rouge.

Cyrcée se tourna vers lui, un sourire aux lèvres, son amour arrivait, et il allait les sauver ! Mais son sourire s'évanouit quand elle vit au-dessus de lui deux escadrons d'une bonne vingtaine de fées chacun fondre sur lui. Elle lui hurla de regarder, mais il ne l'entendit pas. Sa rage de la voir prisonnière l'aveuglait. Il voulait la sauver, il avait entendu ses cris et volait à pleine puissance vers elle, sans se soucier de ce qui se passait autour de lui.

Elle se débattit encore plus violement quand une dizaine de fées se détacha du premier escadron, et qu'elle les vit se servir du Pouvoir Interdit contre lui. Elles invoquèrent des oiseaux de glace venant directement de la mer en dessous, qui se jetèrent sur l'homme dragon. Il put les éviter et les fées tombèrent dans l'eau, mortes, s'étant sacrifiées pour tuer son Aimé.

De nouveau, une dizaine d'autres fondirent sur lui et il se retourna pour se défendre mais pas assez vite, et il fut criblé d'aiguillons de glace.

Il rugit en se jetant sur les fées restantes mais elles allièrent leur pouvoir pour faire surgir un serpent titanesque des eaux aigue marine.

Isolmnyr fût happé tandis que Cyrcée hurlait à s'en déchirer les cordes vocales. La monstruosité disparue en même temps que le reste des fées kamikazes qui succombèrent les unes après les autres de s'être servie une dernière fois du pouvoir interdit.

Cyrcée vit son amour de dragon tomber comme une pierre, et elle arrêta de se débattre, laissant le cristal l'envahir tandis qu'elle fixait l'endroit où le corps de l'être qu'elle aimait plus que tout venait de disparaitre.

Elle n'entendit pas les hurlements de ses sœurs s'arrêter les uns après les autres, tandis qu'elles étaient complétement recouvertes de ce rubis mortel.

Lentement elle tourna son regard vers les fées restées à terre. Son visage devint un masque de haine et ses yeux verts flamboyants restèrent rivés sur elles jusqu'à ce que le cristal les recouvre.

Le noir, le froid, la douleur immense de sentir son corps lentement mais inexorablement dévoré. Elle aurait pu lâcher prise et se laisser mourir, mais elle resta telle qu'elle avait toujours été : sauvage, farouche avec une immense envie de vivre.

Elle entendit son cœur battre, puis il fut engloutit, elle entendit sa respiration s'arrêter, son corps lentement disparaitre pour devenir cet immonde cristal rouge, mais son esprit perdura….. Durant des milliers d'années il continua à vivre nourrit par une incommensurable soif de vengeance et aussi par ses souvenirs.

Ceux de ses sœurs, d'Isolmnyr le grand amour de sa vie et surtout l'un d'eux, son plus précieux, celui qui arrivait à lui réchauffer l'âme quand elle se sentait prête à succomber à l'envie d'en finir : Elle sentait contre son sein la toute petite créature qui vagissait doucement, ses petites mains aux griffes couleur neige, ses minuscules ailes si frêles et tremblotantes. Elle regardait le tout petit visage ouvrir d'étranges petits yeux dorés aux pupilles reptiliennes. Son plus beau et plus merveilleux souvenir : celui d'avoir été mère.
avatar
Y'oreen

Messages : 232
Date d'inscription : 22/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum