[Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Poster un nouveau sujet   

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Mar 27 Mai - 16:39

<< Entrez >>. Le ton est sec et à la limite du désagréable. Le soldat ouvre rapidement la porte du bureau, qui grince sous l'effort, et se fend d'un salue respectueux mais rapide, puis prend la parole sans attendre. << Elle ne parlera pas Commandant >>. Un mélange d'énervement et de crainte est perceptible dans le ton. Il faut dire que cette maudite Elézeen lui tiens tête depuis deux jours déjà. Qui pouvais penser qu'une fille de noble famille, probablement dorlotée toute sa vie, soit aussi retord. Le commandant, visiblement concentré sur un document important, lève le regard lentement, un peu las. << Et que proposez vous soldat ? >>. La question est simple mais sans aucun doute posée pour tester le soldat, voir, le mettre dans l'embarras. Pourtant la réponse fuse sans la moindre hésitation. << La fosse mon commandant >>. Le commandant sourit légèrement devant l'assurance du soldat. Sachant pertinemment que si ce dernier voulait la mort de cette Elézeen, c'était tout autant pour qu'elle cesse de le ridiculiser en lui résistant, que pour réellement débarrasser la troupe d'un ennemi, qui plus est la fille d'un des généraux des armées crépusculaires. Le commandant se contente d'un geste de la main signifiant son accord et se replonge aussitôt dans son document. Aussitôt sorti du bureau du commandant, le soldat hèle deux de ses compagnons avec un ton autoritaire. Comme si une mission spéciale de la plus haute importance lui avait été confiée. << Voyage spécial pour la fosse, venez m'aider ! >>. La porte du cachot s'ouvre brutalement, et avant même qu'elle ne puisse réaliser ce qui se passe, la voilà déjà jetée sans ménagement à l'arrière de la carriole. Empilée sur les cadavres de ses compatriotes morts quelques heures auparavant, ou sur le point d'expirer leur dernier souffle. Mais dans son état, impossible de luter.

Il es des époques où la vie n'a aucun sens, la mort non plus ...
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Mer 28 Mai - 9:46

Dans ces périodes sombres d'éorzea, plus rien n'est logique, plus rien n'est empreint de la moindre humanité, ou de la moindre compassion. Tuer deviens plus un réflexe et ne nécessite même plus de prétexte, même le plus fallacieux. On vous tue car vous avez la peau sombre, ou encore de grandes oreilles. On vous tue car vous n'êtes pas du clan, et donc vous représentez forcément une menace. Et bien au-delà de ces petites tueries presque anodines, on vous tue car vous ne faites pas partie de la bonne armée ! Dans ces périodes sombres d'éorzea, plus rien n'a de sens et la mort seule, est gagnante. On vous tue ... juste pour ... tuer. Certains disent que sans ces ombres de notre histoire, les périodes fastes n'existeraient pas. Certains prétextent même que ces moment incandescents de notre histoire sont nécessaires pour que la vie trouve de nouveau son chemin dans le chaos. Et que cela permet l'épuration de toute la haine et la barbarie refoulée pendant les périodes calmes. Mais alors ... que somment nous ? Quoi qu'il en soit, c'est bien dans cette dernière période sombre que les Elézeens crépusculaires furent, entre autres, pris pour cibles. Ces démons doivent tous mourir ! Et après tout, fallait 'il vraiment une raison. Des armées se sont alors levées. Des milliers de morts, stupides et inutiles, un carnage sans nom. Mais qui s'en soucie à présent. Une seule règle existe encore, une seule loi, tuer le premier.

Quand massacrer devient un devoir divin, alors on n'écoute plus les tables de loi, mais les prêtres fanatiques.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Mer 28 Mai - 20:10

Chaque cahot de la carriole réveille une des blessures de son corps meurtri. Qui peut croire que parfois la mort est plus souhaitable que la vie... Au début c'était diffus et incertain, mais maintenant elle en est certaine. Elle n'est plus très loin. L'odeur pestilentielle qui sature l'atmosphère autour d'elle ne laisse aucun doute ni sur son origine, ni sur la proximité de cette fosse. << Tu vas retrouver tous tes amis, soit contente >> . Dans son état, il lui est impossible de saisir le coté sadique du rictus arboré par le soldat, ni de saisir vraiment le ton jubilatoire de celui-ci. Et quand bien même ... Cela n'avait plus d'importance. Le gout âpre du sang inonde depuis si longtemps sa gorge et son nez, la douleur, permanente, qui l'empêche de dormir depuis deux lunes, la faim ... Enfin la délivrance arrive. Pourtant, malgré tout cela, l'odeur est acide et si prégnante que l'on pourrait certainement en étouffer. D'ailleurs, c'est peut être bien cela qui la tuera en premier. Cette pensée la fit sourire, intérieurement bien sur. Le chaos de la carriole sur le chemin à peine praticable cesse enfin, laissant place un court instant à un étrange calme. Malgré le fait qu'ils soient en plein cœur de la foret, il ne règne ici qu'un silence pesant, pas de bruits d'animaux, pas de chants d'oiseaux, pas même un bruissement de feuille. Juste un immense et pesant silence, à peine interrompu par un << Vas pourrir avec tes frères, détritus >> plein de rage. Elle sent juste qu'on la tire par les pieds, puis qu'on la traine sur le sol comme un sac de grain trop lourd. Et d'un coup enfin, le noir total. La nuit.

La nuit n'existe que pour être l'opposée du jour, sinon lui non plus n'existerait pas.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Jeu 29 Mai - 16:31

Comment l'être vivant se défini ? Voilà une question intéressante. Sans doute par le simple fait d'en être capable ? Je pense donc j'existe ? Quelle qu'en soit la forme. Et puis les sensations ? Etranges, inattendues. D'abord une odeur. Une odeur de terre humide et chaude, comme celle qui enveloppe ceux qui vivent sur le sol, au petit matin, quand les premiers rayons du soleil font s'envoler les larmes de la nuit. Une odeur qui brule le nez par son impertinence. Une odeur lourde et pesante, mais pleine de promesse. Comment ose t'elle venir la hanter ? Puis c'est au tour d'un contact. Quelque chose, un frisson. Quelque chose qui semble l'envelopper, la couvrir, comme une aile protectrice posée sur la tête de l'oisillon. C'est si étrange et sans aucun sens. Qui pourrait bien la protéger devant la mort ? Enfin des sons. Comme sortis d'un vide impénétrable. Les sons répandent leur éclat de vie comme une vague de feu géante rependrait une mort certaine. Mais non ! Pas encore. Il est encore trop tôt pour se poser La question. A cet instant, seule la jouissance de ces effluves incohérentes lui importe. Seule, cette sensation lui fait tourner la tête. Quoi de plus précieux que ce qui ne peut être, puisque là où elle se croit, il n'est rien. Cette sensation. Si omniprésente, imposante. Si forte, puissante même. On dirait ... une vie ! Mais à cet instant encore rien d'autre n'a d'importance, juste cette ... sensation.

Les plantes et les hommes pleurent devant le jour nouveau. Les unes pour donner la vie, les autres pour la reprendre.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Jeu 29 Mai - 23:53

Un rayon de lumière frappe la paupière. Il veut entrer. Mais est-ce bien raisonnable. Que veut 'il que l'œil découvre ? Le visage de la mort ? Ce qu'elle est peut être ? Et si comme le prétendait son grand père, la mort n'était pas une fin, mais un nouveau début ? Le grand père a toujours été pris pour un fou, sauf par elle. Son visage de vieil Elézeen paisible apparait, fugace et souriant, il traverse son esprit, et intérieurement elle sent un sourire naitre en elle. C'est à cet instant que le plus étrange l'interpelle sans prévenir. Elle pense ... Elle sent, elle ressent, et elle pense. Il semblerait que le grand père avait raison finalement. Elle avait toujours pensé que la folie n'était qu'une autre vision d'un même monde, et donc que personne n'est fou, juste différent. Mais maintenant il faut se décider. Il faut choisir. Naitre de nouveau dans ce nouvel état, ce nouveau monde, ou bien refuser de découvrir ce que demain sera, et rester enfermée dans son instant présent à tout jamais. La réponse est évidente. Qui oserait refuser une mort si pleine de vie. L'œil est prêt. Habitué tant bien que mal à la lumière qui vas baigner sa nouvelle naissance. Tous les sens aux aguets. Aucune peur, aucune inquiétude, aucun à priori. Un monde totalement nouveau vas s'offrir à elle. Et elle a bien l'intention de s'offrir à lui et de le vivre aussi fort que le précédent !

Le sombre effraie, mais cache et apaise. La lumière éclaire, puis éblouie et aveugle.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Ven 30 Mai - 11:25

<< Elle vas mieux on dirait >>. La voix est douce et mélodieuse. Tendre. Autant que le regard. C'est une nouvelle sensation qui s'éveille en elle à cet instant, de celles qui dépasse les simples sens. Celle de se sentir choyée et aimée, sans pour autant être capable de dire pourquoi, simplement parce que l'amour ne peut être raisonnable. La femme devant elle pose des draperies propres au pied du lit. Ses gestes sont lents mais assurés, calculés. Pas de brusquerie. On dirait ... une danse silencieuse et gracieuse, répétée tant de fois que les gestes sont d'une précision ultime. Toute son attention se retrouve soudain portée sur cet être qui semble s'occuper d'elle avec tellement de gentillesse, une inconnue. Elle la trouve belle. Oh non pas à cause de son apparence physique, non, d'ailleurs plutôt disgracieuse. Mais simplement à cause de ce qu'elle vois dans ses yeux, dans les mouvements de son corps, dans son sourire. Un instant, il lui semble déceler dans cette femme, ce qui fait la différence d'une mère, bien au delà d'un lien de parenté, cette femme transpire l'amour maternel. Après avoir suivie la femme des yeux de longues minutes elle le remarque enfin. Assis dans un coin plus sombre de la petite pièce, immobile. A peine éclairé par un rayon qui traverse à grand peine la dense frondaison, un rayon mutin probablement. Il la regarde sans dire un mot. Leurs regards se croisent. La rencontre a eu lieu. Ou bien est-ce autre chose dont personne encore ne saurait dire la nature.

Il es des rencontres qui ressemblent à des rendez-vous.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Ven 30 Mai - 18:47

Les jours passent imperturbables, insensibles au tumulte de ce monde en guerre. La forêt elle, est paisible dans cet endroit de la montagne. Le temps reprends ses droits, un peu plus chaque jour. Lentement elle reprend des forces et ses esprits. Après avoir dû admettre que non, ce n'était pas la mort, mais bien encore et toujours la vie, la vraie, elle dû admettre aussi que, sans doute, il lui restait des choses à faire. Sinon à quoi bon. Mais tout ici est si précieux, y compris ces instants, qu'elle évite de se poser trop de questions inutiles. Elle est en vie. Elle est là. Point. Lui aussi est là, chaque matin. Il la regarde, pensif. Parfois elle croit voir se dessiner un léger sourire sur son visage blessé par les outrages du temps et de la guerre. Mais ce n'est que furtif. A tel point que chaque fois, elle se persuade qu'elle n'a pas bien vue. Un matin. Alors qu'il est parti. La femme à la voix si douce lui dit : << Il t'as trouvée dans la fosse alors qu'il cherchait sa femme et ses enfants, tu as une sacré chance >>. Son sourire est comme un rayon de soleil, il réchauffe le cœur. << tu vas devoir marcher maintenant, il faut que ton corps reprenne des forces >>. Instinctivement sa main se porte sur l'avant bras de cette femme si merveilleuse. Elles se regardent dans les yeux quelques instants, puis la femme dans un immense sourire lui dit << Hylia, je me nomme Hylia, et toi ? >>. Cela lui demande un effort énorme, autant physique que mental, mais elle fini tout de même par répondre, d'une petite voix presque inaudible : << Laune, ... Laune Shaar >>. Elle eu l'impression de revivre une seconde fois. A peine quelques mots échangés et il lui semble que tout bascule de nouveau. Désormais, elle allait devoir de nouveau affronter la vie. A défaut de la mort. Alors chaque matin, une fois qu'il est parti, elle se force a bouger. Membre après membre. Muscle après muscle. Et chaque matin Hylia, à la voix si douce la félicite pour ses efforts. Elle se sent bien. Elle se sent ... chez elle.

L'éveil est si doux, que jamais il n'est présage de la noirceur qu'il annonce.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Sam 31 Mai - 0:11

Le temps passe. Les semaines. Les efforts et les encouragements de Hylia portent leurs fruits, et les mouvements douloureux et difficiles se transforment en exercices physiques, puis en véritable entrainement. Tout son corps fini par se souvenir de cette danse fusionnelle avec les armes. Elle chasse désormais, avec lui. Il est là quand elle s'éveille. Il est là quand elle s'endort. Il est là, simplement. Ils ont échangé quelques mots d'une banalité déconcertante. Deux de ces mots furent << Laune >> et << Mijal >> . Ils chassent pour nourrir les pauvres gens du camps qui ne cesse de grandir. Ils les protèges aussi. Cette chasse sans pitié des Elézeens crépusculaires est une sorte de quête sacrée, une volonté inflexible d'éradiquer une race toute entière, dans une époque troublée. La première fois qu'elle tue un homme, un soldat, elle est envahie d'un sentiment étrange, comme ... le sentiment d'une tache accomplie. Bien sur il est trop tôt pour comprendre. Mais quelque chose d'indéfinissable grandit en elle, et en lui. Les jours passent. Puis les semaines. Mais jamais ils n'ont échangé plus de quelques dizaines de mots dans une journée. Comment expliquer avec des mots, ce qui justement ce passe de mots. Alors chacun d'eux reste silencieux. Si ce n'est les paroles échangées avec les autres membres du camp de fortune ... d'infortune. Les jours de chasses se suivent, et les regards se multiplient. Les jours de gardes se multiplient, et la symbiose entre deux êtres grandie. Chacun d'eux a compris. Compris que nul mot ne peux valoir ce qu'il vas trouver dans le regard de l'autre. Alors le silence demeure et s'impose, maitre de son domaine, Roi de ces deux esprits que plus rien ne sépare. Mais qui peux croire encore que les choses demeurent, immuables. Qui peux imaginer que simplement rien ne vive, ni ne meurt. Quel dieux laisserait faire cela.

Tout ce qui es doit n'être plus, pour qu'autre chose puisse être à son tour.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Sam 31 Mai - 14:04

C'est ainsi qu'au matin d'un nouveau jour, les regards se croisent. C'est un fait, ils ont fait le même rêve. Mais était-ce un rêve. Comment croire que cette main gigantesque, vaporeuse au début, puis de plus en plus menaçante, sombre comme la nuit, n'avais aucun rapport avec le prix de la vie. Chacun d'eux le sait. Chacun d'eux l'as lu dans le regard de l'autre. Pourtant ils continuent à chasser et à protéger le camp. Mais quelque chose naissait en eux. Grandissait, et se nourrissait d'eux. A aucun moment la peur ne les a rongés. A aucun moment les regrets, ou tout autres forme de sentiments ne les a rongés. Ils finissent par comprendre qu'aujourd'hui ils sont là, et que demain peut être, il en sera autrement. Chaque matin, le premier regard pose une nouvelle pierre sur leur avenir. La vision est de plus en plus précise. Plus de doute possible, elle sera bientôt là. Rien ne change dans leurs habitudes. Rien ne change autour d'eux, même s'il savent que tout ceci est déjà fini. Et que l'illusion que cela existe ne sera bientôt plus qu'un souvenir. Un passé, une expérience. Et puis enfin, après tellement de nuits à annoncer sa venue, elle fini par venir prendre son dû. Ils virent tout. Malgré qu'ils furent éveillés et en pleine chasse a des centaines de yalms du campement, rien ne leur fût caché. Ils virent chaque âme du camp se perdre dans un bain de sang. L'une après l'autre. Sans que rien ne puisse faire cesser le massacre. C'était même pire. S'il était clair dans leur vision que la mort venait des lames et des flèches des soldats, rien n'aurait pût leur cacher derrière, la main céleste qui faisait sa récolte, impitoyable. Le temps qu'ils reviennent et plus un souffle de vie n'habitait l'endroit. Essoufflés de cette course perdue d'avance, ils regardent autour d'eux les cadavres mutilés avec rage. Un haut le cœur terrible manque de jeter Laune à terre, au moment où elle découvre Hylia, étendue, le visage figé sur le masque de la peur. Ils l'ont tuée bien sur, mais pire encore, ils ont tué son sourire, ils ont tué l'amour sous les traits d'une femme. Pour la première et la dernière fois de sa nouvelle vie, des perles de lumières s'échappent et roulent sur ses joues, rougies.

Qu'importe l'arme et celui qui la porte. C'est la mort qui frappe dans l'ombre. Silencieuse et implacable.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Dim 1 Juin - 12:24

Depuis que le camp avait été ravagé par les soldats, elle et lui vivent au jour le jour. Chassant pour se nourrir, dormant dans les hauts feuillages des arbres, tuant pour protéger leur vie. Après quelques temps de nuits agitées par les images qui leur avait étés imposées, elle réapparue dans leurs songes. Toujours aussi réelle. Toujours aussi froide. Elle leur montra un endroit. Chaque nuit. Toujours le même. Chaque matin leur premier regard suffit pour savoir que chacun d'eux a reçus le message. Finalement, ils comprennent que l'heure est venue, et se mettent en route. Ils leur faudra plusieurs mois pour trouver l'endroit en question. Et pendant tout ce temps, elle le leur montre, chaque nuit, inlassablement. Ils rencontrent un marchand une fois. A l'orée d'une foret. Celui-ci avait été pris à parti par des gobelins un peu trop enthousiastes à son égard. Ce n'est qu'au moment où sa mort ne faisait plus aucun doute ... que le duo lui sauva la vie. Il perdit un morceau de son âme ce jour là. Et il jura devant la mort elle même qu'il servirait désormais ses sauveurs. Il fût le premier. Le premier d'une longue série. Sur leur route se succédèrent une multitude de personnes, dont certaines, à raison ou non, décidèrent de suivre le couple. Quelque chose leur imposait cette évidence ! Le jour où ils trouvent enfin l'endroit de leurs visions, ils sont déjà une bonne petite vingtaine de personnes. Laune et Mijal se regardent un long moment, droits dans les yeux. Les autres regardent autour d'eux, cherchant quelque chose du regard, sans doute la raison qui rendait le couple encore plus mystérieux que d'habitude. C'est alors que Mijal se fend d'un << C'est ici. Installons nous >> . Personne dans le groupe ne comprend pourquoi, mais tous savent instinctivement que la question ne se pose pas. D'ailleurs, personne ne fait la moindre remarque, et l'exploration des environs commence aussitôt.

Suivre la mort pour survivre.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Dim 1 Juin - 23:45

L'exploration des environs dévoile rapidement tout le potentiel de l'endroit. Une grotte gigantesque, aérée et éclairée par des puits de lumière. Lumière qui se faufile dans les brèches de la roche montagneuse comme le sang coule dans les veines. Un peu plus profondément dans la grotte, une rivière souterraine qui murmure doucement un chant de vie, infatigable, une éternité. Les alentours, rocailleux et abruptes, forment une protection naturelle impitoyable pour qui s'y risquerait sans faire attention. La foret enfin. Celle qui cache la montagne de son vert feuillage, cache aussi une incroyable vie, animaux, plantes. Après quelques semaines sur places, l'endroit semble à chacun le plus beau et le plus sûr qui puisse être. Durant le voyage, en silence ou non, des liens se sont tissés, des regards se sont échangés, une sorte de vie sociale est née entre untel et untel autre. Si bien que, à peine quelques jours après qu'ils soient arrivés, des couples sont déjà formés. Une forme de société naît en silence, comme une évidence. Chacun d'entre eux a bien compris que le silence apparent de Laune et Mijal n'est qu'un leurre, et que si ces deux là ne parlent que très rarement, ils n'en savent pas moins très exactement ce que l'autre sait, et pense. Ont leur trouve même alors un surnom : Ceux qui parlent avec les yeux. Cela les fît sourire. C'était très étrange. L'endroit semble ... non, l'endroit prend vie, mais pas de manière erratique et hasardeuse. Plus Laune et Mijal posent le regard sur leurs compagnons, et plus ils sont persuadés que tout ceci est son œuvre, à elle, dans un scénario bien huilé et écrit il y a bien longtemps. Pourtant ce qui naît sous leurs yeux est un clan, un vrai clan. Désormais ils le savent tout deux. La suite ne tardera pas à leur apparaitre. Tout ceci n'est pas gratuit, et rien n'est arrivé par hasard. Alors tout en construisant leur maison dans la grotte, tout en chassant pour le clan, ils attendent le signe, son signe.

Le meilleur de la vie offert par la mort, mais a quel prix.

avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Mar 3 Juin - 21:04

Ils sont tous là, tout le clan, immobiles et silencieux, les uns à coté des autres, dans une espèce de contemplation, dans cet endroit particulier de la grotte que personne n'a encore investi. La cavité naturelle, toute entière de roche noire comme la nuit, ressemble à une chapelle. Dans le fond, une pierre ravinée par les pluies ressemble à une table ou une stèle. Juste au dessus, béant, un puis dans la roche laisse passer lumière, eau et air. L'endroit baigne dans une lueur pâle tirant sur le vert. L'éclairage naturel semble ... surnaturel. Aucun bruit, aucune peur, ni inquiétude. Ils sont juste là. L'attente est de courte durée. Juste au dessus de cette stèle de pierre noire, apparait une étrange boule lumineuse, toute petite. Un mélange de nuit et de jour fendue par des éclairs, de noir et de brume blanche. Puis la sphère grandie lentement, très lentement,  jusqu'à faire la taille d'un Elézeen debout. C'est alors qu'il apparût devant eux. La surprise se fige quelques instants sur le visage de Laune. Cette Silhouette, ce visage ... n'était autre que celui de son grand père, le fou. Derrière lui, dans la sphère, défilent des images floues d'endroits que personne n'a encore jamais vu. Des endroits étranges emplis d'objets encore plus étranges, dont personne n'a la moindre idée de l'usage. Mais une chose est certaine, les images qui défilent montrent ... autre chose. Autre chose de vivant. Toujours baigné d'un silence profond, l'espèce de chapelle s'illumine de l'onde émise par la sphère, une lumière qui se reflète dans les yeux de chacun des présents. C'est alors que l'Elézeen, le grand père, prend la parole. Le ton est calme et presque apaisant. La voix, elle, est empreinte de force. << Tout ce qu'elle vous a donner elle peux le reprendre. En échange, vous devrez lui donner des marcheurs. Ne la craignez pas >> . Sur ses dernière paroles, la silhouette montre du doigt les images étonnantes qui défilent dans son dos. Cette scène surréaliste dure quelques secondes puis ... la silhouette disparait brutalement. La sphère à son tour s'évapore d'un coup. Puis c'est au tour des membres du clan de disparaitre les uns après les autres.

Comment définir ce qui est vrai et ce qui est faux. Un choix ?
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Mer 4 Juin - 19:01

Au petit matin, ce qui commence à ressembler à un petit village est calme, enveloppé d'un silence presque assourdissant, que rien ne vient briser, pas même les bruits de la nature environnante. Comme si quelque chose imposait aux éléments de respecter les premières lueurs du jour, et plus que tout, l'éveil des premiers compagnons. Comme à chaque fois depuis quelques lunes, tout ce passe comme si un chef d'orchestre œuvrait en silence, caché, impalpable, et pourtant incontournable. L'ensemble des compagnons se retrouvent sans un mot dans la grotte. Tous savent pourquoi. Tous ont fait le rêve. Le temps est venu de savoir si cette vie qu'on leur offre est acceptable ou non, et si la promesse d'un autre monde, accessible après celui-ci, pour ceux qui le méritent, est une récompense suffisante. C'est un grand cercle humain qui se tiens devant la stèle. Silencieux et attentif. Chacun a remarqué le parchemin posé là, sur cette pierre qui deviens sacrée, mais personne n'ose ... Alors, comme poussée par son instinct, ou une main invisible, Laune avance doucement et fait le tour de la stèle. Elle prend une lente mais grande inspiration puis ... sans hésitation ni hâte, prend le parchemin. Le regard qu'elle pose sur l'assistance est chaleureux et aimant. Enfin elle prend la parole. Sa voix est douce, presque rassurante.

<< Chaque premier né, de chaque famille, au crépuscule du jour de sa dixième année, devra passer sous le regard de la mort >>
<< S'il en est digne, il deviendra un marcheur et portera la marque de son destin, sinon, il devra quitter le clan à tout jamais, seul ou avec ses pairs >>


Laune semble un instant hésitante après avoir prononcer ces paroles, mais elle reprend rapidement sa lecture, sans la moindre faiblesse dans le ton.

<< Chaque enfant de chaque famille, à l'aube de sa seizième année, devra passer sous le regard de la vie >>
<< Il quittera le clan pendant 180 lunes, sans emporter ni arme ni nourriture >>

<< Ainsi chaque âme de ce clan sera élue et privilégiée, protégée et assurée d'un après >>

<< Suivez mes enseignements, enseignez à vos enfants, alors ils seront élus >>


Un pacte avec la mort pour ôter des vies, ou les faire basculer, question de croyance.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Jeu 5 Juin - 19:50

La nécessité est la même pour tous, tenter de survivre à se massacre organisé, cette guerre sans honneur ni gloire. Mais les sentiments et la vision du futur de chacun sont des choses tellement personnelles. Comment ne pas comprendre que certains ne veuillent pas la suivre, voir, la vénérer. Comment ne pas accepter le fait que parmi toutes ses âmes perdues, certains considèrent que finalement, mourir en combattant, en donnant son sang pour sa race, est bien plus vénérable que de survivre grâce à la mort. Jusqu'à cet instant, personne ne s'est posé de question, et personne n'a osé mettre en doute ce qui leur a été montré et dit jusque là. Mais maintenant il faut choisir, prendre un destin à bras le corps et embrasser son avenir quel qu'il soit. Les compagnons errent dans le camp, convaincus, sonnés, hésitants. Laune elle, prie. Elle la prie, agenouillée devant la stèle qu'elle n'a pas quittée depuis sa lecture. Voilà des heures qu'elle est ainsi, implorant quelque chose, un signe, un geste, quelque chose qui puisse la rendre ... aveugle et sourde aux arguments des mécontents. Mijal quand à lui est là aussi, un peu en retrait, observant la scène. Le silence de l'endroit rend perceptible les battements de cœur des deux amants. Ni l'un ni l'autre ne s'aperçois que très lentement, la lumière change dans la chapelle. A chaque respiration de Laune, un léger voile naît de la stèle, et grandi. Traversé d'un rayon de la lumière du midi, il prend une teinte de feux. On dirait presque une aube, quand le soleil viens faire bruler la brume matinale de ses teintes de rouge. Puis les deux amants sentent une présence. Quelque chose d'impalpable qui pourtant semble si réel. Et dans cette brume rougeoyante, comme embrasée, un visage se forme. C'est à cet instant que Laune ouvre les yeux et rejoins Mijal devant le spectacle. Lui, a déjà le sourire aux lèvres. Laune l'imite dès qu'elle reconnais sans qu'aucun doute ne subsiste ... ce visage. Ce visage qui n'est autre que celui de la douce Hylia. Elle est radieuse. Elle arbore se sourire si sincère, qui a donné tant de force à Laune, d'envie de vivre. La brume aux reflets ambrés la rend si belle. Elle les regardent, de se regard si fort et aimant qu'elle posait il y a encore peu sur Laune. Un court instant, Laune et Mijal croient percevoir le bruit d'un troisième cœur, au travers de se silence toujours aussi impénétrable. Puis tout disparu d'un seul coup. La chapelle viens de reprendre son air sombre légèrement verdâtre. Les deux se regardent en silence, comme ils aiment le faire, et chacun peut lire dans les yeux de l'autre que plus aucun doute ne subsiste, que plus rien ne peux désormais leur barrer la route vers ce destin qu'elle leur offre. Ils sont conquis.

Vivre n'est il pas mourir un peu chaque jour.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Dim 15 Juin - 12:00

Trois jours plus tard, c'est finalement une petite quinzaine de personnes qui vivent encore au camp. Les autres, ceux qui sont partis, n'ont pas remarqué sur leur route, le changement qui c'est opéré en eux. Mais après tout, pour eux, rien de tout ceci n'a existé en réalité. Ils n'en ont même plus la trace. Pour ceux qui restent, l'heure est à l'organisation. Les êtres vivants ont besoin de bien plus d'organisation que ne leur a imposé leur Protectrice. C'est ainsi que par exemple, Laune est nommée prêtresse. Le début de vie de cette petite communauté est exemplaire. Les décisions sont collégiales, les actions sont groupées. Tout ce petit monde se développe, bien à l'abris de la guerre environnante. Ainsi se construit un clan. Ce n'était pas obligé mais ... tous décidèrent que s'ils doivent lui donner un nom, alors ce sera le Clan Shaar. Tant en hommage à son père, le général que Laune ne reverra jamais, qu'en hommage à Laune elle même, qui prends très à cœur la vie de ce petit groupe. Et comme toute histoire qui commence, celle-ci est remplie de joie et de moment partagés. Premiers accouplements, premiers enfants. Bien sûr ils savent tous à quoi s'en tenir, mais rien ne vient gâcher cette joie. Laune et Mijal eux-mêmes ont un enfant, Haaron, puis un second, une fille cette fois, Lany. Dix année passent ainsi, dans le calme, la plénitude, et la prière pour remercier la Protectrice. Mais durant tout ce temps, ils savent bien que ce n'est pas de prière dont elle a besoin. Alors un matin de printemps, alors que les premiers rayons du soleil sont encore si bas dans le ciel que leur lumière ne touche pas encore le sol, et que la nature est encore endormie, Laune prend une décision. Pas toute seule bien entendu. Comme à leur habitude, leurs regards se sont croisés. Mijal a compris de suite, lui aussi visiblement y pense depuis un certain temps. Les deux s'échangent un sourire complice et plein d'amour, de cet amour indéfectible qui les habites depuis si longtemps. Depuis le temps où Mijal a trouvé deux femmes le même jour, dans une fosse, l'une morte de ses souffrances, l'autre respirant à peine. Sans doute la seule chose que Laune ne sût jamais. Ce nouveau jour vas être un Grand jour !

La vie est l'aube de la mort.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Iranh le Sam 21 Juin - 11:11

Tout le monde a répondu à l'appel. Laune se tiens derrière la stèle, face au groupe. Face ... au Clan Shaar, tout entier. Mais elle n'en tire aucune sorte de fierté. Le silence est presque pesant car chacun se demande pourquoi elle les a convoqués tous. D'autant que tous savent combien lui coute de parler en publique, voir de parler tout court. Alors par respect, ils gardent un silence total, attendant de savoir la "Nouvelle". Et il n'eurent pas besoin d'attendre longtemps. Laune prends une grande inspiration, comme à chaque fois qu'elle parle en publique, le stress sans doute, la peur de décevoir peut être.

Vous savez tous que cette année verra naitre les premiers marcheurs, et vous savez tous ce que cela implique.

Le ton de sa voix est calme et presque ... empathique. Non seulement Laune impose une sorte de respect naturel, mais chacun des présents peut aussi sentir dans sa voix et dans son cœur, l'amour et le respect qu'elle leur porte. Laune garde le silence un instant. Le temps de lire dans les yeux de chacun que tout le monde a bien compris de quoi elle parle. Puis elle reprend. Et comme elle n'a pas l'intention de tourner autour du pot, elle exprime son idée sans détour.

Si vous l'acceptez tous, Haaron sera le premier.

Un léger brouhaha se fait alors entendre, mais qui se calme bien vite. Alors une voix se lève dans l'assemblée. Le ton de la femme est lui aussi très calme et plein de respect.

Laune, tu n'est pas obligée. Haaron n'est pas le premier née du clan.

Tout en parlant, la femme baisse les yeux sur une fillette qui se tiens à ses cotés, sa fille, qui est en fait la première née du clan, et donc ... la première sur la liste. Un échange silencieux et complice entre les deux femmes règle la question. Isha n'est pas une des première rencontrées, mais au fil du temps, Laune et elle ont tissés des liens particuliers, comme des sœurs. Alors elles aussi savent lire en l'autre comme dans un livre ouvert. Pour l'assemblée, Laune reprends.

Merci Isha, mais je crois vous le devoir, c'est ainsi. Si pour une raison ou une autre, vous tous ne le souhaitiez pas, alors dites le et je m'inclinerait.

Isha a déjà accepté, et le reste de l'assemblée aussi. Laune irradie une telle force de conviction et un tel amour, que personne à cet instant ne songe à contrecarrer ces plans, même s'il le savent tous, le premier de tous sera forcément le plus soumis au risque de ne pas revenir.

Alors la cérémonie aura lieu demain au couché du soleil.


L'assemblée se disperse lentement. C'est à peine si les discussions viennent troubler le silence ambiant. Demain sera un jour nouveau.

Affronter la peur, c'est déjà la vaincre.
avatar
Iranh
Cheveux verts, mèche rose

Messages : 422
Date d'inscription : 30/07/2013
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Si l'histoire raconte la vie, alors qui raconte la mort ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum