[Privé] Le journal de Desmee

Poster un nouveau sujet   

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Ven 25 Avr - 20:14

Falkhen: "Je ne sais pas si je suis apeuré ou excité.."

Des années plus tôt...

   Pendant quelques instants, je retrouve la paix. Le parfum matinal de la forêt m’apaise, je suis chez moi. Il ne pleut pas ce matin. J’observe la lumière caresser timidement le jardin parfaitement entretenu du refuge. Oublierai-je un jour le vacarme des armes, le sang versé, la terre et le ciel secoués par le déchaînement des magies ?
   
   Je me retourne vers Caeden. Il est inquiet, son regard se perd dans les délicats entrelacs du plancher en frêne. J’apporte des nouvelles inquiétantes et l’élémentaliste qu’il est semble troublé. Lorsqu’il lève finalement les yeux, toutefois, j’y retrouve la force que je lui ai toujours connu. On dit que le regard est le miroir de l’âme… c’est certainement vrai. Le regard de ses yeux clairs comme une brume naissante est emprunt de sagesse et d’une infinie douceur. Il ne cesse de me fasciner, depuis tant d’années que nous sommes amis.

   Je me demande ce qu’il voit aujourd’hui.
   Même en étant Elezen, je sais que mon corps et mon visage portent la marque des années et surtout des combats que j'ai traversé. Je ne me suis jamais ménagé. Je dois ressembler à un vieux tronc noueux accroché à ce qu’il a de plus précieux: un arc en if sobrement orné de runes à moitié lisibles. Caeden aussi a vieilli. Il n’est plus ce jeune Hyurois que j'ai connu, passionné de magie et avide de découvrir le monde. Mais, contrairement à moi, il a eu la sagesse de se retirer il y a des années et de prendre une retraite bien méritée dans ce confortable refuge forestier.

- “Que sais-tu au sujet du Cereleum ?” Demande-t-il soudain et je reviens brutalement au présent.
- “C’est une sorte d’essence de magie pure, extraite à partir des cristaux d'éther. Cette source d’energie alimente la technologie magitek et c’est pour ça que l’empire Garlemaldais convoite tant les réserves d’Ether du Mor Donah.” Je guette la réaction de Caeden mais son visage est impertubable. Sait-il déjà tout cela ? Sans doute… Je poursuis: “Ils ont des usines gigantesques, ils puisent dans la toile éthérée sans conscience afin de faire marcher leurs machines de guerre.” Ma haine pour les Garlemaldais est perceptible, je ne peux, ni ne veux l’empêcher. Caeden a toujours été plus modéré que moi à ce sujet. L’empire est notre ennemi, mais je sais qu’il est secrètement admiratif devant les prouesses technologiques des Garlemaldais. Il lève un sourcil en faisant rapidement le rapprochement avec l’incident:
- “Cet énorme vaisseau qui s’est écrasé en était rempli n’est ce pas ?”  Sa question soulève des souvenirs frais et mordants. Je reviens juste du Mor Donah où j’ai pu constater le désastre. Cette fois les Garlemaldais sont allés trop loin.
- “L’Agrias était le plus grand vaisseau jamais construit. Les quantités colossales de cereleum qui se sont répandues lors de sa chute modifieront à jamais la surface du Mor Donah. … et je ne parle même pas du réveil du gardien du lac.” Cette dernière remarque semble briser le masque de sa sérénité, son regard vacille. Sa voix devient presque une murmure:
- “Le gardien.. Midgarsommr… c’est à peine croyable. Le sceau est brisé..." Puis, il semble soudain se souvenir que nous parlions du cereleum. “Les répercussions seront terribles.” ajoute-t-il. “L’équilibre magique d’Eorzéa va être bouleversé…”
   Un long silence s’installe. J’entends presque son esprit bouillonner. Il va savoir quoi faire, je l’espère... il faut qu’il sache. Pour cacher mon anxiété, je me retourne vers le jardin. J’y découvre l’avancée du jour, le soleil est encore hésitant mais les oiseaux sont bruyants. Ici, rien encore n’a changé. Mais pour combien de temps ? La protection des esprits la forêt sera-t-elle suffisante pour garder Gridania du désastre ? Mes sombres pensées sont distraites par la démarche gracieuse d’une elezen qui traverse le jardin. Ses vêtements sont simples mais de bonne facture. Sa chevelure mordorée est nouée en une tresse qui se balance doucement au rythme de ses pas. Elle ne porte aucune arme, bien sûr.
- “Ca n’a peut être aucun rapport, mais j’ai entendu dire que les Sahuagins et les Kobolds sont agités.” La remarque de Caeden m’arrache brutalement à ma rêverie. Je me retourne et rencontre à nouveau son regard pénétrant. J'ai du mal à retrouver ma voix:
- “..un nouveau réveil des primordiaux !?”

   Quelqu’un entre et ma question reste en suspens. C’est l’Elezen que j’ai aperçue dans le jardin. Elle s’incline devant chacun de nous, je suis trop abasourdi par l'idée d'un éventuel réveil de primordiaux pour répondre à salut. Elle n'a pas l'air de le remarquer et s’adresse uniquement à Caeden:
- “Le conseil vous attend, maître.” Caeden acquiesce d’un mouvement de tête puis se tourne vers moi alors que la gracieuse inconnue quitte déjà la pièce:
- “Je ne sais pas encore, Parselaut, je te tiendrai informé. Tu es ici chez toi.” Sans un mot de plus il emboîte le pas de l’Elezen et disparaît dans le matin frais.

   Je suis seul mais je n’arrive pas à calmer l’avalanche de questions qui bouleverse mes pensées. Si Titan et Leviathan sont à nouveau invoqués.. les cité-états seront en danger. Caeden ne restera certainement pas les bras croisés. Ça signifie que nous allons reprendre la route, et les armes, lui et moi... comme avant… quel étrange mélange d’inquiétude et d’exitation…

- “Parselaut ?” La voix interrompt mes pensées. Je me rend compte que j’arpentais furieusement la petite pièce du refuge de long en large, perdu dans le tourbillon de mes pensées. Je ne connais pas cette voix, et je n’ai entendu personne approcher. Décidément, je vieillis.
- “Parselaut c’est bien vous n’est-ce pas?” A l’entrée, une petite silhouette encapuchonnée se dessine en contre-jour: C’est une enfant, ou peut être une jeune adolescente. Il me faut quelques minutes pour faire le rapprochement entre la silhouette et la fillette de mes souvenirs… ça doit être la fille de Caeden.
- “Desmee ?”
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Ven 31 Oct - 11:39

Si j'avais su ce jour là, le funeste destin qui nous attendait, ma chère Desmee... comme je regrette tout cela.

Quelques semaines plus tard, nous avions formé une expédition. Plusieurs patrouilles nous avaient avertis de la présence des Ixali. Leurs raids s'approchaient de plus en plus de la sylve des Douzes. Se pourrait-il qu'ils passent les défenses des gridaniens et la protection des Esprits ?

Caeden et moi étions sur la route, comme je l'avais espéré. Nous avancions en direction du lac de Pleurargent afin de prendre la mesure exacte du désastre que je craignais. Mais nous n'étions pas seuls, un groupe de vigiles sombres expérimentés nous accompagnait. Je me doutais que nous ne partirions plus tous les deux comme par la passé. Caeden avait désormais des responsabilités après tout.
Mais ce que je n'avais pas anticipé, c'était la présence de Desmee et d'Emerilde, respectivement la fille et l'épouse de Caeden.
Desmee avait lourdement insisté pour participer au voyage. Après un premier refus catégorique, la détermination de Caeden s'était ébréchée peu à peu sous les assauts implacable de sa fille. Finalement, après plusieurs jours de siège épuisant, c'est avec mère et fille que nous avions pris le départ.

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Emerilde et moi n'étions pas les meilleurs amis. C'était une Hyuroise solidement batie à la chevelure rouge sombre. Je n'ai jamais compris ce que mon ami si fin et subtile pouvait trouver à cette femme aux manières rudes et directes.
Emerilde avait passé sa jeunesse sur un navire, entre Vylbrand et Aldenard ce qui lui valait le titre de "Capitaine" parmi les gridaniens, même si personne ne savait vraiment si elle avait un jour commandé un bâtiment. Taciturne, son passé était nymbé de mystère. J'ignorais jusqu'aux circonstances de sa rencontre avec Caeden. Je savais seulement que depuis leur union, ils s'étaient installés près de Gridania avec la bénédiction des Esprits.

Emerilde était donc une étrangère. Mais je lui devais le respect pour au moins deux raisons. D'une part, elle était unie à mon meilleur ami, et d'autre part, c'était une combattante redoutable que je ne me serai pas risqué à contrarier. Je savais que la grande hache était son arme favorite mais elle l'avait abandonnée à son arrivée dans la Sylve. Elle utilisait maintenant une lance gridanienne, sans doute pour apaiser les Esprits -qui n'aiment pas beaucoup les haches en général-. Quoiqu'il en soit, elle avait rejoint les vigiles sombres parmi lesquels elle était désormais respectée.
Je pense que Caeden n'aurait jamais consenti à ce que Desmee nous accompagne sans Emerilde pour nous protéger.

Je crois cependant que le capitaine Emerilde était un peu jalouse de l'amitié profonde qui m'unissait à Caeden... et les discussions entre nous étaient souvent animées. Celle de la veille n'avait pas fait exception.

- "Notre éclaireur a repéré une escarmouche plus au nord. Une troupe avancée de vigiles est prise entre deux groupes d'Ixali. Ils les repoussent pour le moment, ils essaient de se replier vers ce col."
Emerilde avait déplié une carte, elle indiquait un passage étroit depuis le Coerthas. Caeden réfléchit rapidement.
- "Si ils sont encerclés, c'est fini pour eux. Nous ne sommes pas loin, penses-tu que notre nombre ferait la différence ?"
Fidèle à sa réputation, Emerilde se contenta de confirmer d'un hochement de tête. Caeden hésita un moment. Il n'avait certainement pas envie d'exposer Desmee mais il fallait venir en aide aux vigiles sombres.
- "Je vais rester avec Desmee ici, on vous attendra. Faites au plus vite..." Le capitaine leva la main pour l'arrêter.
- "Non, des patrouilles ixales se sont infiltrées dans la sylve, ce n'est pas prudent de rester sur place."
- "Bon, que proposes-tu ?"
Emerilde resta silencieuse, visiblement plongée dans ses réflexions.
- "Je pars avec nos vigiles. Desmee, Parselaut et toi, continuez vers l'Ouest. On vous retrouve ici." Elle indiqua sur la carte une passe peu connue qui nous permettrait d'éviter les Ixali et d'arriver au lac de Pleurargent par l'Est. "Marchez aussi vite que vous le pourrez, nous vous rattraperons de toute façon." Je jetais un regard vers Desmee qui dormait déjà profondément.

Si Caeden n'avait pas négligé l'éducation intellectuelle et spirituelle de Desmee, sur le plan physique c'était... une autre histoire. La jeune fille disposait de ressources musculaires très limitées que la marche forcée allait mettre à rude épreuve. Elle avait aussi une mauvaise vue et une ouïe médiocre. Pour finir sa peau semblait aussi fine que du papier... et brûlerait probablement aussi bien dès que nous aurions quitté le couvert de la Sylve.
Au moins, elle ne se plaignait pas, mais nous n'avancerions certainement pas bien vite.

Je me demandais toutefois pourquoi Emerilde n'avait pas choisi d'accompagner sa famille et de m'envoyer avec les vigiles.

- "Je pourrais être utile contre les Ixali." Remarquais-je subtilement.
- "Je sais ce que tu vaux. Tu restes avec Caeden et Desmee."
Je me sentais un peu vexé.
- "Je suis un des meilleur arch.."
- "Écoute bien l'asperge. Tu connais la forêt mieux que moi et ces grandes oreilles que tu laisses traîner partout ne manqueront pas de repérer le danger... et de l'éviter. Je sais aussi que tu es une lopette en combat rapproché. J'ai dit que je savais ce que tu valais, et je te confie la vie de mon homme et ma fille, compris ?"
Je n'avais jamais entendu Emerilde prononcer autant de mots à la suite. J'étais décontenancé.
Caeden se contentait de nous observer pensivement. Emerilde ne me laissa pas le temps de reprendre mon souffle.
- "On partira dans quelques heures, repos."

Elle s'éloignait déjà avec Caeden. Je m'assis près de Desmee et constatait avec surprise que ses grands yeux ouverts m'observaient en silence.
Je lui rendait son regard en me disant que ce n'était pas très juste de ma part d'incriminer l'éducation de Caeden, la jeune fille était d'une constitution naturellement fragile. Il n'y pouvait sans doute pas grand chose... et elle non plus.

- "J'essaierai de ne pas vous ralentir." Murmura-t-elle... comme si elle lisait mes pensées. Je savais toutefois que ses bonnes intentions ne compenseraient pas sa faiblesse.
- "Ce n'est pas ta faute Desmee, tu es courageuse."
- "La fragilité est une qualité en ceci qu'elle permet de s'attirer la protection et l'amitié de ceux qui ont bon cœur."
Je la regardais, un peu abasourdi.
- "Tu as lu ça quelque part ?"
Elle se contenta de hausser les épaules.
- "Tout ce que nous savons, nous l'avons appris de quelqu'un."
Je ne me pu m'empêcher de rire, surpris par cet étalage de sagesse. Un peu plus loin, Caeden et Emerilde nous observaient avec bienveillance.


Dernière édition par Desmee le Sam 22 Nov - 18:21, édité 1 fois
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Sam 1 Nov - 11:06

La forêt était étrange.

Emerilde avait raison, je connaissais par cœur cette partie de la Sylve. Pourtant, les arbres multi-centenaires, larges de plusieurs yalms, qui formaient le paysage bienveillant de mon enfance semblaient aujourd'hui sombres et menaçants. J'avais dirigé notre trio afin de contourner un nid de frelons particulièrement agités et, alors que nous traversions un petit ruisseau, j'observais les yarzons en aval se hâter de manière inhabituelle. C'était autrefois des animaux paisibles et joueurs que je me plaisais à taquiner lors de mes promenades. Quelques chose dans leur manière de se comporter ce jour là me disait pourtant qu'ils n'hésiteraient pas à nous attaquer si nous approchions.

Finalement, même les feuillages presque opaques des charmilles de la sylve des Douze qui avait toujours constitués pour moi un abris agréable, me semblèrent oppressant. Je ne pensais pas qu'un jour je puisse être pressé de me retrouver à ciel ouvert. Un peu honteux de ce sentiment, je m'en ouvrais à mon ami Caeden.

- "La sylve est agitée mon ami. Les esprits sont en colère, sans doute à cause de l'agression des Ixali."
- "Cette attaque soudaine des Ixali a forcément à voir avec un primordial n'est-ce pas ?"
Caeden s'accorda un temps de réflexion avant de répondre.
- "En effet. Les textes anciens parlent d'un primordial appelé Garuda qui utiliserait les pouvoirs du vent. J'espère qu'il n'est pas trop tard pour empêcher son invocation."
- "Si les Ixali ont invoqué leur primordial, ils sont encore plus idiots que je ne l'imaginais."
Caeden me lanca un regard réprobateur.
- "Ils ont toutes les raisons d'être en colère. Nous les avons chassé de leur forêt ancestrale et exilés dans les terres glacées du Coerthas. De plus ils sont en première ligne face aux garlemaldais et ne disposent pas de la protection de la Sylve. Jusque là ils n'avaient pas les cristaux nécessaires à l'invocation d'un primordial mais avec l'explosion d'ether causé par la chute de l'Agrias..."
Il ne termina pas sa phrase, plongé dans ses pensées. J'étais moi-même à la fois inquiet et curieux, je n'avais jamais entendu parler de ce primordial.

- "Si tu as des questions au sujet des Esprits toutefois, adresse toi à Desmee, elle en saura plus que moi."
Surpris, je me tournais vers la jeune fille qui nous suivait avec peine. Les joues rosies par l'effort et le souffle court, elle était visiblement déjà aux limites de ses capacités et probablement trop concentrée sur la marche pour nous écouter.
- "Tu crois toujours qu'elle va devenir Padjal ?"
- "J'en suis certain."
J'étais dubitatif, Caeden insista:
- "Elle entends les Esprits."
Je la trouvais trop vieille pour devenir Padjal... et elle n'avait toujours pas de corne. Je cherchais une manière d'ouvrir les yeux de mon ami.
- "Qu'en pense Emerilde ?"
J'avais réussi à le surprendre. Interdit pendant quelques secondes, il réalisa le but non avoué de ma question et eu un rire bref mais franc.
- "Que Desmee est une petite fille trop instruite en quête de reconnaissance qui passe son temps à ahaner des aphorismes auxquels elle ne comprend rien."
Je ne pu réprimer un sourire en me tournant vers l’intéressée toujours aussi concentrée sur sa marche. Caeden ajouta:
- "Mais... elle se trompe." Il souriait largement, conscient de son propre entêtement.

Je laissais mes pensées à nouveau dériver vers l’agressivité soudaine des Ixali et ce fameux Garuda.
- "Nous pourrons jamais être les alliés d'un peuple capable d'invoquer un primordial... C'est trop risqué. Le conflit semble inévitable."
Caeden ne répondit pas tout de suite. Mais une petite voix essoufflée se fit soudain entendre.
- "Au contraire..."
Je me tournais vers Desmee qui continua son explication entrecoupée.
"Les primodiaux sont les... manifestations phy...siques de la peur et de la colère d'un peuple... ... On peut... plus facilement se fier à cela qu'à ceux qui... gardent... leur ressentiments derrière des masques... et des faux-semblants."
Je croisais le regard de Caeden qui haussait un sourcil comme pour dire silencieusement: "tu vois ?". Je haussais les épaules et hâtait encore le pas: cette petite fille était moins effrayante avec le souffle coupé finalement.

Je nous autorisais une pause à la tombée du soir. Je connaissais suffisamment les lieux pour guider notre groupe à travers bois dans la nuit la plus noire mais nous n'étions plus très loin de notre objectif et je souhaitais profiter des premières lueurs de l'aube pour découvrir la passe où Emerilde devait nous retrouver... on est jamais trop prudent.

Desmee dévora ses rations et s'écroula aussitôt. Caeden semblait concentré, il m'annonça.
- "Les courants élémentaires sont très perturbés... je crois qu'il est trop tard pour empêcher l'invocation."
Un mélange de terreur et d’excitation me fit frissonner. Caeden, lui, semblait simplement désespéré.
- "J'espère que nos compagnons s'en sont tous sortis." Ajouta-t-il.
Je me doutais qu'il pensait surtout à Emerilde.
- "Ne t'inquiète pas Caeden. Nous arriverons demain au point de rendez-vous et Emerilde viendra me dire que je traîne la patte et qu'elle aurait du se méfier de mon grand âge... elle aura peut être même pris le temps de me fabriquer une canne."
Caeden sourit sans grande conviction et s'installa pour quelques heures de repos.
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Dim 2 Nov - 10:27

Le lendemain, nous quittions la Sylve de Douze.

Nous avions bien entamé l'ascension du chemin escarpé qui nous menait vers l'Ouest lorsque nous découvrîmes enfin quelques portions de la vallée, nimbée par la lumière fraîche du soleil levant. L'ombre des rochers découpait des tâches de lumière pâle et s’étirait encore loin vers la vaste région du Mor Dhona. Je me souvenais de cette région verdoyante et fertile, peu de voyageurs s'y aventuraient toutefois à cause des monstres engendrés par les fortes concentrations ethérées... avec la chute de l'Agrias je ne savais plus vraiment à quoi m'attendre.

Je ne me sentais déjà pas très bien ce matin là, mais je fus soudain pris d'un vertige si violent qu'il me força m’asseoir. Je constatais que Caeden chancelait un peu mais il restait suffisamment maître de lui pour s'occuper de Desmee qui rendait son repas entre deux rochers. Après plusieurs minutes interminables, la sensation s'estompa lentement. J'interrogeais Caeden du regard en reprenant mon souffle.

- "L'Ether." Annonça-t-il.
"De fortes concentration d'Ether peuvent causer ce genre de malaise... je suis habitué à en gérer les flux mais pas d'une telle ampleur. Ça ne va pas aller en s'améliorant, je peux sentir d'ici la tempête d’éther qui frappe le Mor Dhona."
- "Faut-il que nous approchions plus ?" Je ne savais pas si j'allais pouvoir surmonter de tels malaises.
- "Je vais tenter de nous protéger des reflux. Il faut au moins retrouver les autres. Avançons prudemment."
Caeden libéra son baton d'élémentaliste et d'un mouvement gracieux activa une faible lueur autour de celui-ci. Les dernières traces de vertiges disparurent et nous pûmes poursuivre notre route.

Nous approchions du point culminant du sentier escarpé lorsque je perçu les premiers signes de la présence d'observateurs. Les bruits d'une agitation encore lointaine me parvenait. Sans savoir si il s'agissait d'amis ou d'ennemi, je fis un geste de mise en garde et poursuivait la progression encore plus prudemment. J'entendis clairement leurs voix bien avant de découvrir la troupe disparate de vigiles qui stationnait un peu plus loin.
Le chemin descendait abruptement et ils ne semblaient pas encore nous avoir vu. J'agitais alors les bras pour signaler notre présence. Certains me virent et commencèrent à nous désigner du doigt. Je remarquais qu'ils avaient l'air blessés et fatigués. Ils avaient probablement combattu récemment car leurs armes étaient au clair ou à portée de main.

- "Ils sont plus nombreux qu'il y a quelques jours, ils ont réussi à sauver l'autre groupe." Dis-je à Caeden, qui n'avait pas une aussi bonne vue que moi. Il plissa des yeux, et ne répondit rien, concentré sur quelque chose que je ne sentais pas. Je pris tout de même le temps d'écouter attentivement en entamant la descente pour rejoindre la troupe.
Je m'arrêtait soudainement. "Il y a en a d'autres sur les flans. On dirait qu'ils se cachent, ce n'est pas normal."
Caeden me saisit brusquement le bras.
- "Non, ça ne va pas. Demi-tour, vite!"
Il me tira violemment pour me forcer à reculer. Je ne comprenais pas.
- "Rejoignons plutôt nos amis, ils nous protégerons du danger."
- "Ce ne sont pas nos amis." Grogna-il d'un air sombre en tirant encore pour me presser.
La troupe avait commencé l'ascension pour nous rejoindre. Ils marchaient vite, certains courraient même. Ils commencèrent à brandir leurs armes. Je réalisais soudain qu'ils étaient en train de charger.
- "Caeden, que se passe-t-il ? Qu'est ce que ça veut dire ?"
Le visage de mon ami était décomposé, je le sentais lutter de toutes ses forces contre une panique grandissante.
- "Subjugués... Parselaut, ce sont des subjugués!"
Des Ixali jaillirent alors des flans et commencèrent à fondre vers nous. Il me sembla entendre un rire strident et dément résonner quelque part alors qu'une lance acérée se ficha dans le sol à moins d'un yalm de nous.
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Mar 4 Nov - 19:12

Subjugués ?
C'était à mon tour d'être paralysé de terreur. Comment pouvions nous lutter contre un tel pouvoir ?
Le projectiles continuaient à siffler autour de nous. Caeden, qui avait retrouvé un calme apparent dessina une large courbe à l'aide de son bâton. Les flèches et les lances qui nous étaient destinées furent stoppées dans leur course, comme sous l'effet d'une barrière invisible. Il parlait mais sa voix me paraissait lointaine, le rire strident faisait encore bourdonner mes oreilles.

- "Parselaut!"
Ce n'était pas la première fois qu'il m'appelait.
"Parselaut, il faut partir, prend Desmee avec toi!"
Je baissais les yeux vers l'enfant accrochée à sa jambe. Elle semblait terrorisée mais je ne pouvais pas grand chose pour elle.
- "Non! Non, je reste avec toi." Affirmais-je en détachant mon arc.
Caeden repoussa une nouvelle volée de projectiles pendant que nous reculions tant bien que mal. Puis il me saisit par les épaules.
- "Parselaut, je peux les retenir... mais tu dois emmener Desmee à l'abris. C'est notre seule chance."
Je refusais de l'abandonner, mais je savais qu'il avait raison et nous n'avions pas le temps d'hésiter plus longtemps. Rapidement, je laissais tomber mon paquetage, ne gardant que ma sacoche de ceinture, mon carquois et mon arc. J'arrachais Desmee à son père, elle se mit à pleurer mais ne se débattis pas alors que je commençais à courir aussi rapidement que possible en direction de la sylve.

Je n'ai jamais été très massif mais je faisais plus de deux fois la taille de la jeune fille, son poids ne représentait pas une gène insurmontable pour l'Elezen que j'étais. Je parvenais donc à grimper à bonne allure sur le chemin rocailleux. J'avais parcouru quelques dizaines de yalms lorsque la terre de mit à trembler. Je jetais un rapide regard en arrière pour voir que Caeden faisait léviter des blocs de roches entiers par sa magie. Les premiers opposants qui tentèrent de l'atteindre reçurent de plein fouet une véritable tempête de rocaille.

Caeden n'aurait jamais osé libérer une telle puissance élémentaire avec Desmee à coté. Je fus rassuré d'avoir pris la bonne décision. Nous avions peut être une chance. Une fois en haut du sentier, je pensais pouvoir assister mon ami si je trouvais un abris pour Desmee. Les derniers mètres furent douloureux. Même mes longues jambes n'en pouvaient plus de zigzaguer pour éviter d’éventuels projectiles. Je laissais tomber Desmee à l'abris derrière un rocher et me retournais pour prendre la mesure de la situation.

Mon ami ne s'était pas laissé submergé. Au contraire, j'eu la nette impression que le déchaînement élémentaire avait refroidi l'ardeur de nos poursuivants. Des trombes d'eau se mêlaient maintenant aux roches pour repousser peu à peu les Ixali et les vigiles subjugués.
C'est alors qu'elle surgit.

Emerilde bondissait avec la grâce d'un coeurl. Elle esquiva les plus grosses roches volantes avec une facilité déconcertante et encaissa les chocs moins importants sans ralentir sa course. En trois bonds fantastiques elle était arrivée devant Caeden. Ce jour là, enfin, je compris toute la beauté que Caeden voyait en elle.
A cette distance, la plupart des observateurs n'auraient vu que deux silhouettes. Mais mon regard acéré me permettait de voir le corps musclé d'Emerilde, son équilibre infaillible, sa puissance brutale et gracieuse. Elle frappa de sa lance d'un geste sec, si rapide qu'il aurait surpris la plupart des combattants. Pourtant, Caeden parvint à dévier le coup à l'aide de son baton. Mais ce n'était qu'une feinte, la lance poursuivit son mouvement en arc de cercle et la hampe vint frapper l'élémentaliste successivement au bras puis au visage. Emerilde frappait avec tout son corps, ses pieds semblaient glisser sur le sol pourtant accidenté. Le choc retentissant de ses coups fit reculer Caeden et l'obligea à lâcher son bâton.

Désarmé, Caeden observait sa compagne. Je perçu son hésitation.
Elle n'hésita pas un seul instant, sa lance traversa le corps de mon ami de part en part. A cet instant je regrettais d'avoir une vue d'aigle. J'aurais aimé ne jamais voir son regard, son désarroi. Je savais qu'il avait cru jusqu'au dernier instant que l'amour serait plus fort. Ce fut sa dernière et sa plus grande erreur.

Spoiler:



Dernière édition par Desmee le Sam 22 Nov - 18:59, édité 2 fois
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Dim 9 Nov - 20:58

C'était tellement insupportable... injuste... impossible!
Une rage noire s'empara alors de moi. Avant même d'en avoir réellement conscience, j'avais encoché une flèche.
Emerilde se tenait à plus de 150 yalms. Il y avait du vent, beaucoup de vent qui soufflait par rafales imprévisibles. Le vol de ma première flèche sembla interminable, le bois et l’empenage vibraient alors que le projectile décrivit une large courbe. Si Emerilde n'était pas si occupée à retirer son arme du corps de Caeden, elle aurait eu largement le temps de s'esquiver. Mais elle n'entendit le sifflement que trop tard, elle leva le bras pour se protéger par un réflexe désespéré. Elle portait des bracelets en laine épaisse, renforcés d'un peu de cuir. Je fabrique moi-même mes flèches dans du bois de frêne lourd, elles mesurent presque un fulm. La flèche traversa l'avant-bras d'Emerilde et se ficha profondément dans la poitrine de son doublet.

La blessure n'était pas mortelle mais ma cible était partiellement immobilisée et la douleur ne tarderait pas à l'aveugler. Ma seconde flèche lui perfora les côtes jusqu'aux poumons. Ce qui garantissait une mort lente et douloureuse, c'était suffisant pour moi. Mais ma troisième flèche était déjà partie, elle la reçue en plein visage. Sa pommette explosa sous le choc, la pointe de la flèche se fraya un chemin à travers sa mâchoire et traversa sa nuque. Emerilde chuta immédiatement, sa mort fut finalement très rapide.

- "Parselaut que se passe-t-il ?"
La voix de la jeune fille me tira de ma colère comme une douche froide vous tire de la torpeur. Desmee...
Je me tournais vers elle. Elle était dans un état lamentable, épuisée et terrorisée. Ses grands yeux bleus qui ressemblaient tant à ceux de Caeden fixaient la direction dans laquelle j'avais tiré... mais ils n'y voyaient rien! Je ressenti un immense soulagement en constatant que son regard cherchait en vain à deviner ce qu'il se passait là-bas. Ma chère petite Desmee qui avait l'acuité visuelle d'un rat-taupe, n'avait rien de vu de tout ce qui s'était passé en contrebas.

Il serait toujours temps de lui raconter; plus tard. Pour l'heure le temps se gâtait dangereusement et nos poursuivants avaient repris leur course.
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Desmee le Lun 22 Déc - 17:52

Ainsi s'achève l'Echo du souvenir de Parselaut.
L'explosion de l'Agrias sur le lac Pleurargent, nous l'ignoriions à l'époque, n'avait pas seulement libéré les primordiaux mais aussi le pouvoir que nous appelons "l'Echo".
Pouvoir grâce auquel je pu revivre ce souvenir, bien des années plus tard, avec le point de vue l'Elezen. Je l'ai revu ensuite plusieurs fois pendant mon sommeil, j'ai pensé que l'écrire m'aiderait à l'exorciser. Et, de toute façon, je me devais de le noter, par honnêteté vis à vis de l'objectif que je me suis fixée.


[le journal continue, pendant de très nombreuses pages... dont les détails resteront pour le moment confidentiels]
avatar
Desmee
Vous n'auriez pas vu ma tête ?

Messages : 602
Date d'inscription : 20/11/2013
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Privé] Le journal de Desmee

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum